[pro_ad_display_adzone id="1515"]
DiabéteMaladiesSlider

Diabète : Les amputations peuvent être évitées

Environ 600 amputations sont enregistrées dans les hôpitaux chaque année et 90 % sont liées au diabète. Selon les professionnels de la santé, elles peuvent être évitées si les patients contrôlent leur maladie.
Le nombre d’amputations a enregistré une hausse de 10 % de 2017 à 2018. Cette situation aurait pu être évitée, si les patients contrôlaient leur taux de glycémie. C’est ce qu’estiment des professionnels de santé que nous avons interrogés.

Le Dr Mohammad Yaasir Oozeer, diabétologue au Souillac Diabetes Vascular Centre de l’hôpital de Souillac, est d’avis que ces amputations peuvent être évitées à travers un dépistage régulier par un personnel hospitalier qualifié et formé.

 

diabète les amputations peuvent être évitées
Dr Yusuf Abbas

Le Dr Yusuf Abbas, chirurgien plastique qui exerce dans le privé, est du même avis. Pour lui, 45 % à 80 % des amputations peuvent être évitées s’il y a une bonne prise en charge, une bonne technique pour les traitements des plaies.

Selon ces deux médecins, le service de santé dispose de tous les moyens pour traiter les plaies des diabétiques. Mais l’amputation est inévitable afin de sauver la vie du patient dont la plaie s’est infectée. Si le diabète n’est pas contrôlé, une plaie ne parvient pas à cicatriser convenablement.
Selon le Dr Noor Abbasakoor, endocrinologue, certains patients sont difficiles et ne font pas d’effort pour se maintenir en bonne santé. Une approche multidisciplinaire (médecins, nutritionniste, podologue, infirmiers spécialisés dans le traitement des plaies des diabétiques) est nécessaire pour que le patient puisse gérer son diabète.

La meilleure façon d’éviter une amputation, c’est de contrôler le diabète et de prévenir les autres complications. Il y a la neuropathie diabétique qui empêche un patient de sentir une blessure aux pieds et qui s’infecte par la suite avec des ulcères, entre autres, ajoute-t-il.

Pour sa part, le Dr Oozeer fait ressortir que le service de santé public sensibilise les patients sur les moyens pour se mettre à l’abri des complications liées au diabète. Mais l’insouciance de certains patients doit être prise en compte. Pour prévenir des complications, le patient doit effectuer une consultation médicale chaque mois ou chaque deux mois. Selon lui, le taux des amputations liées au diabète devrait baisser avec l’entrée en opération de plusieurs ‘Foot Care Clinic’ pour la prise en charge des patients dans les hôpitaux et centres de santé.

Patient dans le déni

« De nombreux patients sont dans le déni. Ils ne prennent pas assez conscience des conséquences de leur manque de précautions et de contrôle de leur taux de glycémie. » Tel est l’avis du Dr Minakshi Boodhun-Oaris, médecin généraliste avec spécialisation pour le diabète. Elle est aussi d’avis que les patients sont en partie responsables s’ils subissent une amputation. Selon elle, il doit y avoir des traitements effectués convenablement et un suivi médical régulier. Les malades doivent aussi porter des chaussures adaptées pour éviter des blessures aux pieds. Elle est aussi d’avis que les patients ne sont pas assez réceptifs aux explications des professionnels de santé ou ne les prennent pas en considération. Elle se demande cependant si les patients auraient compris toutes les explications.

Nelly Joganah, podologue : « Le nombre d’amputations est alarmant »

Le nombre d’amputations enregistré à Maurice est alarmant selon la podologue Nelly Joganah qui exerce dans le privé. « La population n’a pas assez consciente à quel point le diabète peut devenir grave », dit-elle. Elle estime qu’il faut davantage de campagnes de prévention pour mieux sensibiliser la population sur cette situation. Elle explique que les diabétiques doivent faire une inspection de leurs pieds chaque jour, après le bain pour voir s’il n’y a pas d’ampoules, de « crappe roche » ou d’ongle incarné. Il faut aussi bien les sécher, afin de prévenir l’apparition de champignons.

La podologue souligne que les diabétiques doivent éviter de marcher pieds nus, car s’ils souffrent de neuropathie diabétique, ils seront insensibles à la douleur en cas de blessure. La plaie peut ainsi s’infecter et engendrer des complications dans de nombreux cas. « Il faut porter des chaussures de la bonne taille, afin de prévenir les blessures. Les savates sont aussi à éviter, afin de ne pas avoir de crevasses dans les talons », ajoute-t-elle. En cas de blessure, il faut voir un professionnel de santé. N’utilisez pas des produits acides pour traiter les cors ou « crappe roche », car cela peut aggraver la situation, prévient-elle. Les rasoirs ou tout instrument pour retirer les peaux mortes sont à éviter également.

Foot Care Clinic

Il y a plusieurs Foot Care Clinic (FCC) à travers l’île pour les patients qui souffrent du diabète. Elles sont à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo (Port-Louis), la médiclinique Hyder Khan (Plaine-Verte), l’hôpital Victoria (Candos), l’hôpital Jawaharlal Nehru (Rose-Belle), le Diabetes Vascular Centre (Souillac), l’hôpital de Flacq (Centre-de-Flacq), le dispensaire de Caroline et la médiclinique de Goodlands. Des dépistages pour des problèmes des pieds liés au diabète y sont effectués. Les traitements se font dans ces établissements également. Deux FCC seront bientôt opérationnelles à Floréal et à Triolet.

Témoignage d’Abdool Yousouf Saoud, un patient : « Je ne veux pas mettre une deuxième prothèse »

Abdool Yousouf Saoud, 53 ans, est en sursis depuis trois ans. Amputé de son pied droit, à la suite d’une artère bouchée, la prise en charge dont il bénéficie repousse l’échéance d’une amputation au pied gauche.
Il souffre du diabète depuis une quinzaine d’années et sa vie a basculé quand il a été amputé. Ce chauffeur de taxi a dû s’arrêter de travailler et ne vit que de sa pension désormais. Selon lui, cette amputation aurait pu être évitée si l’appareil permettant de traiter son artère bouchée n’était pas en panne. « J’étais sur la liste d’attente. Ce n’est que quelques jours après mon amputation qu’on m’a convoqué » déplore-t-il.
Après une fracture à un orteil au pied gauche qui s’est infectée en raison d’une mauvaise prise en charge selon lui, il se bat pour éviter une deuxième amputation. Il est traité par le Dr Yusuf Abbas.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer