BeautéCheveuxSlider

Calvitie : 60 % des hommes sont touchés

La calvitie, terme pour désigner la perte des cheveux, peut avoir des répercussions psychologiques sérieuses. Les facteurs de la calvitie sont nombreux : vieillissement, hérédité, hormones et stress, entre autres. Les hommes et les femmes souffrant de calvitie peuvent perdre confiance en eux. Cependant, il existe des solutions.

Gérard Guidi, directeur du Centre de Chirurgie Esthétique de l’Océan Indien, estime que la calvitie touche en général 60% des hommes et 20% des femmes à Maurice. Elle peut être liée au vieillissement, mais pas seulement. La calvitie chez les hommes est appelée l’alopécie androgénétique. Les trois causes principales sont les hormones, les gènes et le temps.

La testostérone se transformant en dihydrotestostérone en concentration trop importante cause souvent une perte de cheveux androgénétique. L’alopécie androgénétique est une pathologie responsable de la miniaturisation, puis de la perte des cheveux.

« Elle peut débuter à l’âge adulte, mais aussi à l’adolescence. Lors du vieillissement, le corps de l’homme comme celui de la femme a tendance à diminuer sa production d’hormones. Cette insuffisance, en sus des follicules pilaires qui perdent de leur vigueur, peut être la cause des cheveux en moins bonne santé et à leur chute prématurée », explique le directeur.

Analyses capillaires

La ménopause chez la femme apporte aussi son lot de changements, notamment les hormones. «La ménopause entraîne plusieurs transformations positives ou négatives sur les cheveux. L’hormone principale qui transforme les cheveux chez la femme est l’œstrogène qui, en plus grande quantité, améliore l’état des cheveux et leur volume tandis qu’une diminution entraîne une chute plus importante » ajoute Gérard Guidi.

Outre les hormones, les autres facteurs sont l’hérédité, le stress, les mauvaises techniques de manipulation des cheveux, ainsi que toutes les maladies et infections des cheveux. D’après notre interlocuteur, le bagage génétique joue un rôle important dans les causes de chutes hâtives. En effet, lors de la formation de l’embryon dans le corps de la femme, la surface du cuir chevelu se forme à partir des gènes des deux parents.

«Lorsque la femme est touchée par la calvitie ou une forte perte de volume capillaire, le risque pour l’enfant d’être atteint de problèmes est multiplié par 10. De plus, lorsque les deux parents sont affectés par la calvitie, le risque est supérieur à 90%, tandis que le risque est d’un peu plus de 80% si l’un des deux parents est atteint en plus d’un des grands-parents », dit-il. Il est donc fortement conseillé d’effectuer des analyses capillaires et de leur apporter les soins nécessaires dès l’âge adulte.

Les hommes et les femmes qui souffrent de calvitie perdent peu à peu confiance en eux. Certains d’entre eux se sentent obligés de porter la casquette en permanence, tandis que d’autres ne sortent plus. Le Centre de Chirurgie Esthétique de l’Océan Indien propose des solutions.

« Il y a quelques années de cela, la découverte de deux nouvelles molécules, le Minoxidil et le Finastéride, a permis de ralentir efficacement la chute des cheveux androgénétique. Cependant, ces molécules ne font pas repousser les cheveux. La seule et véritable solution demeure la greffe de cheveux. Certains de nos patients se sont métamorphosés après leur greffe de cheveux. Ils font plus attention à leur look, leur démarche, leur posture, c’est une vraie métamorphose », conclut-il.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page