Anou aprann viv avek diabet
Actu SantéHygiène de vieSliderTranspiration

Comment bien choisir son déodorant ?

En roll-on, en stick ou en aérosols, les supermarchés offrent un large choix de déodorants. Et quand il s’agit de sélectionner, c’est plutôt le parfum qui fait pencher la balance, mais face à tous ces produits, comment faire le bon choix ? Lesquels sont sûrs pour la santé ? Et lesquels sont à bannir à tout prix ?

Déodorant ou anti-transpirant ?

Il existe deux types de déodorants sur le marché : les classiques et les anti-transpirants et même si nous ne les remarquons pas, ces deux produits n’agissent pas de la même façon. Alors que le déodorant classique sert à masquer ou neutraliser les mauvaises odeurs, les anti-transpirants vont bloquer la transpiration qui sert normalement à réguler la température corporelle. Son action se fait grâce aux sels d’aluminium qui bouchent les pores de la peau et de ce fait empêchent la transpiration de passer.

Globalement, les anti-transpirants aux sels d’aluminium sont à éviter. Pourquoi ? Le sel d’aluminium qu’il soit synthétique (aluminum chlorohydrate) ou naturel (pierre d’alun – potassium alum) est soupçonné de favoriser certaines maladies neurodégénératives, comme l’Alzheimer et même certains cancers.

Spray, roll-on ou stick ?

Même si les déodorants en spray sont plutôt pratiques – séchage rapide, sans trace – ils sont néanmoins nocifs pour la santé. En effet, les particules fines qu’ils émettent lors de leur utilisation peuvent être dangereuses pour nos poumons. Ceci vaut également pour les versions compressées de ces produits. Mieux vaut donc privilégier ceux en roll-on ou stick.

Parfum, conservateurs et alcool ?

Les composants, permettant de parfumer les déodorants, sont des allergènes cutanés. Parmi eux on retrouve : le farnesol, l’alpha-isomethyl ionone, le linalol, le limonène, la coumarine, le cinnamal ou encore le géraniol. Malheureusement comme la plupart des déodorants en contiennent, il est important de bien scruter les étiquettes. En règle générale, ils apparaissent en dernier dans la liste des composants.

En ce qui concerne les conservateurs, certains sont à bannir, comme le phénoxyéthanol, le propylparaben et le butylparaben, respectivement irritants et perturbateurs endocriniens.

L’alcool en revanche, même s’il peut être irritant et asséchant, est en réalité un antibactérien efficace et qui ne présente aucun danger particulier pour la santé. Enfin, certains autres composants sont à éviter comme les silicones, que l’on reconnaît dans la liste par leur terminaison en « one », les polymères ou encore les PPG. Ces composés sont néfastes pour l’environnement.

Mots clés

Articles Liés

Close