Hygiène de vieSliderSommeil

Les trackers de sommeil sont-ils vraiment efficaces ?

Les appareils connectés destinés à suivre – et donc améliorer – le sommeil sont de plus en plus populaires dans le monde, mais que valent-ils réellement ? Une équipe de chercheurs américains s’est penchée sur le sujet, révélant que les trackers commercialisés à grande échelle sont loin d’être égaux en termes d’efficacité.

S’il est facile de savoir si l’on a passé une nuit blanche ou non, il est plus compliqué d’évaluer avec précision le temps passé à dormir, voire à se réveiller, et plus encore d’analyser avec certitude l’efficacité de ce sommeil. Depuis quelques années déjà, de petits appareils connectés se sont invités dans notre quotidien pour réaliser cette tâche pendant que vous vous laissez tranquillement bercer par les bras de Morphée. Mais peu d’études indépendantes ont jusqu’alors évalué l’efficacité de ces trackers, de plus en plus nombreux sur le marché.

Des neuroscientifiques de la West Virginia University se sont penchés sur le sujet. Apple Watch, Fitbit, Oura… Au total, ce sont huit trackers de sommeil commerciaux que les chercheurs ont évalué. Ils ont observé cinq adultes en bonne santé – deux hommes âgés de 26 et 41 ans et trois femmes âgées de 22, 23, et 27 ans – qui ont porté ces trackers pendant 98 nuits.

A l’issue de l’étude, publiée dans Nature and Science of Sleep, le verdict est tombé : Fitbit et Oura ont obtenu les meilleurs résultats, en termes de mesure du temps de sommeil total, du temps de réveil total, et d’efficacité du sommeil. L’ensemble des autres appareils connectés ont soit surestimé soit sous-estimé au moins l’une des mesures du sommeil étudiées. Les chercheurs précisent qu’aucun des huit n’a pu quantifié les différentes étapes du sommeil avec une précision efficace.

Les neuroscientifiques demeurent malgré tout très mesurés face à ces résultats; chaque appareil pouvant convenir aux besoins de telle ou telle personne. “Le plus grand avantage est que tous les appareils grand public ne sont pas créés de la même manière et que l’utilisateur doit au final prendre soin de sélectionner la technologie qui convient à son application en fonction des données. Certains appareils fonctionnent actuellement bien pour le temps de sommeil total et l’efficacité du sommeil, mais cela semble plus compliqué pour les étapes du sommeil. Cela n’est pas surprenant, car des ondes cérébrales sont généralement nécessaires pour mesurer correctement cela”, explique Joshua Hagen, qui a dirigé cette étude.

Les chercheurs semblent convaincus du caractère indispensable de ces données, malgré ces résultats, tant elles permettent une objectivité que ne fournira jamais votre propre ressenti. Le principal auteur explique, par exemple, que vous pouvez vous réveiller groggy si votre réveil se déclenche alors que vous étiez dans une phase de sommeil profond; ce qui pourrait vous faire penser à tort que votre sommeil n’a pas été réparateur.

Aux utilisateurs désormais de dénicher l’appareil qui sera le plus précis en fonction de leurs propres besoins, puis de se tourner vers un produit dont le design, le prix, la convivialité, ou encore l’attrait, conviendront à ce qu’ils recherchent pour un usage optimal au quotidien.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page