MaladiesPrécautions à prendreSlider

Problèmes de thyroïde : zoom sur l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie

Les problèmes de thyroïde sont de plus en plus communs que ce soit à Maurice ou dans le monde. À l’occasion de la Journée mondiale de la thyroïde, observée chaque année le 25 mai, faisons le point avec le Dr Mehjabeen Beebeejaun, spécialiste en médecine interne, diabétologue et endocrinologue.

Dr Mehjabeen Beebeejaun
Dr Mehjabeen Beebeejaun.

La glande thyroïde est un organe endocrine en forme de papillon située à la base du cou. Il produit les hormones thyroïdiennes qui déterminent la vitesse à laquelle les cellules fonctionnent dans l’organisme. Il existe plusieurs types de problèmes associés à cette glande. Ils peuvent soit concerner la structure de la glande thyroïde ou bien sa fonction.

À noter que la plupart des pathologies liées à cet organe peuvent être traitées si un diagnostic a été posé. L’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie résultent d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Dans de très rares cas, un problème de thyroïde peut survenir à la naissance chez l’enfant lorsque la cause est congénitale ou bien lorsqu’elle est due à une inflammation de la glande qui apparaît pendant ou après une grossesse. Les problèmes de thyroïde touchent particulièrement les femmes.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

L’hypothyroïdie survient quand la glande thyroïde n’est pas assez active. Il n’y a donc pas assez d’hormones thyroïdiennes pour que le corps fonctionne correctement. Les cellules vont ainsi travailler plus lentement que pour une personne en bonne santé.

Des symptômes apparaissent occasionnellement lorsque la maladie est déjà à un stade avancé. Prise de poids, peau très sèche, constipation, intolérance au climat froid et irrégularité des cycles menstruels sont des symptômes souvent décrits chez les patients. Parfois, certains symptômes peuvent être très subtils comme une fatigue ou un état dépressif.

« Quand on soupçonne un dysfonctionnement de la thyroïde, il est très important de se faire diagnostiquer le plus tôt possible afin de trouver la cause du problème », souligne l’endocrinologue. Ce dernier ajoute : « Dans la plupart des cas, c’est le système immunitaire qui cause une inflammation de la glande en agissant comme si les cellules thyroïdiennes ne sont pas les vôtres. Certains médicaments ou des compléments alimentaires surdosés en iode peuvent aussi être à l’origine d’une hypothyroïdie ».

Les suppléments d’iode

« L’iode est un élément important dans la production d’hormones thyroïdes. En revanche, si vous avez une insuffisance de la glande thyroïde et que vous prenez par exemple un traitement à base de Levothyroxine, vous n’avez pas besoin de compléments d’iode », précise le Dr Mehjabeen Beebeejaun. Cela peut être dangereux pour la santé et interférer avec le bon fonctionnement de la thyroïde. Attention donc aux médicaments vendus sans prescription et qui contiennent des algues. Ces derniers ne doivent pas être pris sans avis médical, surtout pendant la grossesse, car ils peuvent être dangereux.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

On parle d’hyperthyroïdie lorsque la glande thyroïde est hyperactive. Il y a donc une profusion d’hormones thyroïdiennes dans la circulation du sang.

Les symptômes les plus courants sont la perte de poids, une transpiration excessive ou encore des palpitations. Un rythme cardiaque anormal ou la maladie oculaire thyroïdienne sont des complications sévères de la maladie.
L’hyperthyroïdie peut aussi être causée par un dysfonctionnement du système immunitaire, que l’on appelle maladie de Graves ou bien par des nodules de la glande thyroïde. Le traitement est établi en fonction de l’origine du problème. Dans certains cas, une opération de la thyroïde peut être envisagée.

D’autres problèmes liés à la structure de la thyroïde peuvent survenir comme par exemple le goitre. Il s’agit d’une glande élargie comportant de petits ou de gros nodules. Parfois, le goitre coexiste avec l’hyperthyroïdie. Il arrive rarement qu’un goitre soit si large qu’il entraîne une pression sur les structures adjacentes telles que l’œsophage ou la trachée. Dans ce cas, l’ablation de la glande thyroïde est indiquée. À noter que tous les goitres n’ont pas besoin d’être enlevés. Cette décision revient à l’endocrinologue qui décidera du meilleur traitement possible.

Le cancer de la glande thyroïdienne est rare. Les nodules thyroïdiens suspects doivent être évalués et parfois une biopsie est nécessaire. La plupart des nodules sont bénins, mais il arrive dans de très rares cas qu’ils soient malins (ou cancéreux). Cependant, le taux de guérison est très élevé et la majeure partie des patients retrouvent une vie normale après le traitement. Les personnes les plus à risque sont celles qui ont des antécédents thyroïdiens ou celles qui ont déjà reçu un traitement de radiothérapie à la tête ou au cou.

La majorité des symptômes associés à des dysfonctionnements de la thyroïde peuvent être apparentés à d’autres problèmes de santé. C’est la raison pour laquelle il est important de se faire diagnostiquer par un endocrinologue avant qu’un quelconque traitement soit prescrit. Les nodules thyroïdiens sont parfois ignorés par le patient dû à l’absence de symptômes. Un bilan médical et une prise en charge sont donc impératifs.

L’opération n’est pas nécessaire dans tous les cas de goitre, car l’ablation totale de la glande thyroïde n’est pas sans risques – un déséquilibre hormonal, une perturbation de calcémie et des troubles de la voix peuvent être les suites d’une intervention chirurgicale.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page