Désirs & PlaisirsSexualitéSlider

Sexualité des seniors : le désir n’a pas d’âge

Après quelques années de vie commune, il y a pas mal de couples qui commencent à se désintéresser de la sexualité. Diverses raisons expliquent ce désintéressement. Ce sont, entre autres, le vieillissement, les problèmes de santé, les difficultés de la vie et le stress. De plus, il y a également les mythes véhiculés de génération en génération, comme quoi la vie sexuelle d’une femme se termine à la ménopause ou le déclin de l’érection chez les hommes qui survient à partir de 40 à 50 ans. Le psychologue Sadasiven Coopoosamy nous en dit plus sur ce sujet.

« L’âge n’est pas une limite à la sexualité. Au contraire, depuis quelque temps, il y a un prolongement de la durée moyenne de vie, sans oublier les meilleures conditions de vie et les solutions pour divers problèmes sexuels qui n’existaient pas auparavant, » explique Sadasiven Coopoosamy. Ce dernier explique que le vieillissement n’a rien à voir avec les années écoulées, mais plutôt avec l’idée que l’on devient vieux. « C’est la façon de penser et de coïncider les choses qui ont un impact direct plus ou moins sur le corps, » renchérit-il.

La ménopause

Des bouffées de chaleur et une lubrification vaginale réduite, entre autres, la ménopause apporte certaines modifications physiologiques au corps d’une femme, indique Sadasiven Coopoosamy. Cependant, est-ce une raison valable pour dire que la vie sexuelle n’a plus sa raison d’être ? À cette question, le psychologue répond qu’une femme apprend dès l’adolescence que la ménopause est synonyme de fin de vie sexuelle et de désir. Ainsi celles qui ont toujours mis l’emphase sur leur apparence physique et le pouvoir de séduction vivent le vieillissement comme une source d’angoisse, voire la perte d’une partie de leur identité féminine. Des mythes qui ont la vie dure.

Quid des hommes ?

« Dès l’adolescence, les hommes apprennent que la baisse graduelle de l’érection se manifeste vers la quarantaine. Ainsi, ils ont besoin de plus de temps ou de stimulants pour parvenir à avoir une érection. D’ailleurs, certains pensent même que la disparition de leurs hormones sexuelles les rend insensibles aux charmes féminins. Je dirais que ce n’est pas vrai, car même à un âge très avancé, l’homme secrète toujours des hormones sexuelles quoique pas comme avant lorsqu’il était jeune, » soutient le psychologue. Ce dernier ajoute que ce sont de tels mythes qui contribuent souvent à l’éloignement des couples.

La sexualité dure tout au long d’une vie et pour qu’elle reste toujours une source de désir et de plaisir, il y a aussi certains facteurs à prendre en considération, notamment des exercices physiques, la gestion de ses émotions, une bonne hygiène de vie et conserver une attitude positive. Il faut aussi pratiquer la respiration profonde, car l’oxygène est connu comme étant le meilleur des revitalisants.

Par ailleurs, le psychologue explique qu’il est aussi important que les couples trouvent un accord mutuel dès les premiers mois du mariage. « De temps à autre, ils doivent se réinventer sur le plan sexuel, car au lit, si une sexualité répétitive est réduite à une simple pénétration vaginale avec les mêmes techniques et le même environnement, tôt ou tard, cela donnera lieu à une routine sexuelle. » Selon Sadasiven Coopoosamy, la relation devient ainsi mécanique et le plaisir n’est plus au rendez-vous, tout en causant une sensation désagréable au sein du couple. « Il ne faut pas oublier qu’une sexualité régulière revisitée stimule la sécrétion. Alors qu’une sexualité non régulière a tendance à la diminuer, » dit-il.

Varier les plaisirs

Pour varier les plaisirs, Sadasiven Coopoosamy recommande aux couples de faire preuve d’un peu d’imagination et la nature fera ensuite le reste. Il explique également que le pouvoir de l’imagination peut transformer l’ordinaire en extraordinaire, à savoir des priorités, imprévus, grands frissons et autres surprises pour provoquer moralement l’extase et des orgasmes intenses. « Quand on a tout puisé dans le stock imaginaire, les films érotiques et le soft porno peuvent réveiller les sens. Du moment que le couple est consentant, il n’y a rien de mal à le faire ».

« Pour ceux qui s’aiment vraiment, rien n’est impossible, » indique le psychologue. Celui-ci estime que faire l’amour dans des contextes différents (mer, forêts, entre autres) peut augmenter la capacité sexuelle d’un couple. « Souvent, le parfum qui se dégage de ces lieux agit comme un aphrodisiaque. D’ailleurs, le désir et le plaisir sont connus pour être à leur top niveau dans des endroits insolites et les personnes se sentent rajeunies et pleines de vitalité. C’est pourquoi les inventions de l’imagination susceptibles de casser la routine sont les bienvenues : parfum, musique, jeu de lumière, miroir, jeux. »

Comme un homme attache de plus en plus d’importance à sa performance sexuelle, histoire d’avoir une érection exemplaire ou une éjaculation tardive, il est aussi important qu’il consulte dès la préadolescence un manuel sexuel pour savoir se masturber face à ses besoins le temps de 8 à 10 minutes. Le but est d’éviter tout trouble sexuel plus tard qui risque d’engendrer une ou des éjaculations précoces. « La sexualité est non seulement un besoin biologique, mais elle possède aussi une vertu tranquillisante. Faire l’amour est un des moments les plus magiques de l’existence. Une vie sans sexe, c’est comme avoir une vie morte, » conclut Sadasiven Coopoosamy.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page