Actu SantéSlider

Amputations : vivre une vie normale est possible

Avoir un membre en moins n’est pas un frein à une vie remplie. C’est ce que fait comprendre Marissa Nel, la directrice de Marissa Nel & Associates qui se spécialise dans les prothèses et orthèses. L’entreprise a eu la visite d’Ernst van Dyk, para-athlète sud-africain, pour motiver les jeunes handicapés mauriciens.

« À Maurice, on a un nombre record de diabétiques et la plupart des amputations sont étroitement liées à cette maladie », constate Marissa Nel, la directrice de Marissa Nel & Associates, entreprise sud-africaine implantée à Maurice depuis 5 ans et se spécialisant dans les prothèses et orthèses.

Elle insiste sur le fait qu’une amputation n’est pas une fin en soi. « La vie peut être tout à fait normale. C’est pourquoi nous proposons plusieurs types de prothèses permettant même aux sportifs de vivre pleinement leurs passions », explique-t-elle. La preuve vivante est la para-athlète Noémie Alphonse qui vient de recevoir deux nouvelles prothèses de Marissa Nel & Associates, incluant une prothèse avec des lames de course pour mieux s’entraîner.

Noémie Alphonse et sa prothèse avec la lame de course. La prothèse est faite sur mesure et sur place, et cela en une heure.

À Maurice, depuis le dimanche 8 juillet, le compétiteur sud-africain Ernst van Dyk a rencontré la para-athlète Noémie Alphonse qui est la nouvelle ambassadrice des prothèses offertes par Marissa Nel & Associates et Össur, la maison de fabrication de ces prothèses.

« C’est extrêmement encourageant de voir les sportifs mauriciens qui se donnent les moyens de surpasser leurs handicaps », a constaté Ernst van Dyk pendant sa visite à l’association de la Fraternité des Malades et Handicapés à Grande Rivière Nord Ouest. Il y a fait une visite mardi soir pour rencontrer les joueurs de basket-ball en fauteuil roulant.

Ensuite, le mercredi 11 juillet, il s’est rendu au Stade Germain Comarmond, à Bambous, où il a rencontré d’autres para-athlètes, notamment les présélectionnés pour les Jeux des îles de l’océan Indien prévus pour 2019.

« Le but de ces rencontres est de les motiver. Mon histoire peut être inspirante pour beaucoup de jeunes. Je suis né avec une absence congénitale des deux jambes. À ma naissance, le médecin disait à mes parents de me mettre dans un centre et de m’oublier, car il n’y avait plus d’espoir pour moi. Toutefois, mes parents n’ont pas baissé les bras. Ils m’ont élevé avec mes deux frères et depuis très jeune j’ai commencé à faire du sport. Je faisais toutes les disciplines proposées par mon école. C’est la persévérance qui détermine le succès d’une personne », raconte le compétiteur qui est devenu le représentant des prothèses de la marque Össur.

Mots clés

Articles Liés

Close