Hygiène de vieMieux vivreSlider

Smartphone : attention aux risques de blessures et des dangers sur la santé

L’usage du smartphone a augmenté le nombre de blessures au niveau de la tête et du cou en 20 ans. C’est ce que révèle une étude américaine publiée récemment. Pour le Dr Nunraj Dhawal, médecin du sport, l’utilisation de nos téléphones portables est aussi liée à de nombreux autres problèmes de santé.

  • LE SYNDROME TECK NECK

Avec la tête penchée en avant pour utiliser son smartphone, pas étonnant que les courbatures apparaissent. Ces positions, adoptées souvent pendant de longues heures, font apparaître les maux de tête, de dos et de nuque. Ces douleurs sont aussi connues comme le syndrome Teck neck. « On doit essayer d’adopter de nouvelles postures. Essayez de mettre votre téléphone au même niveau que vos yeux sans pencher la tête pour lire ou répondre à un message. Il suffit de soulever les bras », explique le Dr Nunraj Dhawal, médecin du sport.

  • LA SÉDENTARITÉ

Le temps passé à « scroll » sur les réseaux sociaux n’aide pas à être en meilleure forme physique. Au contraire, être constamment sur son téléphone pousse les gens à devenir plus sédentaire. Cette sédentarité entraîne, elle, de nombreuses maladies telle que le diabète. L’inactivité physique ralentit aussi le système immunitaire, ce qui peut favoriser la contraction d’autres maladies. Chez les plus jeunes, l’obésité est un problème qui est souvent lié au manque d’activités physiques et à une mauvaise alimentation.

  • L’INSOMNIE ET LA MIGRAINE

Difficile de décrocher de son téléphone. Le soir, de nombreuses personnes restent scotchés à leur smartphone et ne voient pas le temps passé. On y regarde des films, des vidéos ou le simple fait de chatter sur les réseaux sociaux finissent par raccourcir le nombre d’heures de sommeil. Cette utilisation excessive de son smartphone peut entraîner l’insomnie. « Dormir moins de six heures par nuit a un impact très néfaste sur notre qualité de vie et notre santé. L’insomnie entraîne la migraine, le manque de concentration et peut favoriser d’autres maladies », souligne le médecin.

  • BAISSE DE MEMOIRE

Depuis l’arrivée des smartphones dans notre quotidien, ces objets sont souvent désignés comme responsables d’une diminution de notre niveau de concentration. Comment ? Tout simplement parce qu’on y retrouve une multitude d’applications et d’options qui nous facilitent la vie et qui ne nous demandent pas de réfléchir ou encore de mémoriser. De ce fait, on stimule de moins en moins notre cerveau, ce qui contribue à une baisse de mémoire.

  • SURDITE

De nombreuses personnes écoutent de la musique sur leur téléphone portable. Le danger ? Le risque d’avoir des problèmes d’audition à la longue. Écouter de la musique avec des écouteurs avec un volume très élevé abîme les oreilles. Cependant, les répercussions apparaissent des années plus tard. Avec des tympans abîmés, il est difficile de retrouver l’ouïe.

Accidents liés au smartphone

L’étude américaine montre que les accidents liés au smartphone sont imputables dans 30 % des cas à un manque d’attention lié à l’usage des téléphones sur la voie publique. Une enquête menée par le constructeur automobile Ford révélait que 65 % de gens questionnés reconnaissaient avoir déjà traversé la rue tout en consultant leur smartphone. Un néologisme a même été attribué aux personnes qui adoptent ce type d’attitude : les smombies, mot-valise en référence au smartphone et au zombie.

Or, ce manque de concentration peut s’avérer dangereux et provoquer des accidents. Aux États-Unis, 2 501 patients âgés de 13 à 29 ans ont été victimes d’accidents de blessures à la tête et à la nuque, liés à l’usage de smartphones entre 1998 et 2017, montre cette étude américaine publiée dans la revue JAMA Otolaryngology-Head & Neck Surgery.

Les blessures comprenaient des coupures, des ecchymoses, des écorchures, des abrasions et des blessures internes, en particulier autour des yeux et du nez. Plus de 41 % des accidents se sont produits à domicile et étaient mineurs, nécessitant peu ou aucun traitement. Environ 50 % étaient attribuables à la distraction au volant et 30 % au fait de marcher dans la rue, le nez plongé dans son smartphone.

Les enfants de moins de 13 ans étaient beaucoup plus susceptibles de subir une blessure mécanique, comme l’explosion d’une batterie de portable. Les auteurs de l’étude notent un pic d’évolution de ces accidents, en 2007 et 2016, années qui correspondent respectivement à l’arrivée du premier iPhone sur le marché et de « Pokémon Go », une application qui consiste à traquer des personnages animés via son téléphone dans des lieux réels.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer