AllergiesMaladiesSlider

Cœliaque : aliments permis et à éviter

La maladie cœliaque ou l’intolérance au gluten requiert une alimentation spéciale. C’est-à-dire qu’il faut éliminer un type de protéine, en l’occurrence le gluten. Selon la nutritionniste Yoshinee Dhunnoo, quand le corps ne parvient pas à digérer le gluten, l’on peut être atteint de cœliaque.

C’est une complication assez rare et difficile à détecter. Elle est de plus en plus courante à Maurice en raison du nombre de produits contenant du gluten, disponibles sur le marché.
« Cette maladie peut être génétique et elle peut être diagnostiquée à n’importe quelle tranche d’âge. Contrairement aux maladies comme le diabète et le cholestérol, on ne peut pas dire que c’est dû à une mauvaise alimentation. Il suffit tout simplement d’éliminer certains aliments de nos assiettes pour régler ce problème », précise Yoshinee Dhunnoo.

Elle souligne que, souvent, on n’arrive pas à reconnaître les symptômes. Douleurs au ventre, infertilité, anémie, diarrhée, flatulence et problème de développement chez l’enfant, fatigue et faiblesse doivent être pris en compte. « Les causes sont le stress et des infections dues à la gastro-entérite qui a tendance à affaiblir notre système immunitaire. Le cœliaque peut aussi survenir chez les personnes qui sont nées par césarienne. »

Les aliments à éviter, à vie, sont ceux à base de blé. « Il faut bien lire les étiquettes avant de faire des achats. Sachez que certains ingrédients peuvent changer sans préavis, même ceux des aliments que vous avez déjà achetés. Les pâtisseries, les céréales comme le blé, l’orge, le seigle, les pâtes et le riz à base de blé et l’avoine sont déconseillés. Il faut aussi prendre garde aux sources de gluten cachées qu’on trouve dans les tablettes de chocolat, en particulier celles des gaufres, le café et le thé aromatisé. Il est aussi présent dans la charcuterie, les saucisses, les hotdogs et les sauces soya ou teriyaki. »

Pour compenser, dit la nutritionniste, l’on peut consommer d’autres aliments riches en protéines comme le poisson et les œufs. « Le maïs, le riz blanc, les patates douces, le kinoa, le lait, les grains secs et les noix sont conseillés. » Elle précise également que l’huile, le beurre et la margarine sont sans danger. « La consommation de fruits et légumes reste primordiale. Il existe aussi des plats prêts à manger qui sont gluten-free. Les légumineuses comme les pois chiches, les lentilles, les haricots roches et les pois secs sont à privilégier. »

Il est recommandé de faire des tests sanguins ou une biopsie de l’intestin pour savoir si nous avons des anticorps pour combattre ce problème. Des complications peuvent surgir car il y a un haut risque qu’une personne développe des déficiences du fait que son organisme a du mal à absorber le fer, les vitamines B12, B6, B2, D et le magnésium. Ainsi, leur source d’énergie se trouve dans la matière grasse. Dans le cas contraire, le corps sera en manque de nutriments essentiels.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer