SeniorSlider

Entretenir son équilibre pour bien vieillir

Avec l’âge, comme les troubles de l’équilibre sont plus fréquents, les risques de chute sont plus élevés. C’est la raison pour laquelle il est important de prévenir les chutes en entretenant son équilibre. Les explications du Dr. Pascale Dinan, spécialiste en gériatrie.

À l’heure actuelle, un tiers des personnes âgées de 65 ans et plus sont concernés par les chutes, dont les conséquences sont graves, voire dramatiques. Au-delà du traumatisme physique que provoquent les chutes (bleu, fracture, traumatisme crânien…), ces dernières laissent des séquelles psychologiques. En effet, après une chute, les seniors ont souvent peur de tomber à nouveau et souffrent du syndrome post-chute. Sur le long terme, une chute peut entraîner une dépendance, avec pour conséquence l’institutionnalisation et même causer un décès. Un moyen simple de les éviter est de travailler son équilibre.

Comment fonctionne l’équilibre ?

Il existe deux systèmes qui entrent en jeu pour assurer un bon équilibre : le système anti-gravitaire avec les muscles extenseurs et para cervicaux et puis le système sensoriel. Notre équilibre dépend donc non seulement des muscles, mais aussi de la vue, de la plante des pieds, du système vestibulaire des oreilles et de notre cerveau. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre soin de tous ces organes et de ne pas les négliger.

Comment entretenir son équilibre ?

« Pour maintenir un bon équilibre et par la même occasion prévenir les chutes, il n’y a pas de secrets : il faut pratiquer une activité physique régulière adaptée », nous confie Pascale Dinan. L’OMS recommande d’ailleurs aux seniors de faire 150 minutes d’exercice par semaine, adaptée à leurs capacités et à leur condition physique. Faire de l’exercice permet de maintenir une bonne posture, de travailler l’endurance, de renforcer les muscles et d’apporter plus de tonus.

Pour choisir une activité physique ou un sport, il est préférable de se tourner vers un professionnel de la santé comme le médecin traitant, le gériatre ou le kinésithérapeute. En effet, en fonction des résultats des tests médicaux (électrocardiogramme, souffle…) et de l’intérêt de l’individu, le spécialiste pourra proposer une série d’activités parmi lesquelles le patient pourra choisir. Dans les activités les plus populaires, on retrouve la marche, le trail, le vélo, la danse, le tai-chi, le yoga, le chant choral, le jardinage et le dessin, entre autres.

En plus d’un exercice physique adapté, la gériatre souligne l’importance de bien choisir ses chaussures et de revoir son environnement. En effet, mieux vaut éviter privilégier des tapis antidérapants dans la douche et installer des accroches murales dans certaines pièces comme la salle de bain et les toilettes pour avoir des points d’appui.

Comment évaluer l’équilibre ?

Pour évaluer l’équilibre, il existe plusieurs tests que font passer les médecins. Le premier consiste à demander au patient de se tenir sur une jambe. Si le patient n’arrive pas à tenir 5 secondes, cela signifie qu’il n’a pas un très bon équilibre. Le professionnel de la santé évalue également la capacité de la personne à se lever d’une chaise sans difficulté et à effectuer des transferts par exemple d’un fauteuil aux toilettes et enfin la vitesse de marche.

En vieillissant, la manière de marcher se modifie. On utilise moins les mains comme balancier, le nombre d’oscillations augmente en position debout et la longueur et la hauteur des pas n’est plus la même. Ainsi, plus la marche est lente, moins bon sera l’équilibre. À savoir que la vitesse de marche peut être révélatrice de troubles cognitifs.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer