Actu SantéSeniorSlider

Ostéoporose : comment préserver son capital osseux ?

L’ostéoporose est une maladie silencieuse qui évolue sans symptômes et se détecte souvent lors d’une fracture. La prévention est donc essentielle pour préserver son capital osseux selon le Dr Yasheel Aukhojee.

Caractérisée par une diminution de la densité minérale osseuse, l’ostéoporose affecte de plus en plus de seniors. Les os se fragilisent et les fractures les plus fréquentes sont celles de la hanche, de la colonne vertébrale et du poignet. La maladie est souvent associée à l’âge et survient après 65 ans ou même avant dans certains cas.

« Avec l’âge survient une fragilité osseuse qui expose à des risques de fractures et pouvant engendrer des handicaps », explique le Dr Yasheel Aukhoojee de Médecin à Domicile.

Les femmes sont plus touchées. « Une femme sur deux souffre de l’ostéoporose, alors que chez les hommes, c’est un sur quatre », explique le médecin. Il souligne que de nombreuses femmes découvrent qu’elles souffrent d’ostéoporose le plus souvent à la ménopause, vers 50 ans, en raison de la chute brutale des hormones sexuelles.

Causes

Les facteurs de risques sont multiples. Ils incluent une densité minérale osseuse (DMO) faible, une alimentation déséquilibrée, un indice de masse corporelle faible, des troubles de l’alimentation, l’alcool, le tabagisme ou une activité physique insuffisante. La sédentarité peut être un facteur de risque. Le fait de ne pas beaucoup bouger affecte les ligaments et les muscles ainsi que les os.

La maladie peut arriver chez des personnes dotées d’un faible capital osseux, fragilisées par la prise de certains traitements (corticoïdes notamment) ou à risque en raison d’antécédents familiaux. « Ce sont les effets secondaires de certains médicaments qui provoquent la fragilisation des os », souligne le Dr Yasheel Aukhojee.

Prévenir les fractures

Chez les seniors, le sport reste une option sûre pour prévenir la fonte osseuse. Parmi, on retrouve la marche qui est un bon compromis entre les sports à impact et le besoin de faire du cardio. Trente minutes de marche par jour peuvent contribuer à renforcer son corps.

Aussi, il est conseillé de bouger le plus possible. Le simple fait de sautiller pendant deux minutes tous les jours peut renforcer les os des hanches des personnes âgées et ainsi aide à éviter les risques de fractures en cas de chute.

Les traitements

Les traitements actuels ne peuvent réparer ce qui a été endommagé, c’est-à-dire les os déjà fragilisés. Par contre, ils préviennent la densité minérale osseuse, ce qui aide à limiter le risque de fracture.

« C’est là qu’on réalise qu’il est important de ne pas attendre d’avoir un os fracturé pour se faire détecter. Si la maladie est décelée tôt, il y a plus de change d’éviter toute fracture », indique le médecin.

La prévention chez les plus jeunes

La prévention doit se faire le plus tôt possible. « La maladie n’a aucun symptôme. Les os se fragilisent sans donner aucune alerte. C’est souvent après une fracture qu’elle est détectée », précise le médecin. D’où l’importance de mettre l’accent sur la prévention et cela dès le plus jeune âge.

Selon une étude en France, une activité sportive renforcée avant la puberté, dès le plus jeune âge en période de croissance, permet de favoriser le développement osseux et prévenir la maladie par la suite.

Le test d’ostéodensitométrie

Pour savoir si on a des os en bonne santé, la meilleure chose à faire est le test d’ostéodensitométrie. Il s’agit d’un test qui permet de connaître la densité minérale osseuse (DMO). Les analyses de ce test donnent un aperçu de la teneur de divers minéraux dans les os, tels que le calcium et le phosphore. L’une des techniques pour mesurer la densité minérale des os est faite par rayons X. Cet examen est indolore et expose la personne à très peu de radiations.

Mots clés

Articles Liés

Close