MaladiesMaladies respiratoiresSlider

L’asthme du nourrisson : les precautions à prendre pour prévenir la maladie

L’asthme est de plus en plus précoce et affecte de nombreux enfants quelques mois à peine après la naissance. Comment le dépister chez le nourrisson avant qu’il ne se déclenche ? Le pédiatre, Dr Ryad Joomye, vous conseille.

L’asthme peut apparaître à partir de deux à trois mois, mais généralement entre sept et huit mois. Plusieurs symptômes peuvent être décelés dès leur plus jeune âge, selon le pédiatre Dr Ryad Joomye.

« La toux avec prédominance nocturne et pendant les efforts peut être un des symptômes de cette maladie qui touche les bronches. Les bruits respiratoires lorsque l’enfant expire peuvent être un élément déclencheur à prendre en compte », fait ressortir Dr Ryad Joomye.

Vous remarquerez que le nourrisson souffre aussi de difficultés respiratoires. Les infections virales sont également des déclencheurs de crises d’asthme.

Selon le médecin, « l’asthme chez le nourrisson est souvent associé à des symptômes allergiques cutanés et digestifs tels que l’eczéma, la peau sèche, le reflux, la diarrhée, la colique ou encore une mauvaise prise de poids ». Durant les premiers mois après la naissance, l’asthme se présente sous forme de bronchites ou de bronchiolites à répétition.

Dr Ryad Joomye, pédiatre

« La guérison des bronchites prend du temps et les symptômes ne disparaissent pas complètement entre deux bronchites ou bronchiolites », souligne le docteur. Cela peut s’aggraver si elles ne sont pas traitées correctement. Très souvent, la maladie persiste pendant plusieurs années et son évolution chez le nourrisson dépend alors des facteurs déclencheurs.

Il y a des précautions pour prévenir l’asthme chez le nourrisson. « Je recommande d’éviter le tabagisme à l’intérieur de la maison et les fumeurs doivent se tenir dehors à au moins 20 mètres de la maison ». Il conseille aussi d’éviter tout autre déclencheur de fumée comme les bougies parfumées et les « sandals ».

Il faut, aussi, éviter d’exposer l’enfant aux endroits pollués (construction ou chemins fréquentés). Les changements de température brusques peuvent aussi développer des problèmes respiratoires et déclencher des symptômes d’asthme.

Le traitement

« Essayez de ne pas sortir votre bébé lorsqu’il pleut ou qu’il fait froid, aux heures où le soleil se couche ou se lève. Limitez l’exposition ou la consommation d’allergènes à l’exemple des protéines de lait de vache, le soja et autres aliments, les acariens, les poils d’animaux et de pollens. Misez plutôt sur l’allaitement maternel », préconise le médecin. Dépendant des facteurs qui favorisent l’asthme, cette dernière peut disparaître au fil des traitements.

Le médecin explique, ainsi, qu’un ancien prématuré va, par exemple, garder l’asthme plus longtemps. « Si elle est par contre déclenchée par une allergie aux protéines de lait de vache, généralement l’enfant ira mieux vers l’âge de deux ans. » En cas de tabagisme passif, les crises d’asthme peuvent s’améliorer voire disparaître dès que s’arrête l’exposition à la fumée des cigarettes. Idem pour la pollution.

Le traitement de l’asthme comprend une bonne adaptation de l’environnement : éviction des acariens dans les matelas, moquettes, tapis, oreillers, tabagisme et autres fumées et pollutions. « Privilégiez l’allaitement maternel et évitez les allergènes alimentaires, car souvent le lait artificiel pour nourrissons contiennent du PVL. »

L’asthme peut, aussi, être traité avec des aérosols ou des inhalateurs contenant du salbutamol et des corticoïdes inhalés. Le pédiatre conseille d’éviter les corticoïdes oraux dans la mesure du possible. « Avec un bon traitement, les symptômes se réduisent et la maladie est contrôlée dans la majorité des cas. Il ne faut, toutefois ,pas arrêter les médicaments dès que les symptômes disparaissent. Faites-le seulement sur avis médical. »

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page