AlimentsNutritionSlider

« Gluten-free » : Quand et pourquoi éviter le gluten dans son alimentation

Le régime sans gluten est devenu de plus en plus prisé, toutefois une alimentation sans gluten doit être complètement repensée. Quand envisager ce type de régime, dans quelles circonstances et quoi manger ou éviter, la nutritionniste Divya Ruhee fait le tour de cette composante présente dans beaucoup d’aliments.

Divya Ruhee nutritionniste
Divya Ruhee, nutritionniste
  1. C’est quoi le gluten ?

Le gluten est une protéine que l’on trouve dans certaines céréales, notamment le blé (la farine), le seigle et l’orge. Le gluten donne de l’élasticité et du volume aux aliments qui en contiennent. « Par exemple, pas de pain avec une belle mie aérée sans gluten et ni de belle brioche ou de gâteaux bien gonflés non plus », explique la nutritionniste Divya Ruhee.

  1. C’est quoi un « gluten free diet » ?

Un régime sans gluten s’explique par le fait d’exclure de votre alimentation de tous les produits préparés avec ces céréales, c’est-à-dire pain, pâtes, biscottes, couscous, biscuits, pâtisseries, pizzas, hamburgers, chapelure et farine. « Attention aussi à certains produits industriels. Il faut bien lire les étiquettes pour déterminer s’ils contiennent de l’amidon. On peut en trouver dans la sauce soja, des viandes hachées qui ne sont pas de la pure viande », des sauces, des bouillons cubes, des assaisonnements et potages », indique-t-elle.

  1. Qui sont ceux concernés par ce régime ou quelle maladie pousse à devenir gluten-free ?

Une partie des personnes ont décidé d’évincer le gluten de leur assiette pour des raisons de ballonnements, spasmes, troubles du transit, maux de tête, fatigue, démangeaisons et douleurs articulaires, entre autres. « Par contre, il faut savoir que dans le milieu du sport international, c’est le joueur de tennis Novak Djokovic, ambassadeur du régime sans-gluten, qui a rapidement popularisé ce régime en avouant avoir retiré le gluten de ses menus. Beaucoup d’entre nous ignorent le fait que Djokovic est en effet intolérant au gluten et pour lui, il est donc impératif d’enlever le gluten qui pourra provoquer des symptômes désagréables pour sa santé », raconte la nutritionniste qui estime aussi que le régime sans gluten est beaucoup plus un effet mode qu’autre chose et recommande donc à tout le monde d’adopter ce régime uniquement pour des raisons médicales comme une hypersensibilité ou intolérance au gluten ou la maladie cœliaque.

Mais pour les autres, si on arrive à supporter le gluten, il est inutile de l’enlever de son alimentation sous prétexte qu’elle est nocive, car ce n’est pas vrai selon elle. De même, si c’est pour perdre du poids, enlever le gluten est tout aussi inutile, car les produits sans gluten ou les céréales de remplacement contiennent aussi des calories. « Si vous voulez toutefois faire le régime pour des raisons de ballonnements répétitives, il est donc impératif de bien s’en informer auprès d’un professionnel de santé et de nutrition avant de s’aventurer », précise-t-elle.

  1. Quoi manger et surtout quoi éviter ?

Diminuer sa consommation de gluten peut paraître un peu complexe. En lisant les étiquettes des aliments, on se rend vite compte qu’il y en a dans de nombreux produits : les pains, les pâtisseries, les pâtes, la semoule, les plats cuisinés (frais, en conserves ou surgelés), car ils contiennent de la farine comme liant. On peut facilement remplacer les pâtes, la farine et le pain par du riz ou du quinoa, de la pomme de terre, du maïs et la farine de maïs. Et on n’oublie surtout pas de se faire plaisir en variant les recettes et en agrémentant les plats d’herbes et épices selon Divya Ruhee. « On peut consommer sans problème les viandes et les poissons, les légumes frais et secs, les fruits, les œufs, le lait. On trouve aussi plein de produits sans gluten au supermarché comme le pain ou les biscuits et vous pouvez vous faire plaisir », conclut-elle.

Comprendre la maladie cœliaque

Selon la Société Savante des Maladies et Cancer de l’Appareil Digestif, la maladie cœliaque est une maladie auto-immune potentiellement grave, exigeant une alimentation sans gluten à vie. Cette maladie est souvent sous-diagnostiquée puisqu’elle a peu ou pas de symptômes, mais elle peut entraîner de nombreuses complications de santé à la longue. Il s’agit plus particulièrement d’une intolérance au gluten et affecte les femmes plus que les hommes.

Avec ce trouble, il est possible d’avoir des problèmes digestifs avec des difficultés à l’organisme d’assimiler des nutriments, minéraux, mais aussi des vitamines. Parmi les signes de la maladie cœliaque, on retrouve la diarrhée graisseuse, la fatigue, l’amaigrissement, la perte d’appétit, des douleurs abdominales, un ballonnement abdominal, des nausées et vomissements, des douleurs osseuses, mais aussi une anémie et une pigmentation cutanée. Dans certains cas, il peut aussi y avoir une déformation des doigts et des ongles. Une intolérance au gluten peut aussi s’accompagner d’autres maladies, dont le diabète, l’insuffisance pancréatique, des carences immunitaires et d’autres maladies auto-immunes.

Les farines au gluten

La farine de blé peut être remplacée par la farine de riz ou encore par la poudre d’amande dans les recettes. On retrouve aussi la farine de sarrasin ou encore de maïs, de quinoa et d’amarante qui peut aussi être utilisée à la place de la farine de blé classique. Il suffit de modifier les recettes pour le pain fait-maison, les cakes et autres gâteaux.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page