Hygiène de vieMieux vivreSlider

Les bons gestes pour limiter la pollution dans nos maisons

D’après plusieurs études, l’air de nos maisons serait jusqu’à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. En cause, de nombreux produits et de mauvaises habitudes, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé. Et quand on sait que l’on passe plus de 50% de notre temps à la maison, mieux vaut s’en prémunir.

Les substances chimiques volatiles qui polluent l’air intérieur participent au développement de cancers, de troubles respiratoires, d’allergies et affectent le système nerveux et hormonal. Les premières à être touchées sont les personnes les plus fragiles comme les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées ou encore les individus atteints de maladies chroniques.

Aérer tous les jours

Le premier réflexe à adopter pour chasser la pollution de son domicile est d’ouvrir les fenêtres pendant trente minutes, à raison de 15 minutes matin et soir. À minima 10 minutes par jour et ce, quelle que soit la saison. Il en va de même après avoir fait le ménage ou après une session de bricolage. Cela permet d’éliminer les solvants et les poussières. Aussi, il est important d’aérer la maison après chaque utilisation de la salle de bain et de la cuisine pour abaisser le niveau d’humidité. Cette dernière favorise la prolifération d’acariens et de moisissures responsables de troubles respiratoires. À éviter également toute source d’humidité dans les chambres comme du linge mouillé, des plantes vertes ou encore des aquariums.

Nettoyer ses appareils de ventilation

Les appareils de ventilation tels que climatiseurs et ventilateurs doivent être régulièrement nettoyés afin d’éviter les problèmes de santé. Ces deux types d’appareils amassent de la poussière et le climatiseur cumule en plus humidité et moisissures. C’est pourquoi il faudrait les entretenir au moins une fois par an. Le nettoyage du ventilateur est plus simple, il suffit de passer un chiffon sec pour éliminer la poussière. Quant au climatiseur, le nettoyage doit être plus méticuleux et si cela effraie quelques-uns, ces derniers peuvent se tourner vers des professionnels pour l’entretien de ce dernier.

Ne pas fumer à l’intérieur

Les émanations de la fumée des cigarettes contiennent du formaldéhyde, du benzène et des particules fines de combustion. Des substances chimiques, toxiques, répertoriées cancérogènes et favorisant les réactions allergiques. Mieux vaut donc prendre l’habitude d’aller fumer sa cigarette à l’extérieur. En plus, fumer dans une maison où il y a des enfants augmente fortement leur risque de devenir asthmatiques ou de développer d’autres troubles respiratoires. Même constat pour la cigarette en voiture, surtout qu’elle est source de danger supplémentaire.

Limiter les bougies et l’encens

Rien ne fait plus plaisir qu’une maison qui sent bon. Bâtons d’encens, bougies, parfums d’ambiance, diffuseurs, à chacun ses astuces pour éliminer les mauvaises odeurs. Pourtant, ces derniers participent eux aussi à la pollution de nos intérieurs. Comme pour les cigarettes, ils émettent des particules fines, du benzène et du formaldéhyde, qui irritent le système respiratoire et qui sont cancérigènes et allergènes. Il est donc préférable de se tourner vers des alternatives plus saines comme les huiles essentielles ou les bougies sans parfum à la cire d’abeille bio.

Cependant, il faut retenir que même l’alternative la plus saine est source de pollution. En effet, quand on utilise une bougie naturelle ou un diffuseur d’huiles essentielles, des molécules restent en suspension dans l’air. Mieux vaut éviter leur utilisation en présence d’enfants, de femmes enceintes ou de personnes asthmatiques, voire allergiques. Il ne faut pas non plus en abuser et ouvrir les fenêtres quand on les utilise.

Choisir les bons produits d’entretien

Nettoyer sa maison fait partie intégrante de nos habitudes. Mais la plupart de nos produits ménagers contiennent des substances nocives et irritantes. Les produits basiques et naturels sont tout aussi efficaces. Par exemple, le vinaigre blanc qui permet de dégraisser, détartrer et assouplir ou encore le savon noir qui fait office de détachant et dégraissant. Enfin le bicarbonate de soude est un anticalcaire et un désodorisant.

Quant au choix des produits, il est recommandé d’éviter ceux sous forme de spray dont les particules peuvent être inhalées. Et puis, mieux vaut privilégier un seul produit à multi-usages pour limiter les associations de molécules chimiques qui pourraient être encore plus irritantes.

Se méfier des meubles, des peintures et objets de déco

Ils ne nous viennent pas forcément à l’esprit quand on parle de pollution intérieure et pourtant, les peintures, revêtements muraux, sols, vernis, produits d’ameublement et meubles sont bel et bien source de pollution. Une fois encore, c’est le formaldéhyde qui est pointé du doigt. Cette substance classée cancérigène par l’OMS est à l’origine de nombreux troubles du système respiratoire. Le réflexe à adopter quand on peint, quand on traite ses meubles ou lorsqu’on installe des nouveaux meubles est de bien aérer la maison pour évacuer les substances chimiques qui s’en dégagent. Aussi, au moment de faire ses achats pour la maison, il est important de bien se renseigner et de choisir des produits les moins polluants possible.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer