Bien-ÊtreRelaxationSlider

Danse-Mouvement-Thérapie (DMT) – Daphné Amaya Rouillard : « Le corps dansant …est un lieu d’expérience et de savoir »

« Quand un corps bouge, il révèle beaucoup de choses. Danse pour moi une minute, et je te dirai qui tu es… » affirme le célèbre chorégraphe Mikhaïl Barychnikov. Mais saviez-vous que le corps dansant est un lieu d’expérience et de savoir pour soigner des maux physiques et psychiques ? Le point avec Daphné Amaya Rouillard, praticienne formée en Danse-Mouvement-Thérapie(DMT). Âgée de 30 ans, elle animera le mardi 22 décembre prochain, un atelier « Inner Dance », une introduction à la DMT de 18h à 19h30 heures à Kadanse Studio sis à Floréal.

Daphné Amaya Rouillard, praticienne formée en Danse-Mouvement-Thérapie(DMT)
Daphné Amaya Rouillard, praticienne formée en Danse-Mouvement-Thérapie(DMT)

Cette aventure a commencé « tipa tipa » sans même qu’elle n’en soit consciente. Daphné Amaya Rouillard indique qu’elle a toujours aimé la danse et exploré différents styles.  Cela souvent avec une tendance à essayer des styles de danse un peu plus rebelles et moins structurés. D’ailleurs la danse lui faisait du bien, l’aidait à canaliser son énergie, à se défouler et à s’exprimer dans la sa vie de tous les jours. Puis quand elle est partie étudier l’administration et la gestion d’entreprise en Europe à l’âge de 18ans, elle a commencé à donner des cours de danse ici et là. Notamment pour se faire un peu d’argent. Il se trouve qu’elle prenait beaucoup de plaisir à donner ces cours de danse.

« Même si je n’avais jamais appris comment le faire, c’était intuitif, expérimental et très enrichissante. Je commençais à observer qu’au-delà des pas de danse et des chorégraphies que j’enseignais, il y avait un espace d’échange, de partage, de créativité, de lâcher prise qui commençait à se former. C’est alors que je commençais à vouloir offrir des sessions de danse comme soutien et aide aux personnes se trouvant dans des situations difficiles », dit-elle.

Donc après le bénévolat en offrant des cours de danse auprès de jeunes venant de milieu défavorisé, de personnes autrement capables physiquement et mentalement et de réfugiés. Il était temps de se former car elle se sentait limitée en termes de connaissances. C’est alors qu’elle a entendu parler de la danse-mouvement-thérapie. « J’ai pris un peu de temps avant décider de me former en danse-mouvement-thérapie. Car cela impliquait un changement radical de carrière ainsi qu’un investissement financier. Mais le déclic s’est produit en mai 2019, et en août 2019, j’étais déjà en Inde pour commencer ma formation. »

A savoir qu’avant de se former en danse-mouvement-thérapie, Daphné Amaya Rouillard a suivi une formation en Essence of Bellydance, une technique d’enseignement de l’art de la danse du ventre avec une approche holistique et centré sur le bien-être, qui d’une certaine façon vient rejoindre l’aspect thérapeutique de la DMT. Et elle a eu possibilité d’enseigner cette pratique à un groupe de femmes à Maurice pendant un an.

La DMT, c’est quoi au juste ?

Daphné Amaya Rouillard explique que cette thérapie va beaucoup plus loin que le simple fait de danser et se sentir bien. Bien qu’elle ait des aspects d’expression authentique du corps, de relaxation, de bien-être et de lâcher prise, sa particularité est toutefois son aspect guérisseur.

Ce qui explique que le mot thérapie vienne s’ajouter à danse et mouvement, renchérit-elle. Outre en rappelant que la danse a toujours joué un rôle important dans les différentes cultures à travers le monde et ce depuis des siècles, elle indique que cette forme d’expression est aussi un mode de lien social mobilisant les familles et communautés dans un rythme et un mouvement commun.

« Nous retrouvons ces éléments par exemple dans la danse du Sega, qui était un moyen pour les esclaves d’exprimer les souffrances liées à leur déracinement. C’est pareillement un moyen de se rassembler, partager un moment d’expression transcendantale en communauté, laissant place à la joie et l’expression de la vie », dit-elle.

La danse comme moyen de guérison

Selon Daphné Amaya Rouillard, la danse a souvent été utilisée comme moyen de guérison. « C’est surtout dans les cultures africaines, afro-caribéennes, sud-américaines et les cultures chamaniques que nous retrouvons des rituels de guérisons qui intègrent plusieurs arts. Tels que le chant, la musique, la danse et le soutien communautaire pour guérir un membre de la communauté », renchérit la jeune praticienne de la DMT.

Et de dire que cette thérapie a pris ses débuts dans l’expression libre du corps. Notamment avec la naissance de la danse contemporaine. « En effet, ce furent des danseuses contemporaines qui commencèrent à s’intéresser à la danse et le mouvement comme moyen pour soigner et traiter des personnes souffrant d’handicaps physiques, mentaux ou de troubles psychiatriques » indique la jeune femme.

Cela tout en ajoutant que la thérapie par la danse ainsi répondait entre autres au besoin de trouver une approche non verbale et de redonner la place au corps, qui n’étaient pas suffisamment valorisé dans les cabinets de psychothérapie. « La DMT a pris naissance aux États-Unis dans les années 1950 et s’est développée à partir de 1960 avec la mise en place de l’American Dance Therapy Association, qui a permis aux danse-mouvement-thérapeutes d’obtenir une reconnaissance professionnelle », dit-elle.

Au-delà du simple fait de danser

Daphné Amaya Rouillard explique que la DMT va au-delà du simple fait de danser. Car elle part du principe que le corps et l’esprit sont inséparables et en constante interaction. « Ainsi, les sensations, les perceptions, les émotions et la pensée influent sur notre corps et la façon dont nous bougeons. En observant le corps, nous pouvons déceler les états mentaux », dit-elle.  Et de souligner qu’à l’inverse, notre posture et nos mouvements ont ainsi le pouvoir de transformer l’état mental, de faire remonter des souvenirs refoulés, de libérer la spontanéité et la créativité. Ou encore de réorganiser le cerveau.

« La DMT nous permet donc de rétablir le lien entre le corps et l’esprit ainsi que de nous reconnecter avec douceur à notre monde intérieur à travers le corps en mouvement. Nous partons du principe que nous avons tous toutes les ressources nécessaires à l’intérieur de nous-mêmes pour guérir, transformer, intégrer, grandir et être épanoui. Car le corps est un puits de savoir et de sagesse. Quand nous prenons le temps de l’écouter, il nous parle et nous communique exactement ce dont nous avons besoin à chaque instant », soutient la praticienne.

Idéale pour qui ?

La thérapie DMT s’adresse à tous. Notamment enfants, adolescents, adultes et seniors. Mais encore femmes, hommes, les personnes capables et autrement capables de toutes origines, cultures, nationalités et communautés, soutient Daphné Amaya Rouillard. Toutefois, elle dira qu’elle la recommande plus précisément à ceux ou celles rencontrant des obstacles avec la parole. Ou qui sont angoissés, déprimés, stressés, fatigués ou à bout de nerfs.

« Ceux qui rencontrent des obstacles relationnels, des incommodités de timidité, de manque de confiance et d’estime de soi ou souffrant d’une dépréciation de l’image de soi peuvent aussi faire la DMT », indique-t-elle.  Mais encore, cette thérapie est efficace pour ceux qui ont du mal à être dans le moment présent, ceux percevant une dimension artistique avec le besoin de l’exprimer mais ne l’osant pas, ceux ayant des difficultés à gérer différentes émotions (colère, tristesse, honte…) et à canaliser leur énergie, ceux atteints d’une maladie et en recherche de besoin pour fortifier leur mental, ceux souffrant d’isolement à conduite addictive (alcoolisme, toxicomanie, addictions aux jeux) entre autres

Mots d’elle

Après sa formation en Inde avec CMTAI en Inde, Daphné Amaya Rouillard a eu la possibilité de vivre la danse mouvement thérapie en personne, de la vivre dans son corps et ainsi de mieux comprendre ses bienfaits. « J’ai appris à écouter la sagesse de mon corps et dans ce processus beaucoup d’émotions, de ressentis de vécus passés sont remontés à la surface pour pouvoir être intégrés. Ça a été le début d’un merveilleux voyage vers mon monde intérieur qui ne fait que continuer… »

En parallèle, elle a étudié les bases de la psychologie, reliées à la danse-mouvement thérapie, ainsi que les bases de l’anatomie, et d’autres méthodes d’analyse et de compréhension du corps humain en mouvement tel que Laban Movement Analysis (LABAN) et Bartenieff Fundamentals, entre autres. C’est ce qui lui a permis de développer et cultiver les compétences nécessaires pour faciliter des sessions de danse-mouvement-thérapie. Cela afin que les participants se sentent accueillis et écoutés, en totale présence, dans un espace ouvert et sans jugement.

Après complétion de 60 heures de stages, soit faciliter un total de 60 heures de sessions de danse-mouvement-thérapie avec différents groupes, elle a soumis une dissertation sur la DMT. « C’est ce qui m’a donné une bonne base pour commencer à introduire ce concept à Maurice », dit-elle. Toutefois, elle dira que comme elle a soif de plus de connaissance et souhaite grandir dans ma profession, elle a tout récemment commencé une nouvelle formation à distance en Mouvement Authentique (Authentic Movement). Pour plus d’informations sur le DMT, Daphné Amaya Rouillard peut être contacter sur sa page Facebook et Instagram : d.life.dancer.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page