Le bonheurPsychoSlider

Adopter un comportement prosocial permet-il d’être plus heureux ?

Alors que l’île Maurice se classe 57ème sur 156 en termes de pays où l’on est heureux, le dernier rapport mondial du bonheur, paru il y a quelques mois, démontre qu’il y aurait une relation entre le comportement prosocial et le bien-être.

Les auteurs de l’étude suggèrent que deux types de comportement prosocial entrent en jeu pour favoriser le bien-être. Il s’agit du temps que l’on accorde aux autres et des dons, principalement en argent, que nous faisons. Ces deux attitudes permettraient de voir la vie du meilleur côté et d’en être plus satisfait.

Devenir bénévole

Même si le bénévolat était pour certains participants à l’étude, source de bien-être, les chercheurs ont démontré qu’il n’y avait pas de réel effet de causalité entre le bénévolat et le bonheur. En revanche, il apparaît qu’il a un effet positif sur les individus âgés de 40 ans et plus. D’autre part, même s’il n’a pas été prouvé que le bénévolat augmentait nécessairement le niveau de bien-être, il semblerait que faire des actions bénévoles soit tout de même un fait universel offrant un sentiment de satisfaction aux individus.

Faire des dons de charité

Contrairement au bénévolat, les chercheurs ont prouvé que dépenser de l’argent pour les autres était associé à un niveau plus élevé de bien-être. En effet, lorsque nous effectuons des dons de charité, cela stimule les centres de gratification qui se trouvent dans notre cerveau. Ainsi, les personnes qui ont participé à l’étude ont rapporté qu’elles ressentaient un plus grand bonheur lorsqu’elles offraient des cadeaux aux autres ou qu’elles donnaient à des organismes de bienfaisance. Et que, lorsqu’elles dépensaient de l’argent pour elles-mêmes, cela n’avait aucun impact sur leur niveau de bonheur. D’ailleurs, il semblerait que cette sensation de gratification soit ressentie dès le plus jeune âge.

Aider les autres

Une personne n’est pas obligée de faire des dons pour être heureuse. Elle peut très bien offrir une aide sociale ou faire simplement preuve de gentillesse. Par exemple, tenir la porte à quelqu’un, faire un compliment, prendre soin d’un proche malade, réconforter une personne ou encore retourner un porte-monnaie qui a été perdu. Il s’agit certes de petites actions, mais elles témoignent d’une générosité.

Enfin, le comportement prosocial n’est source de bonheur et bien-être que lorsqu’il est adopté de manière libérée. Autrement dit, il faut que l’on soit libre de choisir qui l’on veut aider, se sentir attaché à la cause ou aux personnes que l’on aide et que l’on voit les effets positifs de l’aide apportée.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer