MaladiesMaladies sexuellement transmissiblesSlider

Maladie sexuellement transmissible : le nombre de cas de syphilis double en deux ans

De 686 cas confirmés en laboratoire en 2015, le nombre de cas de syphilis à Maurice est passé à 1 591 en 2017, révèle l’Annual Health Statistic Report 2017. Les autorités tirent la sonnette d’alarme et recommandent des attitudes qui conviennent pour ne pas s’exposer au virus.

Cette infection bactérienne est en hausse sévère depuis ces dernières années. Les chiffres ont doublé en deux ans. Selon l’Annual Health Statistics Report 2017, ce qui surprend le plus c’est qu’en 2010 le nombre était seulement de 132 cas.

Mais ces chiffres sont loin de refléter la réalité car au premier stade, la maladie est symptomatique, explique le Dr Karishma Babajee-Deenoo, dermatologue au Wellkin Hospital.

Elle est d’avis que cette hausse du nombre de cas de syphilis est due aux pratiques sexuelles à risque sans protection. Maladie sexuellement transmissible (MST) très contagieuse, la syphilis est une bactérie dont les premiers symptômes peuvent passer inaperçus.

« Quand une personne est infectée, il y a un chancre indolore et sans symptômes qui apparait, ce qui fait que nombreux sont ceux infectés qui ne se présentent pas à une consultation aux premiers stades de la maladie » explique notre interlocutrice.

Entre-temps le patient est assez contagieux et peut infecter d’autres partenaires à travers la relation sexuelle non-protégée. La syphilis se caractérise, en effet, par des chancres qui apparaissent sur les parties génitales de l’homme ou de la femme.

Après un temps, des papules rouges apparaissent sur tout le corps à l’exception des paumes de la main et des pieds, ce qui peut laisser penser à d’autres maladies de la peau. Si la syphilis n’est pas traitée, elle peut provoquer l’infarctus ou encore une méningite.

« La syphilis est potentiellement mortelle et peut nécessiter l’administration de fortes doses d’antibiotiques lors du traitement », prévient la dermatologue. Même à la fin du traitement, il est indispensable de faire un suivi et des prises de sang régulières afin de s’assurer que les médicaments ont agi efficacement.

Le seul moyen de prévention contre la syphilis c’est de ne pas s’exposer à des relations sexuelles à risque ou sans l’usage d’un préservatif. En cas de doute, il est préférable de faire un dépistage, conseille le Dr Babajee-Deenoo.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page