Grossesse/BébéSliderVaccinations

[Semaine de la vaccination] Dr Kader : « La vaccination est une force qu’il faut promouvoir »

« Mieux vaut prévenir que guérir ». S’il fallait choisir une expression pour définir la vaccination, ce serait bien celle-là. À l’occasion de la semaine mondiale de la vaccination observée chaque année durant la dernière semaine du mois d’avril, le Dr Nauseen Kader, pédiatre nous rappelle l’importance de la vaccination chez les bébés et les enfants.

« Les vaccins sont la meilleure protection que l’on puisse offrir pour lutter efficacement et durablement contre les maladies infectieuses », déclare d’emblée la pédiatre Dr Nauseen Kader. Les vaccins sont importants, car non seulement ils nous protègent de maladies potentiellement mortelles, mais de plus, ils permettent de protéger les autres par l’effet de l’immunité collective. Quand un grand pourcentage d’une population est immunisé contre une maladie, elle empêche l’agent infectieux de se propager, évitant ainsi les épidémies.

Pourquoi faire vacciner son petit ?

Les petits, plus particulièrement les bébés, sont des êtres fragiles face aux maladies infantiles graves. Bien suivre le carnet de vaccination de son enfant est un moyen à la fois sûr et efficace de le protéger de ces maladies. La vaccination est une méthode qui permet de stimuler la réponse immunitaire de l’organisme afin qu’il produise des anticorps. Ces derniers vont ensuite protéger le bébé des maladies. Un enfant non vacciné est un enfant qui a plus de chances d’avoir des maladies et de voir son système immunitaire affaibli.

Dr Nauseen Kader.
Dr Nauseen Kader.

Quels sont les vaccins qui doivent être faits impérativement ?

« Il y a en a plusieurs. On distingue actuellement deux types de vaccins : les vaccins vivants et les vaccins inactifs. À Maurice, les vaccins vivants qui sont offerts par le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie sont le BCG, les vaccins contre le rotavirus (le rotarix), le MMR et celui de la polio. Les vaccins inactifs recommandés sont le hexavalent, le PCV et le cervarix », explique la pédiatre.

« Nous commençons à vacciner les bébés dès l’âge d’un mois avec le vaccin BCG qui protège contre la tuberculose. Celui-ci est suivi par d’autres vaccins qui immunisent les bébés contre des maladies telles que l’hépatite B, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la polio, la rougeole, les oreillons, la rubéole, les maladies liées aux haemophilus influenzae de type B, le rotavirus, le pneumocoque et le virus du papillome humain (qui est responsable pour le cancer du col de l’utérus) », poursuit-elle.

Le Dr Nauseen Kader ajoute que d’autres vaccins sont fournis par les secteurs médicaux privés comme le vaccin contre la varicelle, la méningite saisonnière ou encore la grippe. « Nous sommes dotés d’un bon nombre de vaccins qui nous permettent d’armer nos petits contre les maladies infectieuses et non infectieuses. Sur le plan médical, c’est une fierté de pouvoir offrir à nos citoyens de telles facilités pour se protéger contrairement à d’autres pays africains. La vaccination est une force qu’il faut promouvoir », conclut-elle.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page