CoronavirusMaladiesSlider

Confinement : Le centre APEIM met en place une série de mesures d’accompagnement

« Depuis l’annonce du confinement, nous avons mis en place des outils de télétravail afin de toujours répondre aux besoins des bénéficiaires, de leurs parents et des accompagnateurs, » indique l’équipe paramédicale de l’Association de Parents d’Enfants Inadaptés de l’Ile Maurice (APEIM). Celle-ci est composée de la physiothérapeute Camille Wiehe, le psychologue Julien Quenette, les ergothérapeutes Loveena Luximon et Marie Françoise Montocchio et l’orthophoniste Kusum Dookheea.

L’équipe paramédicale de APEIM
L’équipe paramédicale.

APEIM partage sur sa page Facebook des conseils et des activités. « Nous assurons un service de soutien, d’écoute et de conseils aux familles par le biais d’appels individuels puis collectifs en fonction des demandes, » indique l’équipe paramédicale.

De plus, des formations sont également organisées en interne afin d’outiller les éducateurs et éducatrices du centre à faire face à cette situation inédite de pandémie mondiale. Tout en respectant les mesures de précautions sanitaires, l’équipe médicale et paramédicale de l’APEIM intervient à domicile pour vacciner les patients alités contre la grippe et d’assurer la distribution des médicaments aux bénéficiaires qui en ont besoin. Pour l’équipe, il est primordial de rester à l’écoute des familles des bénéficiaires.

« Nous faisons le lien entre leurs demandes et les associations qui peuvent répondre à leurs besoins. Des récoltes de fonds pour obtenir des denrées alimentaires pour les familles dans le besoin sont également organisées, » dit-elle. Par ailleurs, en attendant les précisions des autorités sur les « special needs », le centre de l’APEIM poursuit ce qui a déjà été mis en place.

Par rapport à la situation dont font face les parents qui reprennent progressivement le travail, la directrice de l’APEIM dira que le cas est le même pour tous les enfants et écoliers à l’ile Maurice. Selon elle, il faut ainsi mettre en place les mêmes dispositifs que les enfants ordinaires. Cependant, comme ils sont plus à risque, il faut aussi s’assurer de leur donner un soutien plus conséquent et une attention particulière, conclut pour sa part, l’équipe paramédicale de l’APEIM.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page