AlimentsNutritionSlider

Journée mondiale de la malbouffe : il existe beaucoup de poisons dans notre alimentation selon le nutritionniste Divya Ruhee

Arômes artificiels, conservateurs, colorants de synthèse, correcteurs d’acidité, agents de textures sont autant de poisons que l’on retrouve dans les boissons et les aliments transformés que nous consommons au quotidien. Comment les repérer et surtout comment limiter leur consommation ? Divya Ruhee, notre nutritionniste, nous livre ses conseils.

Divya Ruhee.
Divya Ruhee.

« Il existe beaucoup de poisons dans notre alimentation qu’il faut à tout prix limiter pour notre santé », indique la nutritionniste. Si l’on pense souvent aux fast-foods et aux produits transformés comme les biscuits, les boissons sucrées, les gâteaux salés, la nutritionniste tient également à alerter le public sur les produits diététiques et les compléments alimentaires qui sont présentés comme étant sains pour la santé. Ils sont bien souvent bourrés d’additifs tels que les édulcorants, le plus connu étant l’aspartame et bien d’autres encore.

Elle précise, cependant, que les additifs alimentaires ne sont actuellement pas considérés comme dangereux pour la santé, à condition de ne pas en abuser au quotidien. Globalement, il faut éviter de consommer trop de plats cuisinés ou de produits en conserve afin de ne pas exposer l’organisme à une quantité trop élevée d’additifs.

Notre corps n’est pas fait pour reconnaître les produits chimiques. Pour cette raison, lorsqu’il doit détruire ce type de molécule, notre corps met en place des processus biologiques qui ont des effets indésirables sur la santé. On parle d’allergies, de retard de croissance ou d’hyperactivité chez l’enfant, de troubles du sommeil ou encore de migraines (liées à la consommation de glutamate monosodique, connu sous le nom d’ajinomoto). Certains scientifiques soupçonnent que le mélange d’additifs, que l’on appelle l’effet cumulatif, soit cancérigène. Le glutamate et le sucre ajouté présents dans les biscuits et dans bon nombre de produits transformés sont reconnus comme étant très nocifs pour la santé.

« Même si nous seuls avons le pouvoir de bien manger, les industriels devraient aussi faire des efforts en se tournant notamment vers des conservateurs naturels afin d’améliorer les aliments transformés qu’ils mettent sur le marché », souligne Divya Ruhee.

Quelques conseils pour limiter la consommation des poisons

• Opter pour des produits labellisés ‘bio’. Ils sont certes plus chers que les autres, mais si tout le monde se tourne vers des produits labellisés ‘bio’, cela aura un impact sur la chaîne de production et donc sur le coût.

• Varier son alimentation. Pour cela, rien de tel que d’acheter des fruits et légumes de saison avec des producteurs locaux que l’on connaît.

• Bien nettoyer les fruits et légumes à l’eau ou bien les laisser tremper pendant 15 à 20 minutes avant de les consommer. Cela permet d’éliminer une partie des pesticides qui sont mauvais pour la santé.

• Ne pas toujours se tourner vers les mêmes marques, notamment pour les repas préparés et les snacks. Il est important de bien lire les étiquettes de tous les produits que l’on achète. L’astuce de la nutritionniste : « Si vous ne comprenez pas la moitié des ingrédients inscrits sur les plats industriels, les gâteaux ou les conserves ou bien que vous trouvez que la liste des ingrédients est trop longue, n’achetez pas le produit ».

• Consommer différents poissons deux à trois fois par semaine. Les bons gras issus du poisson aident à éliminer les effets des additifs.

• Éliminer les acides gras trans qui sont les pires. Ils sont présents en abondance dans les biscuits, les viennoiseries, les fritures industrielles et sont responsables d’infarctus, de cancers du sein, de surpoids ainsi que d’obésité.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer