[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Désirs & PlaisirsSexualitéSlider

L’hypersexualité : êtes-vous accro au sexe ?

Pour savoir si on est un sex-addict, il y va d’abord de comprendre le terme hypersexualité. Est-ce un trouble sexuel ? Peut-on avoir une vie sexuelle saine et épanouie tout en étant accro au sexe ? Voici quelques vérités sur les accros au sexe.

Caractérisée par une sexualité incontrôlable, l’hypersexualité se définit comme un besoin compulsif de sexe. Associée à un trouble sexuel, la personne qui souffre de dépendance sexuelle voit sa vie contrôlée par ses pulsions. « Il faut savoir faire la différence entre un désir sexuel et un besoin compulsif », explique le psychologue Sadasiven Coopoosamy.

Cette obsession pour le sexe peut prendre plusieurs formes, notamment une envie compulsive de se masturber ou encore être accro à la pornographie. « La personne qui souffre de cette dépendance se tourne vers les prostitués, car elle doit assouvir un besoin, cela dépasse la notion d’envie ou de désir. Cette dépendance pousse aussi la personne au voyeurisme », souligne-t-il.

Pour le psychologue, ce trouble est d’abord psychologique. « Les traumatismes liés à l’enfance peuvent créer cette condition chez certaines personnes. À travers le sexe, la personne essaie d’apaiser sa souffrance », ajoute-t-il.

Vie de couple

L’addiction au sexe a un impact direct sur la qualité de vie de la personne. « Elle va finir par s’isoler et s’éloigner de sa famille et ses proches. Si cette personne est mariée, sa vie de couple sera affectée également, car il y a cette sensation d’être incomprise et de frustration », indique le psychologue qui estime qu’une aide psychologique est souvent inévitable pour sortir de ce piège, car il est très difficile pour la personne de parler de son problème.

En couple, la situation est encore plus difficile. « On parle d’un besoin compulsif qui va au-delà de l’amour. De ce fait, la vie de couple subit les conséquences de cette obsession pour le sexe. La personne ayant cette dépendance a tendance à séduire ses proies et change de partenaire aussi souvent que possible pour arriver à ses fins, c’est-à-dire plus de sexe.

La frustration liée à cette obsession peut rendre la personne violente dans certains cas, surtout quand les pulsions sont refoulées. « On peut associer d’autres dépendances avec l’hypersexualité, dont l’addiction au tabac, à l’alcool, aux jeux et dans certains cas, aux drogues.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer