[pro_ad_display_adzone id="1515"]
CancerMaladiesSlider

Thyroïde : mieux comprendre son rôle et son importance

À l’occasion de la Journée mondiale de la thyroïde, observée le samedi 25 mai, les Dr Sahiboullah Sohawon, cancérologue et le Dr Noor Abbasakoor, endocrinologue à la Clinique Darné, nous explique le fonctionnement de la thyroïde et les troubles qui peuvent survenir.

La thyroïde, glande située à la partie antérieure du cou, est normalement non palpable. Elle intervient dans le bon fonctionnement du corps d’un point de vue métabolique. Par exemple, dans l’utilisation des protéines, sucres et graisses. Elle est connue pour sécréter l’hormone thyroxine (T4), contenant 4 atomes d’iode.

Dr Sahiboullah Sohawon, cancérologue.

Le terme de goitre désigne une augmentation de volume de la glande thyroïde. Il peut y avoir soit un hyperfonctionnement et on parle alors d’une hyperthyroïdie, soit un ralentissement de la sécrétion de T4, et on parle alors d’une hypothyroïdie. La thyroïde est stimulée par une hormone venant du cerveau qui s’appelle la TSH (hormone thyroïde stimulante).

Les symptômes de l’hyperthyroïdie sont l’intolérance au chaud, une sudation profuse, une augmentation de la motilité intestinale, le tremblement, la nervosité, l’agitation, l’anxiété, la palpitation, la peau chaude, la perte de poids malgré l’augmentation de l’appétit, la fatigue et une faiblesse.

Les symptômes de l’hypothyroïdie sont l’intolérance au froid, une peau sèche, des cheveux et ongles cassants, la constipation, une prise de poids, un visage qui s’arrondit et qui devient bouffi, une dépression nerveuse, une voix rauque, la fatigue et une faiblesse musculaire.

Paramètres dosés dans le sang :

• TSH
• fT4
• fT3

La tumeur bénigne de la thyroïde

L’adénome thyroïdien est une tumeur bénigne de la thyroïde. Sa structure cellulaire, qui ressemble aux cellules de la glande thyroïdienne normale, est entourée d’une capsule fibreuse. Elle peut sécréter un excès de T4 et provoquer une hyperthyroïdie ou ne rien sécréter, mais comprimer la glande saine et provoquer une hypothyroïdie. L’adénome n’envahit pas les structures avoisinantes (ganglions et muscles).

Les 4 principaux cancers thyroïdiens

Dr Noor Abbasakoor, endocrinologue.
  • Le carcinome papillaire est la tumeur maligne la plus fréquente de la thyroïde (75-85%). Il contient des cellules anormales en nombre et en taille. Il se traite par chirurgie (thyroïdectomie totale), puis avec de l’iode radioactif (I-131 voir plus bas) ou dans des cas résistants/résiduels, par la radiothérapie.
  • Le carcinome folliculaire est la 2e tumeur maligne la plus fréquente de la thyroïde (15%). Il contient également des cellules anormales en nombre et en taille. Il a une grande propension à envahir les os, les poumons et le foie. Une nouvelle mutation a été mise en évidence dans ce type de cancer – PAX8-PPARγ.
  • Le carcinome médullaire est une tumeur maligne rare de la thyroïde (5%). Il sécrète l’hormone calcitonine en excès qui intervient dans la régulation du calcium. Dans 80% des cas, il survient de manière sporadique et dans 20% des cas, une hérédité familiale est retrouvée avec une mutation du gène RET.
  • Le carcinome anaplasique est la tumeur maligne la plus mortelle de la thyroïde, mais heureusement rare (< 5%). Il se propage très vite aux organes avoisinants et, de plus, il est très résistant aux traitements de radio-chimiothérapie. Les personnes âgées sont les plus à risque et la survie ne dépasse pas 1 an lorsque le diagnostic est posé.
Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer