PsychoSanté mentaleSlider

Troubles bipolaires : comment se débarrasser de ses souffrances ?

Les changements d’humeur de la maladie chronique récurrente qu’est le trouble bipolaire sont si intenses qu’ils peuvent interférer avec, le travail, nuire aux relations et la capacité à fonctionner dans la vie quotidienne. Quels sont les symptômes, les facteurs de risques et comment se faire soigner pour se débarrasser de ses souffrances ? Faisons le point avec la psychologue Veediasha Bekaroo.

Vidhi Bekaroo
Vidhi Bekaroo

« Entrainant de graves changements d’humeur, de pensées et de comportements au creux de la dépression, le trouble bipolaire peut être très différent selon les personnes et peut durer durant des jours, des semaines ou des mois, » explique d’emblée la psychologue Veediasha Bekaroo.

Les symptômes varient considérablement en fonction de leur gravité et leur fréquence et de la personne. Cependant, certaines personnes bipolaires n’ont aucun symptôme au cours de leur vie. « Il existe quatre types d’épisodes d’humeur dans le trouble bipolaire : la manie, l’hypomanie, la dépression et les épisodes mixtes. Chaque type d’épisode d’humeur de trouble bipolaire a un ensemble unique de symptômes », renchérit-elle.

Lors de la phase maniaque du trouble bipolaire, il est courant pour la personne d’éprouver des sentiments d’énergie, de créativité et d’euphorie accrus. « Si vous vivez un épisode maniaque, vous pouvez marcher très vite, dormir très peu et être hyperactif. Vous pouvez également vous sentir tout-puissant, invincible ou destiné à la grandeur, » dit-elle. Les symptômes de la manie sont la colère, l’irritabilité, l’agressivité, le besoin de s’en prendre aux autres et de blâmer quiconque qui critique votre comportement. « Certaines personnes deviennent même délirantes ou commencent à entendre des voix, » avance-t-elle.

En ce qu’il s’agit de l’hypomanie, Veediasha Bekaroo indique que c’est une forme de manie moins sévère. « Dans un état d’hypomanie, la personne se sentira euphorique, énergique et productive tout en exécutant ses routines quotidiennes sans perdre le contact avec la réalité. Elle peut ainsi prendre de mauvaises décisions nuisant à sa relation, sa carrière ou son statut », indique la psychologue.

Selon elle, les symptômes courants de la dépression bipolaire se produit lorsque la personne se sent désespérée, triste, vide à l’intérieure d’elle et irritée avec une incapacité à éprouver du plaisir. « Parmi les symptômes, on retrouve, le manque d’énergie, la paresse physique et mentale, le manque d’appétit, la prise de poids, les problèmes de sommeil et de concentration ainsi que des pensées de mort ou suicide », soutient la psychologue.

Par rapport à l’épisode mixte, Veediasha Bekaroo indique que les signes courants comprennent la dépression combinée à de l’agitation, l’irritabilité, l’anxiété, l’insomnie, la distractibilité et des pensées accélérées. « Cette combinaison d’énergie élevée et de mauvaise humeur entraine ainsi auprès de ces personnes un risque de suicide particulièrement élevé, » ajoute la professionnelle de santé mentale.

Quid des facteurs responsables ?

 Il n’y a pas de cause unique. Il semble que certaines personnes soient génétiquement prédisposées au trouble bipolaire, mais toutes ne développent pas la maladie. Par conséquent, le facteur génétique n’est pas la seule cause. Certaines études d’imagerie cérébrale montrent d’ailleurs des changements physiques dans le cerveau des personnes atteintes de trouble bipolaire. D’autres recherches indiquent des déséquilibres des neurotransmetteurs, une fonction thyroïdienne anormale, des troubles du rythme circadien et des niveaux élevés de cortisol, l’hormone du stress.

Veediasha Bekaroo indique que des facteurs environnementaux et psychologiques externes sont aussi impliqués dans le développement du trouble bipolaire. Ce sont :

  1. Stress

Les événements stressants de la vie peuvent déclencher un trouble bipolaire chez une personne ayant une vulnérabilité génétique. Ces événements ont tendance à impliquer des changements drastiques ou soudains, voire bons ou mauvais, comme se marier, partir à l’université, perdre un être cher, perdre son emploi ou déménager.

  1. L’abus de substances

Bien que l’abus de substances ne soit pas à l’origine des troubles bipolaires, il peut provoquer un épisode et aggraver l’évolution de la maladie. Des drogues comme la cocaïne, l’ecstasy et les amphétamines peuvent déclencher la manie, tandis que l’alcool et les tranquillisants peuvent déclencher la dépression.

  1. Prise de médicaments

Certains médicaments, notamment les antidépresseurs, peuvent déclencher la manie. Il y a également les médicaments contre le rhume, les coupe-faim, la caféine, les corticostéroïdes et les médicaments pour la thyroïde.

  1. Les changements saisonniers

Les épisodes de manie et de dépression suivent souvent un modèle saisonnier. Les épisodes maniaques sont plus fréquents pendant l’été et les épisodes dépressifs plus fréquents en hiver.

  1. La privation de sommeil

La perte de sommeil ou sauter quelques heures de repos peut déclencher un épisode de manie.

Quels sont les traitements ?

Le trouble bipolaire est hautement traitable. Il faut donc diagnostiquer le problème le plus rapidement possible pour commencer le traitement afin de prévenir des complications, soutient la psychologue. Toutefois, précise-t-elle, le trouble bipolaire nécessite un traitement à long terme. « C’est une maladie chronique récurrente. Il est important de poursuivre le traitement même quand la personne se sent bien. La plupart des personnes atteintes de trouble bipolaire ont besoin de médicaments pour prévenir de nouveaux épisodes », indique la psychologue. Celle-ci dira également que les médicaments seuls ne suffisent pas à contrôler complètement les symptômes du trouble bipolaire. « La stratégie de traitement la plus efficace pour le trouble bipolaire implique une combinaison de médicaments, de thérapie, de changement de mode de vie et de soutien social, » précise Veediasha Bekaroo.

Que faire pour gérer ses problèmes ?

 Selon la psychologue Veediasha Bekaroo, la thérapie peut aider la personne bipolaire à apprendre à gérer ses problèmes causés par les symptômes, y compris les problèmes de relations, de travail et d’estime de soi. En effet, la thérapie aborde tous les autres problèmes avec lesquels la personne est aux prises comme la toxicomanie ou l’anxiété, entre autres.

Les 3 thérapies

  1. Thérapie cognitivo-comportementale
  2. 2. Thérapie du rythme interpersonnel et social
  3. Thérapie axée sur la famille
Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page