MaladiesRougeoleSlider

Rougeole : une maladie qui fait tache

Le ministère de la Santé a confirmé des cas de rougeole le 11 mai dernier. À mercredi 23 mai, 71 cas ont été recensés à Maurice. Cette maladie virale refait son apparition après une décennie. La rougeole est contagieuse et des mesures doivent être prises pour éviter la prolifération du virus.

Le Dr Vinita Poorun note que certains Mauriciens confondent la rougeole avec la varicelle ou la rubéole.

Vinita Poorun, consultante en pédiatrie à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam, la rougeole est une infection virale. Elle est causée par un virus appartenant au genre morbillivirus de la famille des Paramyxovirus.

« Le virus de la rougeole est uniquement présent chez l’être humain. Il se propage rapidement en hiver, car nous passons notre temps dans des espaces fermés. Notre système immunitaire s’affaiblit également pendant la saison hivernale. Nous sommes donc vulnérables aux infections virales », explique la consultante. La rougeole affecte toutes les tranches d’âge.

La consultante indique que cette recrudescence de la rougeole s’explique probablement par le fait qu’une partie de la population n’a pas été vaccinée. Le dernier cas répertorié remonte à 2006 et cela fait suite à l’introduction de la deuxième dose de vaccin.

Durant les trois premiers mois de grossesse, la maman transmet l’infection à son fœtus.

« C’est en 1981 qu’un premier vaccin est introduit à Maurice pour lutter contre l’épidémie de la rougeole. D’ailleurs, ceux qui sont nés avant cette année ont tous contracté cette infection. En 1996, une autre vaccination appelée ROR (rougeole, oreillons, rubéole) commence à être administrée aux enfants de douze à quinze mois. Une deuxième dose est recommandée à partir de 2006. Elle est injectée à l’âge de cinq ans », relate le médecin. Il faut savoir que la rougeole survient une seule fois.

Elle note que certains Mauriciens confondent la rougeole avec la varicelle ou la rubéole. Vinita Poorun fait comprendre que la rougeole est une éruption cutanée donnant lieu à des petits boutons rougeâtres. Ils apparaissent d’abord sur le visage et le cou, puis sur les autres parties du corps. Par contre, la varicelle est un petit bouton rempli de liquide clair. Il fait son apparition sur les différentes parties du corps avant d’atteindre le visage.

La rougeole se transmet par la toux, les postillons, l’éternuement ou encore les contacts rapprochés entre les personnes. « La rougeole est hautement contagieuse », fait ressortir Vinita Poorun. Elle se manifeste d’abord par une forte fièvre. Elle peut aussi s’accompagner du nez qui coule, les yeux rouges, la toux, l’irritation de la gorge ou encore la diarrhée.

Attention !

L’éruption cutanée survient généralement trois jours après le début de la fièvre. Les boutons peuvent durer entre 7 et 10 jours. Une surinfection peut entraîner des complications, notamment l’otite (inflammation de l’oreille) ou une encéphalite (les tissus cérébraux sont enflammés). D’autre part, des complications graves peuvent surgir chez ceux atteints du HIV, du diabète ou du cancer.

La rougeole peut aussi affecter les personnes âgées et les femmes enceintes. « Dans ces deux cas, le système immunitaire du patient est faible et il est donc vulnérable aux infections. Durant les trois premiers mois de grossesse, la maman transmet l’infection à son fœtus. Il peut donc y avoir une malformation, entre autres », dit-elle.

Cependant, il est déconseillé aux femmes enceintes de se faire vacciner. « Celles souhaitant enfanter doivent opter pour la vaccination trois mois au préalable », fait ressortir le Dr Poorun. Parallèlement, elle conseille aux autres de profiter de la campagne de vaccination proposée actuellement par le ministère de la Santé.

« Un nouveau-né est protégé contre les maladies infectieuses par les anticorps transmis par sa mère. Au fur et à mesure qu’il grandit, ses anticorps maternels diminuent. Il est vulnérable dès l’âge de six mois. Si un bébé de six à douze mois est en contact avec une personne infectée, il est conseillé de faire le vaccin » souligne notre interlocutrice.

Elle ajoute qu’il faut éviter la foule et qu’il est important de se laver les mains régulièrement. Le Dr Poorun indique qu’il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole. Des traitements antiviraux et asymptomatiques sont recommandés.

« Le patient peut prendre le paracétamol et l’ibuprofène, mais l’aspirine est à proscrire. Des antihistaminiques soulagent les démangeaisons. Ceci dit, il faut éviter de se gratter pour qu’il n’y ait pas de taches par la suite » explique-t-elle. La consultante dit également qu’une bonne hygiène, couplée à une bonne alimentation, doit être respectée. Il est important de s’hydrater constamment, par exemple en consommant de l’eau, du jus de fruit ou encore de la soupe.

Traiter la maladie naturellement

Imran Abdool, conseille d’éviter la chair rouge.

Imran Abdool, naturopathe, conseille d’éviter la chair rouge, les produits surgelés, la restauration rapide, les épices et les boissons gazeuses. Il conseille de consommer plus d’agrumes, notamment l’orange, la mandarine, le limon et le pamplemousse.

Ces fruits, qui sont riches en vitamine C, contiennent aussi des bioflavonoïdes pour stimuler le système de défense et l’aider à combattre les bactéries et microbes.

« Le tamarin aussi contient de la vitamine C et contribue à éliminer les toxines du corps. L’ail possède des propriétés antivirales. On mélange de l’ail au miel. Cette mixture est a consommer après chaque repas », dit-il.
Le naturopathe recommande une infusion.

« Elle est préparée à partir d’une ou de deux branches de thym et cinq feuilles de basilic. L’infusion est consommée chaude après chaque repas pour calmer la rhinite et soulager les démangeaisons », fait-il comprendre.

Le tamarin aussi contient de la vitamine C et contribue à éliminer les toxines du corps.

Sinon, le patient peut prendre trois à quatre tasses d’infusion à base d’eucalyptus tous les jours. D’autre part, le patient peut consommer des capsules ou de la teinture d’échinacée (une plante médicinale) pour stimuler le système immunitaire.

Comme traitement externe, Imran Abdool conseille de tamponner du ghee de vache sur les éruptions cutanées deux à trois fois par jour.

« Les parents peuvent faire bouillir cinq à six branches de thym dans deux litres d’eau et l’utiliser dans le bain de l’enfant, deux fois par jour. La crème de Chickweed, une plante médicinale utilisée par les Indiens d’Amérique, est aussi efficace pour éliminer les irritations et les boutons », soutient le naturopathe.

Vaccination : le 8924 pour plus d’infos

Le ministère de la Santé a démarré une campagne de vaccination.

Le ministère de la Santé a lancé sa campagne de vaccination dans les dispensaires. Elle a lieu tous les samedis de 9 à 11 heures. Afin de prévenir la propagation de la rougeole dans le milieu scolaire, le ministère a pris contact avec toutes les écoles à travers le pays dans le cadre d’un exercice de surveillance. Cet exercice concerne les écoles publiques et privées du cycle pré-primaire, primaire et secondaire.

Le ministère lance un appel aux parents pour qu’ils soumettent la carte de vaccination de leurs enfants aux responsables des écoles dans le plus bref délai, cela afin d’éviter que cette maladie ne se propage davantage dans les établissements scolaires. Pour de plus amples renseignements, appelez au 8924, du lundi au vendredi, de 9 à 15 heures.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page