AlimentsNutritionSlider

Maîtriser sa consommation de sel pour rester en bonne santé

Le sel est notre principale source de sodium et notre organisme en a besoin pour bien fonctionner. Mais lorsque l’on vieillit et que nos papilles gustatives sont moins performantes, on a tendance à en consommer encore plus, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé.

L’OMS recommande de consommer moins de 5 grammes de sel par jour, c’est-à-dire un peu moins d’une cuillère à café. On estime que 4 grammes de sel suffisent au bon fonctionnement de l’organisme notamment pour transmettre les signaux nerveux, contracter les muscles et assurer l’hydratation des reins. Or, la plupart des individus consomment trop de sel, environ 9 à 12 grammes par jour, soit deux fois plus que ce qui est recommandé par l’OMS.

Les signes qui montrent une surconsommation de sel

Lorsque la consommation de sel est trop importante, le corps envoie des signaux. Il peut s’agir de la sensation de soif après un repas très salé. Les habitudes doivent également être passées en revue. Par exemple, si vous sentez le besoin de rajouter du sel dans votre assiette sans même avoir pris la peine de goûter le plat, il vaut mieux prendre l’habitude d’éloigner la salière. Une forte consommation de sel peut également avoir des répercussions sur les fonctions cérébrales et le déclin cognitif. Faire de la rétention d’eau peut aussi expliquer une alimentation trop salée.

D’autre part, un régime riche en sodium peut aussi endommager les fonctions rénales. Donc si vous souffrez de calculs rénaux, cela pourrait être dû à une trop grande consommation de sel. De même, le sel pourrait altérer les parois de l’estomac et être à l’origine de l’ulcère d’estomac, selon une étude publiée dans Infection & Immunity.

Enfin, si vous souffrez d’hypertension, c’est peut-être le signe que vous mangez trop salé. En effet, un excès de sel peut augmenter la tension artérielle, ce qui demande plus d’efforts au cœur.

Pour éviter les problèmes de santé, mieux vaut donc surveiller sa consommation de sel et ne pas hésiter à solliciter les professionnels de la santé comme les diététiciennes et les médecins.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer