Actu SantéHygiène de vieSanté DentaireSlider

Allô docteur : l’extraction de la dent de sagesse pas obligatoire

« Il n’est pas obligatoire de se faire extraire une dent de sagesse. Cela s’avère nécessaire quand elle est mal positionnée et qu’elle engendre d’autres complications. » C’est ce qu’a souligné le Dr Ahmad Khan Domun, chirurgien-dentiste et spécialiste en implantologie dentaire.

Le Dr Ahmad Khan Domun, chirurgien-dentiste et spécialiste en implantologie dentaire, estime que les Mauriciens ont une mauvaise conception de la dent de sagesse. Il est faux de croire qu’il faut systématiquement extraire cette dent, selon lui.

« On peut conserver sa dent de sagesse toute sa vie, si elle ne pose pas de problèmes aux autres molaires », a affirmé le chirurgien-dentiste lors de l’émission Allô Docteur sur Radio Plus. Pour lui, si les dents de sagesse ont pris leur place dans la bouche et qu’il est possible de bien les brosser, il est possible de les conserver.

Les dents de sagesse sont les troisièmes molaires permanentes qui poussent vers l’âge de 18 ans. La première molaire pousse aux alentours de six ans et la deuxième vers 12 ans. Les dents de sagesse poussent au fond de la bouche et sont au nombre de quatre : deux en haut et deux au bas de chaque côté de la mâchoire. Il a été noté que les dents de sagesse poussent bien avant 18 ans. Dans certains cas, c’est dès 14 ans, mais dans d’autres cas, c’est après
18 ans, dépendant de l’évolution de la mâchoire.

Si la mâchoire est suffisamment grande pour la taille des dents, il n’y a pas de problème. Le patient ne ressentira presque pas de douleur quand les dents de sagesse vont commencer à pousser. A contrario, si elles n’ont pas de place pour émerger, il peut avoir un chevauchement entre les dents ou alors sortir en position oblique.

Dans certains cas, la dent peut percer la muqueuse au fond de la bouche et favoriser une prolifération de bactéries et d’infection. La zone peut aussi être enflammée et être très sensible, a aussi expliqué le Dr Ahmad Khan Domun.

Les symptômes des dents de sagesse peuvent être divisés en deux parties. La forme douloureuse non infectieuse et la forme où c’est l’inflammation en plus des douleurs avec de nombreuses bactéries autour de la zone où la dent est en train de pousser. La forme
non infectieuse survient surtout au début, avec un gonflement de la gencive qui engendre des difficultés lors de la mastication et même pour la fermeture de la bouche quand la dent de sagesse se frotte à la deuxième molaire et la soulève légèrement, mais douloureusement.

Certains patients ont alors l’impression qu’ils ont des caries, mais ce n’est pas forcément le cas. Une des complications de la dent de sagesse, c’est qu’elle ne rencontre pas d’obstacle lors de son éruption. Ainsi, elle va continuer à pousser et devenir plus longue que les autres dents. La douleur survient alors quand le patient veut fermer la bouche, mais que la dent empiète sur l’intérieur ou tout autre tissu de la bouche. Ces morsures peuvent alors devenir des plaies et s’infecter.

Prolifération de bactéries

La phase infectieuse survient quand la dent de sagesse fait son éruption, mais ne sort pas complètement. Là encore, il peut y avoir une prolifération de bactéries. Ce qui peut entraîner une infection pouvant descendre jusqu’à l’os sous la gencive, générant une inflammation. Le système immunitaire va essayer de combattre cela, mais dépendant de la capacité du corps à combattre cette « attaque », il peut avoir une infection du tissu osseux, engendrant fièvre, frisson, ganglions et enflures chez le patient.

Des soins médicalisés sont alors importants. « Il est préférable de consulter un dentiste, si l’on a des douleurs persistantes dans la bouche, surtout si l’on n’arrive pas à s’alimenter convenablement en raison de cela. Si la dent de sagesse peut ne pas donner des problèmes infectieux, elle peut être mal positionnée et provoquer des caries sur la deuxième molaire. C’est commun chez de nombreux patients. Le risque de carie dentaire est plus grand quand on a des dents qui poussent de travers et qu’elles sont difficiles d’accès lors du brossage. »

Un rétrécissement des mâchoires a été observé chez de nombreux individus, selon le chirurgien-dentiste. C’est ce qui fait que les dents de sagesse n’ont pas suffisamment de place pour sortir. Avec la conséquence qu’elles empiètent sur les dents aux alentours à travers une pression permanente. Les douleurs sont cycliques et ressenties particulièrement lors d’une période de stress.

Elles sont souvent périphériques, comme des douleurs musculaires, d’oreilles et des migraines dans certains cas. « Ces douleurs ne sont pas directement liées à la dent, mais à distance. » Elles sont provoquées par une inflammation des tissus autour de la dent et qui affecte le système nerveux qui est très sensible. Les douleurs disparaissent après l’extraction de la dent de sagesse.

L’extraction de la dent de sagesse se fait généralement sous anesthésie locale lorsque la dent est difficile d’accès, quand il y a des chevauchements avec d’autres dents ou quand il y a plusieurs dents à extraire à titre préventif pour éviter certaines complications. « L’anesthésie générale est privilégiée pour le confort du patient et ce type d’intervention peut durer une heure. »

Gare à la carie dentaire

Les dents, incisives, canines, molaires et prémolaires n’ont pas pour unique fonction de nous aider à couper et mastiquer les aliments. Elles servent aussi à la phonation et l’esthétique. Elles sont importantes également pour avaler la salive. Il faut savoir que ceux qui perdent leurs dents ont des problèmes de déglutition. Il est donc primordial de bien les entretenir à travers un bon brossage, afin de toutes les conserver.

Ceux qui ont des malpositions dentaires (dents qui poussent de travers) courent le risque d’une prolifération de bactéries. Cela fait que la plaque dentaire engendre des caries dentaires, le brossage étant plus difficile. Les aliments peuvent restés coincés dans les fentes des dents ou un endroit difficile d’accès, nécessitant parfois l’usage de fil dentaire.

Ce qui peut générer des maladies de gencives ou des os. Il est recommandé de consulter un orthodontiste vers l’âge de 10 ans, si les dents poussent de travers, afin de les corriger à l’aide d’un appareil dentaire. Quand les dents poussent convenablement, il y a moins de risques d’avoir des caries dentaires.

L’implant pour remplacer les cavités dans la bouche

L’implant dentaire s’avère nécessaire pour éliminer les cavités dans la bouche après une extraction ou la perte de quelques dents à la suite d’un accident de la route, par exemple. C’est une racine artificielle placée dans l’os de la mâchoire pour remplacer une dent. L’implant peut être pratiqué uniquement quand la dent n’a plus de racine.

La couronne de la dent est alors fixée sur cette racine artificielle au bout de trois mois. La racine est en titane. Une fois fixé, l’implant ne peut plus être enlevé car il est intégré dans la mâchoire. L’entretien de la nouvelle dent se fait comme pour les autres à travers un brossage régulier. S’il y a plusieurs dents à remplacer, l’usage d’un bridge peut être privilégié. Sous cette technique, au lieu de mettre trois implants, on en met deux et une couronne est placée au milieu des deux pour un nouvel alignement dentaire.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer