Actu SantéSlider

Une consultation pédiatrique sur deux liée aux troubles digestifs

Près de 50 % des consultations pédiatriques sont liés à l’un des troubles digestifs : coliques, rejets, gaz/ballonnements et constipation. C’est qu’a révélé l’observatoire infant Gastrointestinal disorders African Study Expérience and Learnings (GASEL) lors de l’étude menée entre juin et décembre 2017 en Afrique et à Maurice.

Le rapport a été rendu public récemment

Les rejets, les coliques abdominales, la constipation et le ballonnement sont très communs chez les nourrissons. C’est ce qu’a mis en exergue l’observatoire Gasel lors de l’étude effectuée entre juin et décembre 2017 en Afrique et à Maurice. Près 50 % des consultations pédiatriques sont liées au troubles fonctionnels gastro-intestinaux (TFGI) chez les nourrissons pendant la première année de sa vie. Les informations proviennent d’informations recueillies avec les parents et leur enfant.

Selon l’étude, ces TFGI ont un impact sur la qualité de vie du nourrisson mais aussi des parents avec des troubles du sommeil et du comportement chez l’enfant et anxiété chez les parents explique le Dr Mansoor Takun de la Paediatric Society. Il fait ressortir que les mamans qui allaitent leur bébé ont moins de problèmes liés aux troubles digestifs de par la composition de leur lait. Mais selon l’étude sur les 87 % des mamans qui ont allaité leur bébé dans les jours suivant l’accouchement, seulement 27 % ont continué à le faire au bout de deux mois et demi.

« Le lait maternel contient du probiotique, des prébiotiques et de l’acide gras aminés qui ont démontré leur importance pour avoir des selles plus molles et plus fréquentes qui font qu’il n’aura pas beaucoup de coliques ou ne va pas souvent être constipé. La digestion étant plus rapide également, il y a moins de risque de reflux. Le lait maternel protège aussi contre les coliques » fait ressortir le médecin. Ainsi les bébés qui boivent que le lait maternel ont ainsi moins de risque de souffrir de TFGI. Mais ce type de trouble n’est pas exclusif aux enfants africains. L’étude a aussi montré que la situation est la même en Europe et États-Unis fait remarquer le pédiatre.

Le rapport indique qu’il y a une prise en charge différente de la part de chaque médecin mais à Maurice ce sont la prise des médicaments qui était plébiscité. Cela en réponse à l’inquiétude des parents qui souvent étaient à la recherche d’une solution pratique et immédiate. Mais selon l’avis des experts, un traitement avec des médicaments n’est pas tout le temps nécessaire et est préconisé qu’en cas de constipation fonctionnelle. Le rapport préconise avant tout la réassurance parentale qui consiste à écouter les appréhensions de la maman ou des parents et les aider à mieux comprendre les pleurs et les maux de leur bébé.

Le Dr Takun souligne que les parents sont également invités à prendre des mesures hygiéno-diététique et d’éliminer la cigarette dans la famille par exemple. La position dont on prend le bébé ou la façon de le bercer est aussi revu si nécessaire. Dans certains cas des petits massages autour du nombril dans le sens des aiguilles d’une montre sont aussi préconisés. Pour le pédiatre ce sont autant de choses simples qu’il est possible de faire dans un premier temps au lieu de donner des médicaments qui viendront ultérieurement.

C’est dans cet optique que la Paediatric Society a publié un dépliant afin véhiculer ces informations et la nouvelle approche préconisée auprès des médecins, infirmiers, sages-femmes entres autres afin que tous aient le même message. Cela afin de diminuer l’usage de médicaments des TFGI car c’est cela est rarement nécessaire sauf en cas de constipation.

Observatoire Gasel

10 pays africain et 759 médecins, dont des mauriciens, ont participé à cette étude de juin à décembre 2017. Le rapport a été rendu public le 13 juin dernier lors d’une présentation effectuée par le Dr Mansoor Takun devant ses confrères médecins et pédiatres.
Selon l’étude, une consultation sur deux concerne les TFGI et que près de la moitié présentent plusieurs troubles digestifs. Les troubles associés représentent 48 % des consultations et les troubles isolés, 52 % des consultations. Les Troubles digestifs sont répartis comme suit : Colique – 58 % ; Rejets – 47 % ; Gaz/Ballonnements – 40 % et Constipation – 30 %.

Les recommandations du rapport GASEL

A l’issue de l’étude effectuée, l’observatoire GASEL a soumis quatre recommandations principales »
• Evaluer la qualité de vie du nourrisson afin de mieux cerner la sévérité du trouble et de la prise en charge ;
• Rassurer et expliquer aux parents avec des termes appropriés pour une meilleure compréhension
• Rappeler les bienfaits du lait maternel qui est mieux adapté aux besoins du nourrisson et à la prévention de certaines maladies infectieuses ;
• La prise en charge nutritionnelle participe à l’amélioration des différentes troubles digestifs.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer