MaladiesPrécautions à prendreSlider

Septicémie : quels sont les causes, les symptômes et les traitements ?

Le septicémie ou sepsis est l’une des raisons les plus fréquentes d’hospitalisation et fort probablement la plus courante de détérioration des patients hospitalisés selon le Dr Irfaan Daureeawoo de Mid Essex Hospital en Angleterre. Basé dans le département de la gériatrie, le médecin fait comprendre que la septicémie touche plus de 30 millions de personnes dans le monde chaque année, menant potentiellement à 10 millions de décès.

 Dr Irfaan Daureeawoo
Dr Irfaan Daureeawoo

Qu’est-ce que le sepsis ?

Le sepsis survient quand le système immunitaire développe une très forte réponse contre une infection bactérienne, causant une inflammation généralisée (systémique) dans le corps entier qui peut conduire à des lésions des tissus, la défaillance d’un organe et la mort. Une septicémie peut se développer à partir de n’importe quelle infection systémique sévère.

Il est vital que les gens soient en mesure de reconnaître le sepsis, tout comme ils reconnaissent une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Il est aussi important qu’ils comprennent qu’il faut consulter un médecin en toute urgence. Selon le Dr Irfaan Daureeawoo, cette ignorance du sepsis mène à l’erreur de diagnostic, une prise en charge tardive et à la non-adhésion aux mesures de prévention, par exemple la vaccination. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a tiré la sonnette d’alarme lors de son assemblée mondiale du 29 mai 2017. Elle a appelé les états de réagir avec force pour contrer le sepsis, en proposant des actions dans les secteurs de l’éducation, l’information, la prévention, le diagnostic, les soins et la recherche.

Quelques facteurs à risque :

1. Les jeunes (moins d’un an) et les personnes âgées (plus de 75 ans) ou les personnes très fragiles.
2. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli en raison d’une maladie ou de médicaments, notamment :
– les personnes traitées pour un cancer par chimiothérapie
– les personnes ayant une immunité faible (par exemple, souffrant de diabète ou après une splénectomie)
– les personnes sous des corticostéroïdes à long terme
– les personnes prenant des médicaments contre la polyarthrite rhumatoïde : les immunosuppresseurs
– les personnes ayant subi une intervention chirurgicale ou d’autres procédures invasives au cours des 6 dernières semaines
– les personnes utilisant les drogues en intraveineuse
– les personnes avec des cathéters

Quelles sont les causes ?

Le sepsis peut se développer par :

  • Une infection des poumons (une pneumonie)
  • Une infection urinaire, commun chez les personnes âgées, du sexe féminin ou les patients ayant un cathéter urinaire
  • Infection intra-abdominale
  • Infection cutanée (cellulite infectieuse)
  • Méningites
  • Cardiaque, endocardites

Quels sont les signes et symptômes ?

« Les signes généraux sont la fièvre, l’hyperthermie ou même l’hypothermie (cold sepsis). Le sepsis mène souvent vers des symptômes cardiovasculaires par exemple, la palpitation, la tachycardie, l’hypotension, une réduction de perfusion des périphéries causant des extrémités froides et une cyanose », fait ressortir Dr Daureeawoo, tout en précisant que des signes rénaux sont souvent observés par une oligurie (diminution d’urine émise). La confusion, la désorientation et le trouble de comportement sont aussi souvent notés.

Comment diagnostiquer le sepsis ?

La prise en charge d’un patient, ayant des signes et symptômes d’un sepsis, doit être faite d’une façon systématique et un examen physique approfondi. L’examen inclut des tests appropriés, notamment des tests sanguins spécifiques (les globules blancs, le neutrophile, la protéine c réactive) et des imageries adaptées, comme la radiographie pulmonaire en cas d’une suspicion pulmonaire, un test urinaire ou une imagerie tomodensitométrie (CT scan). Un électrocardiogramme est utilisé pour diagnostiquer une arythmie cardiaque liée souvent au sepsis.

Les six étapes du traitement

– Oxygène
– Antibiotique
– Liquide intraveineux
– Prise de sang (lactate)
– Échantillon de sang pour la culture
– Sortie d’urine

« Sans délai, afin de préserver les organes vitaux, la pression artérielle, la personne est mise sous antibiotique avec, en plus, une réhydratation par perfusion intraveineuse. Initialement, les résultats des analyses ne sont pas attendus, car un retard d’un traitement constitue un risque de détérioration et de mortalité », indique-t-il, tout en précisant que lorsque les résultats des tests sont disponibles, l’antibiotique est adapté pour augmenter l’efficacité du traitement. Les patients plus gravement atteints pourraient avoir besoin d’un tube respiratoire, d’une dialyse rénale ou d’une intervention chirurgicale pour évincer une infection.

Comment peut-on prévenir le sepsis ?

– La vaccination
– L’eau potable
– L’hygiène des mains
– Les préventions des infections liées aux soins
– Les conditions d’accouchement adaptées
– La prise de conscience collective

Quels sont les effets à long terme de la septicémie ?

La majorité des patients qui survivent à un sepsis grave se rétablit complètement et reprend une vie normale. Cependant, certaines personnes, en particulier celles souffrant des maladies chroniques, peuvent avoir des dommages permanents aux organes.

Par exemple, une personne atteinte d’une pathologie rénale, le sepsis peut entraîner vers une insuffisance rénale qui nécessite une dialyse à vie. Des études prouvent également que la septicémie grave perturbe le système immunitaire et augmente les risques d’autres possibilités d’infection.

Est-ce possible d’avoir le sepsis à cause de la Covid-19 ?

Les cas cliniques semblent effectivement démontrer qu’un pourcentage d’infections à la Covid-19 puisse entraîner un sepsis. Les effets sur le système respiratoire sont communs et on note un très grand nombre de personnes nécessitant une hospitalisation développant une pneumonie de gravité variable. Cependant, pratiquement tous les autres systèmes d’organes peuvent être affectés.

Des études récentes démontrent que la Covid-19 conduit vers des lésions hépatiques, une insuffisance rénale et aussi des signes d’une réponse immunitaire réduite. En outre, des signes de lésions cardiaques importantes (probablement à cause d’une invasion directe du muscle cardiaque par le virus), mène vers une insuffisance cardiaque et des rythmes cardiaques anormaux.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer