MaladiesMaladies SaisonnièresSlider

Vaccination : une nécessité absolue

Certes, la vaccination n’est pas obligatoire mais elle est recommandée pour se protéger des maladies et les autres. Cela implique aussi le vaccin contre la grippe.

Se faire vacciner n’est pas une obligation, mais c’est important de le faire. C’est ce que font ressortir Dr Fazil Khodabocus, Senior Community Physician à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo, et Padmawatee Rajanah, Acting Principal Public Health Officer au ministère de la Santé.

Selon cette dernière, à sa naissance, un bébé est exposé à de nombreuses maladies. « Les anticorps de sa mère lui ont été transmis mais ils vont graduellement diminuer jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de six mois environ. C’est à ce moment-là que le nourrisson est à risque d’avoir des maladies », a-t-elle expliqué lors de l’émission Allô docteur de Radio Plus.

Le calendrier de vaccination s’étend de 0 à 12 ans, selon le programme national. Certains vaccins sont offerts en milieu scolaire avec le consentement des parents. Ne pas respecter le calendrier de vaccination expose automatiquement un nourrisson à des risques de complication de santé, souligne-t-elle. « Les vaccins doivent se faire chaque mois et il faut respecter toutes les doses afin d’être protégé à 100%. »

Si un bébé n’est pas vacciné régulièrement ou s’il rate ses rendez-vous, il ne sera pas protégé convenablement. « Il sera à risque à plusieurs maladies et complications dont les pneumonie, diarrhée, diphtérie et coqueluche, entre autres. » En effet, le système de vaccination sauve des millions de vies et il est considéré comme l’un des moyens les plus efficaces pour se protéger contre de nombreuses infections, soutient Dr Fazil Khodabocus.

« Le vaccin est une préparation qui stimule le système immunitaire et ce sont les anticorps qui vont protéger contre les maladies contagieuses. » Parmi les infections, on note les poliomyélite, rubéole, oreillon, et grippe, entre autres.

Selon Dr Khodabocus, il y a trois types de vaccins obligatoires, dont ceux contre la fièvre jaune et la méningite, à Maurice. Ils tombent sous l’Expanded Programme Immunization (EPI), soit la vaccination à la petite enfance. Les bébés non vaccinés ne sont pas à l’abri de certaines maladies graves voire fatales.

« C’est un très bon programme qui a été mis en place depuis des années et il est gratuit dans les dispensaires, les centres de santé et les centres communautaires. » Si les autres vaccins ne sont pas obligatoires, ils sont fortement recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Nous avons une bonne couverture, soit entre 85 et 90%, qui englobe ceux qui se font vacciner dans les services public et privé, explique le Senior Community Physician, mais il faut pouvoir atteindre au moins 95% même si l’idéal serait de 100% ». Il déplore toutefois, que pour une raison ou une autre, certains parents ne font pas vacciner leur enfant.

Aucun vaccin n’est à 100 % efficace mais il donne une bonne protection, précise le médecin. « Toutefois, le monde étant un village global, il est important d’avoir une couverture contre les maladies. Malheureusement les vaccins contre la Rougeole, Oreillon, Rubéole (ROR), désormais obligatoire en France, ne l’est pas encore à Maurice. Il faudrait en soit de même chez nous. »

Un vaccin contre le cancer du col de l’utérus

Proposé depuis 2016, le vaccin contre le Human papilloma virus (HPV) est proposé aux jeunes filles de Grade 5 afin de prévenir le cancer du col de l’utérus. Selon Dr Khodabocus, c’est le troisième type de cancer le plus commun chez les femmes après celui du sein et du colorectal.

Une centaine de nouveaux cas du cancer du col de l’utérus sont enregistrés chaque année, dit-il. D’où l’importance du vaccin d’autant qu’il est offert gratuitement. Ce vaccin est dédié aux jeunes filles, qui n’ont pas encore eu de relations sexuelles.

« Bon nombre de femmes sont infectées dès qu’elles commencent à mener une vie sexuelle active », indique le Senior Community Physician. Ce vaccin est proposé avec le consentement des parents mais certains sont réticents à l’accepter. « Les bénéfices de ce vaccin se verront dans 15 à 20 ans », affirme-t-il.

L’OMS a recommandé que cela soit ajouté au programme national de vaccination. Il a été introduit en août 2016 et Maurice fait partie des 74 pays qui proposent ce vaccin aux jeunes filles à partir de l’âge de neuf ans. Par ailleurs, il conseille aux femmes des frottis de dépistage pour savoir si elles ne sont pas à risque d’un cancer du col de l’utérus.

Vaccins obligatoires

Certains vaccins sont obligatoires. Cela concerne particulièrement ceux qui vont voyager. Si c’est vers un pays où il y a la fièvre jaune, par exemple comme dans certains pays d’Afrique, il est primordial de se faire vacciner avant de prendre l’avion. Idem pour celui contre la méningite pour ceux qui vont en pèlerinage à la Mecque, conseille Dr Khodabocus.

L’administration du vaccin payant se fait à l’International Vaccination Centre de Port-Louis. Tous les vaccins sont recommandés par l’OMS. Inutile d’ajouter qu’ils sont efficaces !

Dr Khodabocus : « La grippe ne doit pas être banalisée »

Il ne faut pas banaliser la grippe. C’est ce que prône Dr Khodabocus. Cette maladie fait des milliers de morts dans le monde en raison des complications qu’elle peut entraîner. Ce vaccin vise à combattre principalement les virus AH1N1, AH3N2 et B. « La grippe est un problème de santé public grave qui peut avoir des conséquences graves. Il ne faut pas banaliser cette maladie. »

Divers symptômes peuvent apparaître subitement, dont des courbatures, fièvre, écoulement nasal, toux sèche, faiblesse, fatigue, mal-être… Dans certains cas, il peut y avoir des vomissements et des diarrhées. Le docteur recommande de consulter un médecin dès l’apparition des symptômes et de ne pas pratiquer l’automédication.

La grippe est une maladie extrêmement contagieuse et peut s’attraper facilement soit à travers les gouttelettes qui circulent dans l’air si une personne malade ne s’est pas couvert le nez ou la bouche en éternuant ou en toussant. On peut aussi être infecté en touchant une surface contaminée sans s’être préalablement lavé la main avec de l’eau et du savon avant de se toucher la bouche, le nez ou les yeux.

Tout le monde est invité à se faire vacciner contre la grippe particulièrement les personnes les plus vulnérables – enfants de cinq ans, femmes enceintes, personnes âgées, ceux qui souffrent de maladies chroniques comme l’asthme, diabète ou qui ont des problèmes cardiovasculaires, de cancer ou qui sont séropositifs.

Se faire vacciner contre la grippe est recommandé, car leur système immunitaire est affaibli par la maladie. Les personnes obèses sont aussi à risque. Le vaccin contre la grippe est possible chez les nourrissons à partir de six mois. Il est disponible dans les hôpitaux, médicliniques et dispensaires.

Dans les hôpitaux, les horaires pour la vaccination sont : de 9 à 15 heures du lundi au vendredi et de 9 à 11 heures le samedi. Dans les autres centres de santé, un calendrier a été établi pour en proposer deux fois par semaine entre 13 et 15 heures. Le vaccin est offert gratuitement sur présentation d’une pièce d’ientité.

Mots clés

Articles Liés

Close