PsychoSanté mentaleSlider

Troubles alimentaires : mieux comprendre les différents facteurs

Les troubles alimentaires touchent toutes les couches de la société. Le plus souvent, ils affectent les jeunes femmes de plus de 30 ans. La psychologue Anjali Bungaleea nous en dit plus sur l’impact psychologique de ces troubles sur un individu.

Le mal-être peut se manifester au niveau physique, psychologique ou comportemental. « Parmi les troubles alimentaires les plus communs, on retrouve l’anorexie qui se définit par une obsession de maigrir et de ne pas prendre de kilos. L’anorexie entraîne des expressions de culpabilité, avec une distorsion de l’image corporelle de soi ». Ce trouble, en effet, a des impacts sur l’irrégularité ou l’arrêt du cycle menstruel et jusqu’ici, s’associe au taux de mortalité le plus élevé parmi tous les troubles de santé mentale.

Le deuxième trouble alimentaire le plus connu est la boulimie. « Il s’identifie par une perte de contrôle sur l’alimentation, suivie de comportements compensatoires qui visent à éliminer la nourriture absorbée. La personne ressent de la culpabilité exagérée après avoir mangé en trop grande quantité ». Ce trouble entraîne un rabaissement de soi et un malaise physique et psychologique.

L’hyperphagie est aussi un trouble alimentaire connu. Il se définit par une consommation alimentaire excessive au point de se sentir inconfortable et coupable. « Aucune méthode compensatoire pour éliminer n’est utilisée. La prise de poids est donc l’une des conséquences de ces comportements ».

Les troubles alimentaires sont causés par une combinaison de facteurs individuels, psychologiques, familiaux, environnementaux et socioculturels. « La première étape consiste à identifier les signes précoces et accepter son mal-être », indique la psychologue. La deuxième étape vise à identifier les causes du mal-être. Communiquer sur son mal-être permettra de trouver des solutions.

Les raisons les plus fréquentes sont les causes génétiques, la puberté, le sentiment d’inefficacité, les conflits familiaux, les abus sexuels ou physiques, le blocage émotionnel, les événements de vie stressants ou traumatiques tels que le divorce, entre autres, sont les sources pistes. La psychologue recommande de les identifier et de lister plusieurs idées pour les résoudre.

Causes et traitements

Les impacts physiques et psychologiques sont interconnectés. La fatigue, les troubles de concentration, les troubles du sommeil, comme l’insomnie ou hypersomnie, l’angoisse et la peur de faire face aux difficultés quotidiennes, la perte de confiance en soi dont l’irritabilité, l’agressivité, la colère, des idées noires, voire suicidaires. « Il existe aussi des cas, notamment l’abandon d’activités, le refuge derrière son écran de téléphone ou d’ordinateur, la consommation excessive de tabac, d’alcool, la consommation de drogues et l’automutilation ».

D’autres impacts cognitifs sont aussi à prendre en compte : les modifications fréquentes d’humeur, l’insociabilité, les vertiges, les tremblements, des maux de tête, les ongles fragiles et la peau sèche, le débalancement du cycle menstruel ou l’arrêt des menstruations et bien d’autres. Pour mieux comprendre et surmonter le trouble d’un proche, l’entourage se doit d’instaurer un dialogue et être à l’écoute en permanence avec la personne souffrant de troubles alimentaires.

« Les troubles alimentaires sont complexes et ne se guérissent pas dans la précipitation. Il faut se focaliser sur soi-même, confronter ses idées, modifier ses comportements et se donner le temps qu’il faut pour aller mieux », recommande Anjali. Elle conseille aussi de faire des activités sociales, d’apprendre à vivre ses émotions, de retrouver le goût des aliments et se permettre de manger, selon ses envies et aussi de reconnaître ses qualités, d’accepter ses défauts et se permettre de ne pas être parfait.

La psychologue indique que les traitements couramment proposés sont la psychothérapie et les médicaments antidépresseurs. La psychothérapie comportementale et cognitive peut aider à s’en sortir.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer