PsychoSanté mentaleSlider

Maladie mentale : Brisons les préjugés

Les préjugés entourant la maladie mentale incitent de nombreuses personnes atteintes à ne pas chercher de l’aide dont elles ont tant besoin. À l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale qui a été observée le samedi 10 octobre, il est important de briser la stigmatisation sur la maladie mentale. Voyons pourquoi avec la psychologue Veediasha Bekaroo.

Vidhi Bekaroo
Vidhi Bekaroo

Si vous êtes anxieux ou triste, on vous demande de faire des efforts. Cela suite au fait qu’on estime que ce n’est qu’une phase de vos émotions et que vous vous en sortirez si vous faites des efforts. Par rapport à votre maladie mentale et à votre traitement, on vous fait une remarque négative ou on vous colle l’étiquette de personne déprimée, bipolaire ou psychopathe. Puis, on vous évite subtilement et intentionnellement parce qu’on suppose que vous pourriez être instable, violent ou dangereux en raison de votre condition de santé. De ce fait, la stigmatisation sur la maladie mentale peut conduire à la discrimination évidente et directe, indique la psychologue Veediasha Bekaroo.

Les effets néfastes de la stigmatisation sont la réticence à demander de l’aide ou un traitement, la conviction de ne jamais arriver à relever certains défis et le manque de compréhension de la part de la famille, des amis et des collègues, entre autres. De plus, une personne atteinte de maladie mentale peut avoir moins de possibilités de décrocher un travail, faire des activités sociales ou de trouver un logement, indique Veediasha Bekaroo. De plus, il y a également l’intimidation, la violence physique et le harcèlement, sans oublier les assurances maladie qui ne couvrent pas adéquatement les traitements liés aux maladies mentales.

Comment faire face à la discrimination ? Tout d’abord, indique la professionnelle de santé, une personne atteinte de maladie mentale doit obtenir un traitement. « Vous pouvez être réticent à admettre que vous avez besoin d’un traitement. Ne laissez pas la peur d’être étiqueté avec une maladie mentale vous empêcher de demander de l’aide. Le traitement peut vous apporter un soulagement en identifiant ce qui ne va pas et en réduisant les symptômes qui interfèrent avec votre travail et votre vie personnelle », dit-elle.

La stigmatisation, qui ne vient pas seulement des autres, ne doit pas créer le doute et la honte fait ressortir la psychologue. « Vous pouvez croire à tort que votre état est un signe de faiblesse personnelle ou que vous devriez pouvoir le contrôler sans aide. Demandez des conseils, renseignez-vous sur votre état et établissez des liens avec d’autres personnes atteintes de maladie mentale peut vous aider à gagner en estime de soi et à surmonter l’autojugement destructeur », suggère la professionnelle de santé.

Elle ajoute : « Contactez les personnes en qui vous avez confiance pour la compassion, le soutien et la compréhension dont vous avez besoin ». De plus, les personnes atteintes de maladie mentale ne doivent pas s’assimiler pas à celle-ci. « Vous n’êtes pas une maladie. Donc, au lieu de dire ‘je suis bipolaire’, dites ‘j’ai un trouble bipolaire’. Ne dites pas que vous êtes schizophrène, mais plutôt ‘je souffre de schizophrénie’ », renchérit-elle.

Que faire quand un enfant souffre de maladie mentale qui affecte son apprentissage à l’école ? Dans ce cas, la psychologue suggère de découvrir les plans et programmes qui sont disponibles. « Discutez avec les enseignants, les professeurs ou les administrateurs de la meilleure approche et des meilleures ressources. Si un enseignant ne connaît pas l’état santé mentale de votre enfant, cela peut entraîner de la discrimination, des obstacles à l’apprentissage et de mauvaises notes », affirme Veediasha Bekaroo. Cette dernière souligne l’importance de s’exprimer contre la stigmatisation. « Pensez à exprimer vos opinions lors des événements, dans des lettres ou sur Internet. Cela peut aider à donner du courage à d’autres personnes confrontées à des défis similaires et à éduquer le public sur la maladie mentale », conclut-elle, tout en partageant dix stratégies efficaces pour garder un mental fort.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page