Bien-ÊtreRelaxationSlider

Le Janzu ou la magie de l’eau

Le janzu est une technique de relaxation profonde basée sur les pouvoirs thérapeutiques de l’eau. Le but d’une séance est donc d’atteindre un niveau de relâchement maximal. Originaire du Mexique, cette thérapie, qui existe depuis plus d’une vingtaine d’années, reste encore très peu connue à Maurice.

Pourtant, elle a déjà fait ses preuves aux quatre coins du globe et fait de plus en plus d’adeptes. Chez certaines personnes, elle aurait même fait des miracles. Stéphanie Vautey, formatrice et praticienne, fait le point avec nous sur cette thérapie hors du commun.

Qu’est-ce que le janzu ?

C’est une technique qui s’inspire du watsu, traitement de shiatsu dans l’eau, et de certaines thérapies de guérisseurs mexicains qui utilisaient le mouvement dans l’eau associé à certains points de pression pour déclencher un état de régression. De ces thérapies, le janzu n’a gardé que les principes de présence, de mouvement et de ‘flow’.

Tout geste invasif a volontairement été mis de côté. Et contrairement aux deux méthodes citées plus haut, ce dernier n’a aucune prétention à guérir un mal précis. L’idée, comme nous l’explique Stéphanie Vautey, est « de ne rien forcer, ne rien vouloir, ne rien faire, et que, ce qui doit se faire se fera au moment opportun. »

En d’autres termes, le janzu repose essentiellement sur deux disciplines : la relaxation et la méditation. Pour pouvoir bénéficier de ce moment de détente, le soin doit être pratiqué dans une eau comprise entre 28°C et 34°C, soit 28°C minimum en milieu naturel et 30°C minimum dans une piscine. Cela favorise le relâchement des muscles, des articulations et du système nerveux.

Comment se passe une séance de janzu ?

Allongé à la surface de l’eau, le corps en apesanteur, les yeux fermés, on ne pense plus à rien, le praticien se charge du reste. On se laisse bercer par des mouvements doux au rythme de notre souffle. Et même si les gestes effectués par le praticien semblent être les mêmes d’une séance à l’autre, chaque expérience est totalement unique.

Le praticien adapte le soin en fonction de la personne. Il est là pour l’accompagner dans son relâchement, dans son souffle et dans ses mouvements. Le janzu offre une approche complètement intuitive, au gré de l’eau, ce qui permet à chacun de profiter au maximum de ses bienfaits.

Quels sont les bienfaits du janzu sur la santé ?

Avant tout, le janzu nous permet d’atteindre un sentiment de plénitude et de détente absolu. Sur le plan physique, il stimule le système immunitaire, le système respiratoire et la pression sanguine. Il apaise les douleurs de notre corps et améliore les problèmes d’articulation, tels que l’arthrose ou l’arthrite. Enfin, il détend les cervicales et les lombaires.

Sur le plan psychique, le janzu nous aide à nous défaire du stress et à mieux dormir. Il libère les blocages émotionnels ou psychologiques ancrés dans l’organisme. Puis, il rééquilibre les centres énergétiques.
Enfin, même en pleine forme, le janzu est tout aussi bénéfique.

C’est une invitation à se reconnecter à son essence et à retrouver la sensation que nous avions quand nous n’étions encore qu’un fœtus dans le ventre de notre mère. C’est également un bon moyen pour se ressourcer et se relaxer et de faire une parenthèse : n’avoir aucune notion de l’espace et du temps le moment d’une séance. Une heure de bonheur à l’état pur.

À qui s’adresse le Janzu ?

Il s’adresse à tout le monde : enfants, adultes, femmes enceintes, seniors… et en toutes circonstances, que l’on soit en bonne santé, handicapé ou en convalescence. Les seules contre-indications qui existent sont l’eau chaude chez les sujets à risque, comme les personnes souffrant de problèmes cardiaques et les individus ayant de forts antécédents épileptiques. Dans tous les autres cas, il n’y a pas de contre-indications, car il n’y a que du mouvement et aucune manipulation de la part du praticien.

Bon à savoir

Si vous êtes intéressé à suivre une formation de janzu, il faudra faire preuve de patience puisque la formation est prévue entre fin février et début mars 2019. En attendant, pour les soins, il faut simplement une eau à bonne température.

Mots clés

Articles Liés

Close