Hygiène de vieSliderSoins des yeux

Les yeux : quand les larmes manquent à l’appel

Les yeux à sec, vous avez sûrement connus ? La sécheresse oculaire est aussi une autre pathologie qui affecte nombre des Mauriciens. Qu’en est-il vraiment ? Alister Li, optométriste, nous explique.

Quand les larmes manquent à l’appel, on parle alors de sécheresse oculaire, « La sécheresse oculaire est plus communément due à un débalancement des glandes lacrymales et des glandes sébacées sur le bord des paupières. Soit les glandes lacrymales ne produisent pas assez de larmes ou alors la quantité produite est suffisante, mais la qualité des larmes est pauvre. La plupart du temps, les larmes sont trop grasses et ne mouillent pas la cornée convenablement. »

Les symptômes

Plusieurs causes sont à l’origine de cette pathologie. « Chez les femmes, la sécheresse oculaire est liée à un débalancement hormonal. Elle apparaît souvent pendant la puberté et la grossesse. Elle peut faire partie des syndromes qui affectent toutes les glandes qui secrètent, tel le syndrome de Sjogren où le patient souffre des yeux secs, de peau sèche et de soif permanente. »

Cette condition est aussi générée par une utilisation excessive des écrans. « Travailler sur un écran d’ordinateur, de laptop, de tablette ou de téléphone portable entraîne une diminution du rythme de clignements des paupières. Ces clignements servent à répandre les larmes sur la cornée et le globe oculaire pour les nettoyer et les lubrifier. Quand le rythme de ces clignements diminue, l’œil se dessèche. »

Les symptômes se manifestent souvent par de l’inconfort oculaire permanent. « La personne a une sensation de brûlure aux yeux, une rougeur généralisée et dans les cas sévères, une petite baisse de vision. On a aussi tendance à cligner des yeux rapidement ou à presser les paupières fortement pour essayer de produire plus de larmes. »

Il existe plusieurs traitements, selon Alister Li qui encourage les Mauriciens à être plus prudents. « Pour ceux qui travaillent sur un écran, on prescrit des gouttes oculaires lubrifiantes dans un premier temps pour alléger les symptômes et ensuite on éduque la personne sur une bonne hygiène de travail.

Ainsi, après 20 minutes sur un écran, il faut regarder un objet à au moins 20 pieds pour 20 secondes. Pour les causes systémiques, tel le débalancement hormonal, on réfère le patient à son médecin ou un endocrinologue. Il faut, aussi, penser à boire beaucoup d’eau par jour. »

Non traitée, cette pathologie peut devenir chronique.« Dans les cas de blépharite, elle est le plus souvent chronique et rendre la vie du patient très difficile. Elle peut, aussi, devenir chronique dans les cas de mauvaises utilisations d’écran. »

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer