Désirs & PlaisirsSexualitéSlider

L’épanouissement sexuel : le bonheur au lit

Pour atteindre le bonheur au lit, il ne suffit de faire quelques efforts spontanément, mais de changer certaines habitudes. Ce sont les conseils du psychologue Sadasiven Coopoosamy.

Pour une santé sexuelle au top, il faut pouvoir renouer avec ses sens et surtout débrancher le cerveau pour éprouver du plaisir. « Pour s’épanouir sexuellement, il est urgent de ralentir », explique le psychologue Sadasiven Coopoosamy.

L’absence du plaisir se fait souvent ressentir et la faute revient souvent à la fatigue ou au trop-plein d’activités. Dans certains cas, c’est la consommation de médicaments ou encore les conditions physiques qui affectent la libido.

Mais avant toute chose, il y va de connaître son corps pour mieux comprendre ses réactions. « Par la masturbation, les garçons ont tendance à se familiariser plus tôt que les filles à leur désir », souligne-t-il. Ainsi, en se touchant, on arrive à éveiller les cinq sens. « Toutefois, il faut bien comprendre que l’orgasme n’est pas une fin en soi », ajoute-t-il.

Ensuite, il faut revenir se concentrer sur le moment présent pour rester connecté à ses sensations et aux divers stimuli selon le psychologue. « Souvent, l’attention est consacrée à la peur du jugement ou au fait de faire plaisir à l’autre. On est alors tellement concentré sur la performance sexuelle espérée qu’on oublie de prendre plaisir et de profiter du moment présent », fait-il comprendre.

Il faut donc prendre son temps en ralentissant les mouvements. Ce qui permet de mieux intégrer tout ce qui fait partie de l’acte sexuel : émotions, images, sentiment amoureux, baisers, regards, caresses et confiance en soi, entre autres.

D’ailleurs, au lit, il est aussi conseillé de s’ouvrir davantage à son partenaire. « La communication est la solution pour presque tous les problèmes de couple. En parler aide à avancer. Ainsi, en avouant à l’autre son fantasme du moment, on arrive à mieux exacerber le plaisir », explique Sadasiven Coopoosamy.

En parlant de fantasmes, il y a les positions aussi qui peuvent accroître le plaisir. Respiration, tonus musculaire, cadence des mouvements sont autant de paramètres sur lesquels on peut jouer pour augmenter l’excitation.
S’il est difficile de s’abandonner à son partenaire ou de s’autoriser du plaisir pour des raisons physiques, psychologiques ou émotionnelles, il peut être utile de consulter un spécialiste : un médecin généraliste, un psychologue ou un thérapeute.

L’orgasme : très peu de femmes arrivent à l’atteindre

Selon une vaste étude internationale Ifop de 2015 menée auprès de 8 000 femmes de 18 à 69 ans, résidant en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada, les Françaises auraient le plus de mal à jouir : 49 % admettent avoir « assez régulièrement » des difficultés à atteindre l’orgasme, soit le niveau le plus élevé de tous les pays étudiés dans le cadre de l’enquête.

Mots clés

Articles Liés

Close