SeniorSlider

Journée mondiale de l’ostéoporose : Mieux comprendre la maladie, ses causes et traitements

Avec l’âge et le manque de calcium, de phosphore et d’autres minéraux, les os se fragilisent. Ils perdent leur résistance et sont prédisposés aux fractures. Dans le cadre de la Journée de l’ostéoporose observée le dimanche 20 octobre, le Dr Narainen Sooriamoortee de l’Island Health Medical Center explique les causes, les symptômes et les traitements de la maladie.
Fateema Capery

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est définie comme une maladie généralisée du squelette caractérisée par une densité osseuse basse et des altérations de la microarchitecture osseuse, responsable d’une fragilité osseuse exagérée et donc d’un risque élevé de fracture. L’ostéoporose est définie opérationnellement comme une densité osseuse qui chute de 2,5 écart-type en dessous de la moyenne pour un jeune adulte en bonne santé de même race et de même sexe.

Qui est concerné par cette maladie ?

De manière un peu artificielle, il est habituel de la distinguer en deux catégories : l’ostéoporose primaire et l’ostéoporose secondaire. Les ostéoporoses primaires sont les formes les plus fréquentes. La principale d’entre elles est l’ostéoporose liée à l’âge. Celle-ci est 2 à 3 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes en raison de la ménopause, une plus grande longévité et un capital osseux plus faible. On estime que plus de 200 millions de femmes souffrent d’ostéoporose dans le monde.

Les formes secondaires d’ostéoporose surviennent à la suite de maladies ou de traitements. Parmi les pathologies qui peuvent entraîner une ostéoporose, on trouve notamment, des affections hormonales (hyperactivité de la glande thyroïde ou des glandes parathyroïdes), la polyarthrite rhumatoïde, certaines tumeurs ou encore des maladies sévères de l’intestin, des reins ou du foie. Certains traitements comme des doses importantes de cortisone ou des médicaments utilisés dans la prise en charge des cancers du sein et de la prostate peuvent également induire une ostéoporose à long terme. Elles sont plus fréquentes chez l’homme et une cause peut être retrouvée dans 50 % des cas. Bien entendu, les causes peuvent être intriquées.

À partir de quel âge doit-on s’inquiéter ?

L’ostéoporose peut toucher tous les âges, hommes et femmes, mais elle est plus fréquente avec le vieillissement. Au cours du vieillissement, l’efficacité du remodelage osseux diminue, ce qui entraîne une perte osseuse chez la femme comme chez l’homme. Chez la femme, la prévalence de l’ostéoporose densitométrique (T-score ≤ – 2,5) augmente avec l’âge à partir de 50 ans. Dans le monde, une femme sur trois et un homme sur cinq âgés de plus de 50 ans seront victimes d’une fracture ostéoporotique. En fait, toutes les trois secondes, un os se brise quelque part dans le monde à cause de cette maladie.

Comment prévenir la maladie ?

Il existe différents types de facteurs de risque : fixes et modifiables. Dans les facteurs de risque fixe, on retrouve : âge, sexe féminin, antécédents familiaux d’ostéoporose, fracture précédente, ethnicité, ménopause / hystérectomie, traitement glucocorticoïde à long terme, la polyarthrite rhumatoïde, hypogonadisme primaire / secondaire chez l’homme.

Les facteurs de risque modifiables sont : consommation de l’alcool, fumeur (tabac), faible indice de masse corporelle, mauvaise nutrition, carence en vitamine D, troubles de l’alimentation, exercice insuffisant, faible apport alimentaire en calcium et chutes fréquentes.

S’il est impossible de modifier certains facteurs de risque d’ostéoporose (facteur de risque fixe), il est possible d’agir sur beaucoup d’autres, notamment par une hygiène de vie adéquate, par exemple pratiquer un exercice physique qui a un effet bénéfique sur la densitométrie osseuse. Chez la femme ménopausée, l’activité physique régulière permet de freiner la perte de densité osseuse. Chez les personnes âgées, elle va, de plus, entretenir la musculature et l’équilibre, diminuant ainsi le risque de chutes et de fractures. Chez les adultes carencés, une supplémentation en calcium associée à la vitamine D aide à renforcer les os. Le tabagisme et la consommation excessive d’alcool sont, quant à eux, à proscrire, car ils favorisent la perte osseuse.

Quel est le régime alimentaire le plus approprié ?

Il n’y a pas de régime alimentaire spécifique à l’ostéoporose. Avec une alimentation bien équilibrée composée d’un grand nombre de produits laitiers, de poisson, de fruits et de légumes, vous devriez obtenir suffisamment de nutriments chaque jour. Par exemple, des apports calciques alimentaires de l’ordre de 1 g par jour sont recommandés. En cas de régime hypocholestérolémiant ou hypocalorique, on peut recourir aux laitages allégés dont la contenance en calcium demeure identique à celle des laitages non allégés.

Comment soigner l’ostéoporose ?

Les médicaments les plus utilisés contre l’ostéoporose sont ceux de la famille des bisphosphonates. Ces molécules freinent l’activité des ostéoclastes, les cellules qui dégradent l’os, limitant ainsi la perte osseuse. Ces traitements doivent être pris pendant une durée minimale de 3 à 5 ans. Ils permettent de diminuer le risque de survenue d’une fracture de la hanche ou d’une fracture vertébrale. D’autres traitements peuvent être prescrits dans des circonstances particulières : un analogue de la parathormone pourra être prescrit lorsqu’il existe au moins deux fractures vertébrales. Plus rarement, l’utilisation du ranélate de strontium peut être envisagée en cas de contre-indications ou d’intolérance aux autres thérapies médicamenteuses.

Comment bien vivre avec la maladie ?

Vivre avec l’ostéoporose ne doit pas nécessairement être une condamnation à vie. Des médicaments et des changements de mode de vie sont disponibles pour aider à gérer l’ostéoporose. Ceux-ci peuvent permettre de profiter d’un style de vie actif. Pour conclure, des mesures doivent être prises pour éviter les chutes chez soi, par exemple un éclairage adéquat, une main courante dans l’escalier et une poignée de main dans la salle de bain.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer