MaladiesMaladies de la peauSliderVidéos

Journée mondiale du vitiligo (25 juin) : certains traitements chirurgicaux comme solution

Le vitiligo affecte un à deux pourcent de la population, affectant les deux sexes, tous les âges et races de manière égale selon le Dr Rakesh Newaj, Specialist dermatologist d’Island Health. Nous observons aujourd’hui, le 25 juin, la Journée mondiale du vitiligo.

Dr Rakesh Newaj, dermatologue.

« Cependant, il est plus visible chez les personnes à la peau foncée. Cette maladie débute sans avertissement, comme une perte de couleur sur certaines parties de la peau ou des muqueuses (lèvres, intérieur de la bouche, du nez et des organes génitaux). Elle rend ensuite progressivement la peau et les cheveux qui poussent sur ces parties complètement blanches », explique-t-il.

Chez la plupart des gens, les taches blanches deviennent symétriques, affectant des zones similaires sur les côtés droit et gauche du corps. « Cependant, il existe certains types de vitiligo qui peuvent affecter uniquement les zones localisées de la peau. Le traitement habituel implique l’utilisation de certains médicaments ainsi que des luminothérapies comme la photothérapie avec UVB à bande étroite et laser excimer », fait comprendre le dermatologue.

De plus en plus, les interventions chirurgicales gagnent en popularité dans le traitement du vitiligo localisé, résistant mais stable selon lui. Cependant, ces traitements ne sont possibles que pour les petites zones touchées et la maladie doit être stable et ne pas progresser pendant au moins six mois.

Certains des traitements sont discutés ci-dessous :

  • Punch Grafting : est une technique simple et sûre. Son objectif principal est de transférer de petites perforations de peau normale sur les zones dépigmentées. Environ 30% de la zone touchée est greffée.
  • Suction blister grafting : est une procédure où des couches superficielles de peau normale sont transplantées sur les zones de vitiligo. La peau transplantée transfère son mélanocyte dans les 72 heures, puis la peau meurt. Par la suite, la peau impliquée redevient dépigmentée et sur une période de trois mois, le laser excimer est utilisé pour stimuler le mélanocyte pour qu’il redonne de la couleur. Le taux de réussite est d’environ 80%.
  • Skin Needling : est une technique ou on utilise des aiguilles pointues sur les bords de la peau affectée pour créer des ecchymoses. Ces dommages encouragent les mélanocytes normaux à se déplacer dans la zone affectée.
  • Smashed Skin Grafting : est une nouvelle méthode simple de chirurgie du vitiligo avec moins d’effets secondaires. La procédure consiste à retirer la couche supérieure de la peau d’un site donneur, à l’écraser et à la greffer sur le patch de vitiligo.
  • Greffe Des Melanocytes : est une procédure fastidieuse où les mélanocytes sont extraits de la peau normale et greffés dans les zones touchées. Cette procédure dure plusieurs heures et peut être utilisée sur de grandes surfaces qu’avec le blister grafting. Le taux de réussite est d’environ 50%.
  • Transplantation des cheveux : Les poils des aisselles ou des pubis peuvent être récoltés et transplantés dans les zones dépigmentées du vitiligo. Ces poils transfèrent leurs mélanocytes de leur bulbe dans la peau et sur une période de trois à quatre mois, les poils tombent.

Toutes les procédures ci-dessus nécessitent 3 à 4 mois de stimulation laser UVB à bande étroite ou excimer pour que les mélanocytes se multiplient et commencent à travailler dans les zones traitées selon le Dr Rakesh Newaj.

  • La micropigmentation cutanée : est utilisée sur les zones résistantes au traitement. Un colorant qui correspond étroitement à la couleur de la peau est tatoué sur la peau pour couvrir les taches blanches. Ce traitement ne peut être effectué que sur du vitiligo stable et 2-3 traitements répétés peuvent être nécessaires. Cela fonctionne très bien pour les mains et les pieds.
Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page