NutritionSilhouetteSlider

Fêtes à l’excès : faites attention !

Canapés, amuse-bouches, plats plantureux, alcool à flots, ces deux semaines de festivités riment souvent avec excès. On mange trop gras, trop sucré, trop salé sans penser aux conséquences. Est-ce possible de traverser cette période tout en préservant sa santé ?

Le Dr Fazil Khodabocus, généraliste, Shariah Hussenbocus, diététicienne-clinicienne, nutritionniste et naturopathe et le Dr Bassoodev Maharaz Goolaub nous conseillent.

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de partager de bons moments en famille et entre amis. Et les repas gargantuesques ont tendance à s’enchaîner pendant deux semaines. Ces excès alimentaires entraînent souvent de l’embonpoint d’autant que cette période n’incite guère aux activités physiques.

Équilibre et continuité sont importants pour éviter tout excès. En effet, à cette époque, votre santé est mise à rude épreuve chaque année. Vous devez donc redoubler de vigilance pour éviter toute complication.

Dr Fazil Khodabocus
Dr Fazil Khodabocus

« Le mois de décembre s’accompagne de repas copieux trop riches en gras, sel, sucres et calories », souligne le docteur en santé publique, Fazil Khodabocus.

« Il faut miser sur l’équilibre et garder une bonne hygiène de vie. Les gens ont tendance à penser qu’il faut préserver son estomac pour pouvoir manger plus copieusement. Pour cela, ils sautent des repas, notamment le petit-déjeuner qui est le repas le plus important de la journée». Au contraire, ajoute-t-il, c’est primordial de prendre un bon petit-déjeuner et une salade à l’heure du déjeuner.

« Garder l’estomac vide peut produire des acidités d’autant qu’on dîne tard durant les périodes festives. C’est nocif pour ceux qui souffrent de maladies chroniques et qui doivent prendre des médicaments à des heures spécifiques. »

Les personnes les plus à risque de complications sont celles âgées, les diabétiques et celles qui souffrent de maladies cardio-vasculaires. Pour ne pas manquer leurs prescriptions journalières, le médecin conseille de prendre une petite collation avant le dîner comme un potage par exemple.

Attention aux bacteries!

Les excès peuvent causer des indigestions, de l’acidité, du ballonnement, de l’intoxication alimentaire, de la gastro-entérite, du vomissement et de l’insomnie dûs au dérèglement alimentaire. « Tous ces signaux permettent à l’organisme d’exprimer un déséquilibre, précise le médecin, mais une bonne hygiène de vie, des repas équilibrés et un rythme régulier fvous retqpent au bout de quelques jours. »

Sachez que votre corps ne vous donnera pas de signes qu’il faut arrêter de manger. Bien au contraire ! « Tout est dans la façon de manger. Vous pouvez apprécier de bons plats en mangeant en petites quantités et contrôler les portions en optant pour de petites assiettes. » De plus, la méthode de cuisson est importante.

« À cette époque, nous avons tendance à consommer de la chair et il faut surtout s’assurer qu’elle n’est pas rose. Les bactéries se multiplient rapidement dans le poulet, les œufs, la viande et le fromage. »

Le maître-mot, c’est la modération. « On ne sera pas souffrant en deux semaines à moins d’avoir contracté une bactériem mais les personnes malades doivent savoir se limiter lorsqu’ils consomment de l’alcool. »

Après un repas lourd surtout en soirée, faites de la marche au lieu de rester assis, recommande le médecin. « Au moment des fêtes, pratiquer de l’exercice physique tous les jours peut supprimer les effets néfastes d’un régime alimentaire plus gras et plus sucré », souligne-t-il.

Ainsi, il préconise d’en faire chaque matin. Attention toutefois aux régimes détox drastiques juste après les excès. En effet, le médecin déconseille fortement d’en entamer le lendemain même.

« L’après-fête est la période la plus difficile, car il ne faut pas tomber dans le laisser-aller. » ll faut savoir que, moins on dort, plus l’on mange. Le sommeil est donc un élément à ne pas négliger durant cette période.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page