MaladiesSliderTemoignages

Transinvest face à la COVID-19 : Le défi d’assurer la sécurité sur les sites de travail en y créant les meilleures conditions sanitaires

Après l’annonce d’un second confinement au pays par le gouvernement le 10 mars dernier, Transinvest Construction Ltd a tout mis en œuvre. Notamment pour assurer la sécurité de son matériel. Mais encore de ses sites et surtout de son personnel. En s’appuyant sur l’expérience acquise en 2020, les équipes se sont ainsi mobilisées de manière quasi instantanée. Gardiens, chauffeurs et femmes de ménage, tous ont répondu présent à l’appel. Certains partagent leur vécu du second confinement.

Babita, femme de ménage : « Le nettoyage des bureaux se fait avec une vigilance accrue »

En cette période de 2e phase de réouverture du pays permettant à la reprise du travail ainsi que les activités économiques et où l’hygiène est une priorité absolue, Babita souligne l’importance de respecter les mesures sanitaires. Femme de ménage pour cette compagnie de construction, elle indique que les femmes de ménage ont un rôle clé à jouer en cette période de crise sanitaire. En effet, les bureaux sont nettoyés à des intervalles plus réguliers. Ainsi les espaces communs tels que la réception et les toilettes ou encore les poignées de portes font l’objet d’une attention particulière, dit-elle.  Est-ce plus difficile, plus de nettoyage et avez-vous une paranoïa de contracter le virus ? « Non, le nettoyage n’est pas plus difficile. Mais il requiert sans doute une vigilance accrue.  Nous sommes vigilantes puisque nous savons que le virus circule toujours. Ainsi, nous multiplions les gestes barrières tout en faisant notre travail en cette période de crise sanitaire au pays », soutient la femme de ménage. Celle-ci ajoute que de plus tous les moyens ont été mis à la disposition des front-liners de la compagnie pour se protéger, incluant des masques et du gel hydro alcoolique. Et que des dispositions ont été prises pour permettre aux employés qui le souhaitaient de faire le vaccin. De plus, l’organisation du transport pour se rendre sur le lieu de travail a été une mesure importante pour assurer la sécurité de tous, dit-elle.

Suresh, chauffeur : « Je me suis adapté aux mesures sanitaires et aux tâches supplémentaires »

Suresh travaille comme chauffeur comme à Transinvest Construction Ltd. « Depuis le début du confinement en mars dernier, j’ai été mobilisé. Je suis heureux d’avoir pu apporter ma contribution en cette période de pandémie. En tant que chauffeur, je me suis adapté aux mesures sanitaires et aux tâches supplémentaires qui m’ont été attribuées », dit-il.  En ce qu’il s’agissait de ses responsabilités, Suresh dira que lors du confinement, il récupérait et déposait les collaborateurs qui n’ont pas de transport et qui doivent se rendre au siège de la compagnie. Ou encore, il déposait les équipements et documents aux domiciles des collaborateurs. « Étant le seul chauffeur en cette période, j’allais aussi à la banque et à la poste », dit-il.  Qu’est-ce qui a changé dans votre métier depuis la pandémie ? « Je dirai que c’est plus d’entretien pour la voiture. Comme la désinfection en continue et l’utilisation du hand sanitizer et la limite du nombre de personnes dans le véhicule pour chaque trajet », dit-il.

Eric, le gardien : « J’avoue que ma peur d’être contaminé et de transmettre le virus à ma famille a vite disparu »

Gardien au siège social de Transinvest Construction Ltd, Eric témoigne qu’avec les mesures prises par sa compagnie et pour qu’il puisse faire le vaccin, il peut se rendre au travail en toute sécurité. « J’avoue que ma peur d’être contaminé et de transmettre le virus à ma famille a vite disparu. Je peux maintenant travailler la tête reposée », dit-il. Ce dernier indique que les gardiens de la compagnie ont désormais une plus grande responsabilité. Car ils doivent être plus attentifs et noter systématiquement le numéro de carte identité et l’adresse de chaque visiteur. « Nous devons conserver ces données qui peuvent être très utiles pour un exercice de « contact tracing », par exemple. Nous effectuons aussi la prise de température. Lors du confinement en l’absence de la réceptionniste, nous prenions aussi les appels et remettaient les chèques ainsi que d’autres documents aux fournisseurs qui venaient les récupérer », dit-il. Cela tout en ajoutant que la compagnie avait pareillement pris des dispositions pour le transport entre leur domicile et leur lieu de travail. « Cela nous évitait de prendre les autobus. Nous avons été sensibilisés à la Covid-19 et nous connaissent aujourd’hui l’importance de respecter les mesures sanitaires », soutient Eric.

Ravindranath est gardien sur un des chantiers de Transinvest Construction Ltd. « Mon activité se poursuivait comme d’habitude. Même si nous étions en période de confinement, le travail n’était pas de tout repos. Il fallait redoubler de vigilance en cette période car les voleurs saisissaient chaque occasion pour passer à l’attaque. » Tandis que les gardiens Sunil et Bruno soulignent pour leur part le calme qui régnait à Coromandel : « Le travail était plutôt monotone, malgré les nouvelles tâches qui nous sont alloués ». Ces derniers laissent aussi entendre que l’absence de leurs collègues, qui sont en télétravail, se faisaient beaucoup ressentir. Ils ajoutent aussi que les policiers de la région effectuaient des contrôles réguliers sur les sites. Par ailleurs, en cette reprise complète des activités, Transinvest Construction Ltd confie qu’elle tient à remercier tous ses front-liners qui en dépit du contexte difficile n’ont pas flanché un seul instant. « À tous ces hommes et ces femmes qui se sont mobilisés, l’entreprise leur rend un vibrant hommage », a fait ressortir la direction.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page