MaladiesMédicines préventivesSlider

Maladies non transmissibles : la prévention commence avant la conception d’un enfant

Réduire la prévalence des maladies non transmissibles. Tel est l’objectif du Groupe enfants et mères à travers sa campagne de 1 000 jours, du programme Nourrir la vie. Le point avec les Dr François Leung et Chandra Shekar Ramdursingh, respectivement président et membre de cette organisation non gouvernementale.

Les maladies non transmissibles (MNT) sont devenues des fléaux à Maurice et dans le monde. À travers la campagne 1 000 jours, du programme Nourrir la vie, le Groupe enfants et mères (GEM) espère réduire l’incidence de ces maladies à travers une bonne pratique alimentaire. Et ce, avant même la conception d’un enfant, pendant la grossesse et après la naissance du bébé. Avec les campagnes de sensibilisation, le groupe souhaite toucher toute la population afin d’avoir une nation en meilleure santé à l’avenir.

Une collaboration entre les professionnels de santé du privé et le public, avec la participation des autorités et autres parties prenantes, est souhaitée pour toucher davantage de personnes. « Nous devons tous travailler la main dans la main et agir ensemble pour mener ce combat afin de limiter la prévalence des maladies non transmissibles », a insisté le Dr François Leung, pédiatre.

« Les maladies chroniques non transmissibles représentent 60 % du nombre total des décès dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé », a expliqué le président du GEM. Ces maladies sont le diabète, l’hypertension, le cholestérol et les maladies cardiovasculaires. « Selon les prévisions de l’Organisation mondiale de la Santé, avec une augmentation de 24 % rien qu’en Afrique, le nombre de décès devrait augmenter de 17 % dans les 10 prochaines années », a-t-il ajouté.

Plus productifs

Citant les chiffres de Maurice, il a affirmé que l’obésité touche un Mauricien sur deux. Presque 24 % de la population est affecté par le diabète du type 2, a fait ressortir le Dr Leung. Ce chiffre est énorme, juge-t-il, il n’est pas possible de rester les bras croisés face à une telle situation. « Nous devons faire en sorte de réduire l’incidence de ces maladies et œuvrer pour les générations futures », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Ce sera bénéfique au pays car la population sera en meilleure santé. Les gens seront plus productifs et le budget de santé diminuera ».

La campagne du GEM s’articule autour de 1 000 jours car le programme Nourrir la vie prend en considération la date de la conception jusqu’à la naissance du bébé et même au-delà, a expliqué le Dr Chandra Shekar Ramdursingh, gynécologue. Selon lui, une grossesse bien planifiée fait une grande différence dans le développement de l’enfant et dans sa vie future. « Ce que nous préconisons c’est que les couples, désirant fonder une famille, rencontrent un médecin pour la phase préconceptionnelle. »

Il a expliqué qu’avec la prise de médicaments facilement disponibles et peu coûteux, la future mère a de meilleures chances d’accoucher d’un bébé en bonne santé.

« Exemple : une personne qui prend de l’acide folique avant d’être enceinte a moins de risque d’avoir un bébé avec une difformité ou un problème neurologique. La maman a aussi moins de risque d’avoir de l’hypertension pendant sa grossesse ou des problèmes placentaires », affirme-t-il.

S’adressant aux futures mères, le gynécologue a rappelé qu’il est important de bien planifier sa grossesse et d’avoir un suivi médical dès le début, tant pour la maman que pour le bébé. En cas de carence, des mesures correctives peuvent être prises rapidement, dit-il.

Le Dr Leung a souligné que la phase préconceptionnelle concerne aussi les papas, car la mère et l’enfant auront besoin de son soutien. « Le papa également doit mener une vie saine afin de transmettre de bons gènes », a-t-il précisé.

Le Dr Ramdursingh a ajouté que les fumeurs passifs ne sont pas à l’abri de problèmes de santé, d’où les précautions à prendre par les deux conjoints. « Il ne s’agit pas que de manger des aliments sains et équilibrés mais aussi de pratiquer une activité saine, ne pas consommer des boissons alcoolisées ou fumer avant la conception ou après l’accouchement », soutient-il.

GEM œuvre pour la santé de la mère et de l’enfant

GEM, une Ong à but non lucrative, regroupe des professionnels de la santé du secteur public et privé. Parmi des pédiatres, gynécologues-obstétriciens, nutrition-nistes, endocrinologues et sages-femmes. L’un des objectifs du groupe est de lutter contre les MNT qui ont pris de l’ampleur depuis ces dernières années. À travers des livrets, GEM dissémine des informations sur les mesures à prendre pendant la grossesse pour la santé de la future mère, de l’enfant et l’alimentation du bébé après sa naissance.

Congé de maternité

Les autorités devraient donner toutes les facilités nécessaires afin que les femmes ayant accouché puissent avoir la possibilité d’allaiter leur enfant, ont fait ressortir les deux médecins. Selon le Dr Ramdursingh, les couples sont de plus en plus réticents à avoir un enfant car ils ne veulent pas subir des contraintes telles que le manque de temps pour s’occuper de leur bébé d’obligations professionnelles. Avec le faible taux de croissance démographique, le pays fera face à un problème économique dans les années à venir. La population vieillit.

Forums sociaux

Il est impossible d’interdire les forums sur les réseaux sociaux où des mamans partagent leurs expériences. Cependant, si certaines informations sont correctes, d’autres sont erronées, a prévenu le Dr Leung. « Il faut faire attention avec les forums. Il est important de suivre les conseils d’un professionnel de santé », a insisté le président du GEM.

Allaitement maternel

La meilleure alimentation pour un bébé à sa naissance est l’allaitement maternel jusqu’à six mois, a fait ressortir le Dr Leung. À partir de six mois, il faut diversifier les aliments en introduisant des céréales et des légumes au goût neutre avant de passer à ceux avec un goût sucré. L’allaitement maternel peut continuer jusqu’à l’âge de deux ans, en fonction de la disponibilité de la maman.

« Les mamans doivent avoir la patience d’allaiter leur enfant après l’accouchement, car ce lait contient des anticorps contrairement au lait en poudre infantile », a souligné le Dr Ramdursingh. « Les gynécologues, qui font le suivi médical des femmes enceintes, surveillent l’alimentation de ces dernières et leur proposent divers examens afin de s’assurer que la croissance du fœtus se déroule correctement », a expliqué le Dr Ramdursingh.

Selon le gynécologue, un enfant qui n’a pas été suivi comme il faut durant la grossesse peut avoir des problèmes par la suite. « 8 % à 12 % des femmes enceintes encourent le risque d’avoir le diabète gestationnel », a-t-il affirmé. De plus, si la femme souffre d’hypertension durant la grossesse, elle risque d’accoucher prématurément ou d’avoir un bébé de petite taille.

Les bébés nés avec un poids inférieur à la normale ont plus de risque d’être obèses ou diabétiques. « De plus en plus de jeunes souffrent du diabète du type 2 alors que cette maladie touchait autrefois les adultes d’un certain âge », a conclu le docteur.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page