MaladiesPrécautions à prendreSlider

Dr Issac Daureeawoo : « L’infection urinaire ne doit pas être banalisée »

L’infection urinaire peut entraîner de graves complications de santé. Il est important de ne pas la banaliser, a fait ressortir le Dr Issac Daureeawoo, urologue, qui exerce dans le privé.

Les symptômes des deux pathologies étant presque similaires, il est important de distinguer une infection urinaire d’une inflammation. C’est ce qu’a fait ressortir l’urologue, Issac Daureeawoo, qui exerce dans le service privé. Il était l’invité de Caroline Narrainen et Jean-Marie St-Cyr, lors de l’émission Allô docteur de Radio Plus. Aussi connue comme cystite, l’infection urinaire est une infection du système urinaire par des microbes. Elle affecte tant les hommes que les femmes, mais celles-ci sont plus susceptibles d’être touchées par cette pathologie en raison de leur anatomie.

Selon le spécialiste, l’infection urinaire est assez fréquente chez les jeunes filles sexuellement actives et une ou deux infections par an sont acceptables chez la femme. La pathologie peut être traitée par des antibiotiques, si c’est nécessaire. Mais au-delà de deux, il est important de faire des investigations plus poussées pour connaître l’origine du problème. À contrario, si un homme a plus d’une infection par an, il faut prendre des mesures appropriées et faire des tests de dépistage.

Le Dr Issac Daureeawoo, urologue.
Le Dr Issac Daureeawoo, urologue.

Le Dr Daureeawoo explique que : « l’infection urinaire peut provenir de tumeurs dans les reins ou la vessie. Chez les hommes, il peut venir d’un problème de la prostate particulièrement à partir de l’âge de 50 ans. En effet, la prostate commence à grossir, cause une obstruction et des tests sont prescrits. Dans la plupart des cas, la prise d’un médicament résout le problème en diminuant ou relaxant la prostate. Si cela ne marche pas, on a recours à une intervention endoscopique. »

Il a aussi indiqué qu’une infection urinaire peut être due à des calculs rénaux (pierre) tant chez l’homme que la femme. Parfois, c’est associé à des douleurs, parfois non. « Les enfants ne sont pas à l’abri de ce type d’infection, même si c’est rare. Il est impérieux d’agir promptement, afin de déterminer la source du problème, car cela peut être dû à une malformation congénitale. »

 

Symptômes

Parmi les symptômes de l’infection urinaire chez la femme, on dénombre des sensations de brûlure au moment de passer l’urine et une envie plus fréquente et pressante de faire pipi. Chez l’homme, c’est différent.Il peut avoir des difficultés à uriner ou souffre d’une rétention d’urine dépendant des causes de l’infection. Son urine est rougeâtre et le patient est fiévreux. « Il faut pouvoir discerner s’il s’agit d’une infection ou d’une simple inflammation, d’où l’importance d’une analyse urinaire pour déceler une infection avant de prendre des antibiotiques, précise le spécialiste. Après une analyse urinaire, on peut détecter une dizaine de microbes, mais chacun doit être traité avec un antibiotique. »

En cas d’infection urinaire, il est possible d’avoir du sang dans l’urine qui peut être dû à une obstruction importante dans l’appareil urinaire avec la présence de calculs rénaux. Cela peut causer des douleurs intenses que ce dans le rein gauche ou droit dépendant de l’endroit où se trouve la pierre. Il faut alors traiter le problème de calcul rénal, afin d’enrayer le problème d’infection urinaire.

Selon le Dr Daureeawoo, certains patients ont la mauvaise habitude de prendre des antibiotiques à tort et à travers pour une simple fièvre ou une infection virale. « Dans certains cas, ils prennent les médicaments d’un de leurs proches ou ceux qui sont restés d’une précédente prescription. C’est une très mauvaise pratique, car ils développent ainsi une résistance aux antibiotiques et cela devient plus difficile de les soigner. Il faut savoir que des calmants peuvent atténuer la douleur en attendant les analyses urinaires et les résultats qui vont déterminer, si la prise des antibiotiques est nécessaire ou pas. En cas de récidive, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de calcul rénal », souligne-t-il.

Conséquences

Si on ne traite pas une infection urinaire rapidement, les microbes vont se multiplier et occasionner la formation de pus dans l’urine. Si cela va jusqu’aux reins, cela peut engendrer de graves problèmes de santé. Une infection due à des calculs rénaux, qui n’est pas traitée, peut engendrer un abcès dans les reins et empirer l’état du patient. Chez les hommes, le problème peut surgir de la prostate et il faut vérifier, s’il n’y a pas de blocage au niveau de la vessie et si elle se vide complètement au moment de passer l’urine.

Une infection urinaire non traitée ou maltraitée chez l’homme occasionnera des sensations de brûlures lors du passage de l’urine qui va devenir plus fréquent. Il peut avoir du pus dans les reins ou faire de la rétention d’urine et cela nécessitera la mise en place d’une sonde urinaire. Il doit consulter un médecin rapidement, car c’est peut-être une tumeur de la vessie ou de la prostate. Si on note la présence d’une pierre, il faut faire une lithotripsie ou d’autres chirurgies qui ne sont pas trop invasives, afin de l’enlever.

Signes

Si on remarque que l’urine est plus foncée que d’habitude, qu’il y a une sensation de brûlure et que l’urine sort avec une certaine pression, il est recommandé de consulter un médecin et de ne pas banaliser les symptômes. Des analyses plus approfondies sont nécessaires pour déterminer s’il s’agit d’une infection urinaire. Il est à noter qu’une urine jaunâtre n’indique pas nécessairement qu’il y a une infection, car cela peut provenir du fait que la personne ne consomme pas suffisamment d’eau. Cependant, si l’urine sent fort accompagnée de sensation de brûlure, il y a un risque d’infection.

Facteurs de risque

Les femmes qui ont des infections vaginales ou pertes blanches sont plus à risque d’avoir des infections urinaires, car l’urètre et le vagin sont très proches. Cela concerne particulièrement les femmes qui sont sexuellement actives. La pathologie touche aussi les personnes âgées, car l’urètre se rétrécit après la ménopause. La baisse d’hormones peut aussi favoriser l’infection urinaire. Les diabétiques sont plus à risque de développer une infection urinaire en raison du faible taux du système immunitaire. Il faut donc agir vite.

Traitements

L’infection urinaire est traitée avec des médicaments dans la majeure partie des cas, mais des fois, il faut faire une piqûre intraveineuse. Dans des cas sévères, il faut une hospitalisation et le traitement dure une semaine. Le traitement des antibiotiques doit être suivi à la lettre et il faut finir tous les médicaments, même si on a l’impression d’aller mieux au bout de deux ou trois jours.

Prévention

Boire suffisamment d’eau est important, mais ce n’est pas gage d’être à l’abri d’une infection urinaire. Cela permet simplement de ne pas être déshydraté. La circoncision permet d’avoir moins de risque d’infections sexuellement transmissibles mais ne protège pas contre les infections urinaires. Ceux qui souffrent de constipation ont plus de risque d’avoir une infection urinaire. Une alimentation saine et équilibrée comprenant suffisamment de fruits et légumes qui sont riches en fibres permet d’éviter la constipation. Consommer les produits laitiers est important aussi.

 

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Click to listen highlighted text!