Bien dans sa peauPsychoSlider

Crise de la quarantaine : se remettre en question et en selle

La quarantaine s’accompagne des premiers signes de vieillissement. C’est aussi un moment de remise en question, de prise de conscience pour un individu. La crise de la quarantaine touche de nombreux hommes et femmes. Le Dr Anjali Bungaleea, psychologue, nous en dit plus.

La quarantaine, soit entre 35 et 50, s’accompagne des premiers signes de vieillissement, de remise question. « L’on prend conscience que la vie n’est pas infinie et la fin de notre vie approche inéluctablement. » Cette phase de la vie s’apparente souvent à une période de transit professionnelle.

« À cet âge, l’on se demande si l’on est devenu celui ou celle que l’on rêvait d’être. La quarantaine nous pousse à découvrir de nouvelles facettes de nous-mêmes et à procéder à notre auto-analyse pour mieux connaître nos attentes de notre vie professionnelle et personnelle. » Si cette phase n’est pas abordée avec sagesse, elle peut engendrer une série de stress et d’irritation qui peuvent affecter les relations interpersonnelles.

Le Dr Anjali Bungaleea.

Les symptômes

Le Dr Anjali Bungaleea indique que la crise de la quarantaine diffère chez l’homme et chez la femme. « La femme est bousculée par l’horloge biologique avec l’arrivée de la ménopause. L’homme pour sa part aura envie de plaire à des conquêtes, il le prendra comme un challenge pour se rassurer et se sentir à nouveau fort. Il voudra changer de comportement, de style, de coupe ou de voiture. Il essaiera de trouver une deuxième jeunesse ».

La crise de la quarantaine se caractérise par des symptômes de crises de colère, de la nervosité, de l’angoisse, de la déprime, du besoin de s’autoévaluer à tout moment, des expressions de doutes sur les choix passés et de l’instabilité du futur, du sentiment de désorientation, du sentiment d’être inutile, de se laisser bousculer par la mauvaise humeur, du besoin constant de changement, des sentiments suffocants et du besoin de plus de liberté. Également, du manque de patience envers les proches et collègues. « L’homme et la femme manifestent différemment l’irritabilité ».

L’impact de cette crise peut être dangereux pour la santé : accélération du rythme cardiaque, transpiration abondante, nausée, baisse d’estime de soi et chroniquement quand l’impact s’installe dans notre quotidien. « L’impact de cette crise peut alors être désastreux, causant insomnie, perte de mémoire, maladies cardio-vasculaires, problèmes de peau, système immunitaire affaibli, problèmes digestifs, prise de poids, manque de libido, entre autres. L’impact réside aussi dans les actes tels que l’adultère, la séparation brutale avec son conjoint et prendre des décisions irréversibles ».

L’impression de stagner au niveau de la profession surgit, la perception de voir les choses se modifie. « Peu d’entreprises misent sur la formation des seniors qui, très souvent, ont sacrifié leur temps avec la famille et leur travail. Cela crée un sentiment d’injustice face aux efforts accomplis et engendre une frustration qui à la longue a un impact sur le travail et les collègues », souligne le Dr Anjali.

S’autoriser à lâcher prise

La crise, si abordée avec maturité et en pleine conscience, peut être passagère soit entre un à cinq ans. Elle peut générer des buts concrets à court et long termes. « Par contre, les conséquences peuvent s’aggraver si la crise est ignorée, par exemple les frustrations accumulées peuvent surgir et provoquer des pensées négatives qui se transforment en colère ou en dépression », explique la psychologue.

Il existe toutefois de nombreuses solutions à la crise de la quarantaine et la communication reste la clé. « Il faut absolument parler à son conjoint, ses amis, sa famille et ses collègues tout en restant à l’écoute de ses sensations et de ses émotions ». Le docteur en psychologie conseille, d’ailleurs, de se connecter avec les enfants, le couple, la vie privée et s’autoriser à lâcher prise. « Le danger réside dans l’envie de commettre l’irréparable comme quitter ou tromper son conjoint pour vouloir rajeunir à tout prix, cette erreur est la cause d’une mauvaise communication avec son partenaire. »

Faites une rétrospection des événements qui vous ont rendu heureux au cours de votre vie et essayez de les reproduire. « C’est souvent une question de relation vis-à-vis des autres, il suffit de se rapprocher de ceux que l’on aime et prendre du temps pour soi. » La psychologue encourage les couples à se trouver des objectifs communs ! « Ne reportez pas votre colère sur les autres, parlez sincèrement avec votre conjoint et faites des séances d’auto-évaluation guidées ».

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer