CoronavirusMaladiesSlider

Tunnels de désinfection : quels risques pour la santé ?

De nombreuses entreprises se lancent dans la fabrication de tunnel de désinfection amovible dans le but de lutter contre la propagation de la Covid-19. D’autres en proposent actuellement. Cependant, quelle est l’efficacité réelle de ces tunnels. Faisons le point avec l’académicien Dr Amar Kumar Seeam, expert en génie mécanique.

« Je dirais que cette mesure de désinfection pose un risque sanitaire, car la pulvérisation de désinfectants est recommandée pour les surfaces et non pas pour brumiser les gens, » explique le Dr Amar Kumar Seeam. Il estime que l’utilisation d’un tunnel de désinfection comporte des risques de santé.

Dr Amar Kumar

« Certes, la personne qui passe sous ce tunnel sera désinfectée en quelques minutes, cependant, ce n’est pas une garantie, car à n’importe quel moment, elle peut tousser et infecter son entourage si elle est porteuse du virus, » fait-il ressortir. « Lors de la pulvérisation du désinfectant, des particules peuvent pénétrer dans les yeux qui peuvent en être irrités. Elles peuvent aussi pénétrer les voies respiratoires et endommager les poumons. Idem pour la peau, » dit-il.

Dans un communiqué, l’OMS a récemment indiqué que la pulvérisation de désinfectant sur une personne dans un tunnel ou dans une chambre n’est en aucun cas recommandée, au vu danger physique et psychologique.
Vu qu’actuellement, il n’y a pas d’études fiables attestant la viabilité des tunnels de désinfection, ces derniers sont, selon lui, inefficaces et déconseillés. Les moyens les plus efficaces pour briser la chaine de transmission demeurent le port du masque, une bonne hygiène des mains et la distanciation sociale.

La fumigation des espaces extérieurs n’est pas recommandée par l’OMS

S’agissant de la pulvérisation ou la fumigation des espaces extérieurs, tels que les rues ou les marchés, Dr Amar Seeam a indiqué que l’OMS ne recommande pas cette pratique. En fait, non seulement le désinfectant est inactivé par la saleté et les débris, mais il est également impossible de nettoyer et d’éliminer manuellement toutes les matières organiques de ces espaces. Toujours, selon l’OMS, la pulvérisation de surfaces poreuses comme les trottoirs et les allées non pavées serait encore moins efficace.

Le Dr Amar Seeam indique aussi qu’au niveau de l’utilisation de produits à base de chlore tels que l’hypochlorite de sodium, l’OMS recommande 0,1% (1000 ppm) dans le contexte de la pandémie de la Covid-19. Il s’agit d’une concentration prudente qui inactivera la grande majorité des autres agents pathogènes qui peuvent être présents dans le milieu de soins de santé.

« Il est à noter, cependant, que l’hypochlorite est rapidement inactivé en présence de matière organique. Par conséquent, quelle que soit la concentration utilisée, il est important de nettoyer d’abord soigneusement les surfaces avec du savon et de l’eau ou un détergent en utilisant une action mécanique telle que le frottement, » dit-il.

Le spécialiste rappelle que, toutefois, des concentrations élevées de chlore peuvent entraîner la corrosion du métal et une irritation de la peau ou des muqueuses, en plus des effets secondaires potentiels liés à l’odeur de chlore pour les personnes vulnérables telles que les personnes souffrant d’asthme.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer