Actu SantéGrossesse/BébéLa femme enceinteSlider

Baby blues : pas seulement une affaire de mamans

Très peu évoqué et souvent mal vu par notre société, le baby blues est une déprime post natale qui touche beaucoup plus de femmes que l’on pense et même les hommes ne sont pas épargnés. Christiane Valéry, psychothérapeute, nous éclaire sur le sujet et nous explique comment retrouver le moral après la naissance de bébé.

baby blues
Baby Blues chez les hommes.

Comment reconnaître un baby blues ?

Le baby blues est un état passager qui survient dans les quelques jours après l’arrivée du nourrisson et qui ne dure généralement qu’une quinzaine de jours. S’il perdure, il s’agit alors d’une dépression post-partum. Il se manifeste aussi bien chez la femme que chez l’homme. Chez la maman, il se caractérise par de l’anxiété, de la tristesse, un sentiment d’abandon ou de solitude, des crises de larmes, des sautes d’humeur ou encore de la fatigue.

Il est difficile pour la maman, après l’accouchement, de faire face à ses nouvelles responsabilités et à ses inquiétudes à l’égard de sa progéniture. Elle, qui était choyée pendant sa grossesse, voit toute l’attention de ses proches se tourner vers son bébé, ce qui peut entraîner une perte de lien entre elle et son bébé. Chez le papa, le baby blues peut se déclarer par la fatigue ou un sentiment de rejet vis-à-vis de sa femme qui doit s’occuper de leur bébé.

Contrairement à la femme qui subit une transformation physique durant sa grossesse et sent son bébé évoluer, l’homme ne subit aucun changement. Par conséquent, il devient père instinctivement du jour au lendemain de manière brutale. Et comme il voit sa femme accorder beaucoup plus d’importance à son bébé, il peut développer ce sentiment de rejet.

Comment surmonter le baby blues ?

Même si on se prépare à tous les changements qui vont survenir après les 9 mois de grossesse, on ne peut pas prévoir si l’on sera touché par le baby blues. Pour le surmonter, il faut tout d’abord prendre conscience que l’on est en train d’en faire un en identifiant les symptômes qui y sont attachés.

Ensuite, la maman comme le papa doivent se reposer et surtout échanger et communiquer sur leurs sentiments. S’ouvrir à son conjoint est très important, car cela resserre les liens de la famille et aidera à maîtriser au plus vite ce malaise. Si en parler à son (sa) conjoint(e) est trop difficile, il est recommandé de se tourner vers un spécialiste. Avant tout, il faut se rappeler que c’est une situation normale après un accouchement et qu’elle est passagère.

Mots clés

Articles Liés

Close