AlimentsNutritionSlider

[Allô Docteur] Carence en fer : quelles conséquences sur la santé de l’enfant ?

L’anémie s’explique par une carence en fer. Chez l’enfant, cela peut affecter sa croissance. Cependant, ce déficit peut aussi être causé durant la grossesse d’où l’importance des premiers 1 000 jours de l’enfant. Pour discuter des conséquences d’une carence en fer, le Dr Radhika Jagatsingh, pédiatre, était sur le plateau d’Allô Docteur le mardi 20 octobre.

Dr Radhika Jagatsingh
Dr Radhika Jagatsingh

Le manque de fer dans l’alimentation peut avoir un impact sur la qualité de vie d’un enfant. Fatigue, pâleur ou encore un trouble de croissance sont parmi les conséquences les plus connues. Ainsi, sans le fer, l’hémoglobine ne sera pas formée. « L’hémoglobine joue un rôle capital dans l’organisme qui apporte de l’oxygène dans les cellules du corps », explique le Dr Radhika Jagatsingh, pédiatre.

Toutefois, comment détecter une carence en fer chez l’enfant ? « Le diagnostic se fait à travers un examen clinique durant les six premiers mois chez l’enfant. Souvent, le bébé a un teint pâle. Ensuite, plus tard, il y a d’autres signes qui doivent alerter, dont la croissance de l’enfant qui ne se fait pas normalement, la fatigue continue ou encore si l’enfant a des infections à répétitions », souligne la pédiatre.

Qu’est-ce qui explique une carence en fer ? « Normalement, le fer est dans les légumes, mais pour avoir la quantité suffisante ou encore pour avoir du fer qui sera absorbé par l’organisme et aller jusqu’à l’hémoglobine, la quantité qu’on mange peut-être inefficace », fait-elle ressortir. Comment limiter la carence en fer chez l’enfant ? Le Dr Jagatsingh souligne que pour l’enfant de 0 à 6 mois, tous les nutriments nécessaires se retrouvent dans le lait maternel. « Si l’enfant est allaité, il n’aura pas de carence en fer », précise-t-elle. Cependant, si une maman ne peut pas allaiter son enfant, le lait en poudre est alors recommandé, mais pas n’importe quel lait. « Il faut un lait adapté aux nourrissons qui va pallier ce manque en fer justement », ajoute-t-elle.

Ensuite, au-delà des premiers six mois, le besoin en fer va augmenter indique le Dr Jagatsingh. « Il faut continuer à donner à l’enfant un lait adapté à son âge et ne surtout pas se tourner vers le lait de vache avec lequel l’absorption du fer se fait en plus petite quantité », prévient la pédiatre, car la plus grosse difficulté avec le fer est son absorption par l’organisme. Pour une meilleure absorption, la vitamine C joue un grand rôle selon elle.

Pour avoir la quantité de fer suffisante, la pédiatre estime qu’il faut faire attention à ce que les parents mettent dans l’assiette de leurs enfants. « Si on fait les bons choix des aliments, les suppléments en fer ne sont pas nécessaires. Mais, pour avoir un bon apport en fer, cela commence avant la conception de l’enfant, durant la grossesse et après la naissance », conclut-elle.

Attention aux antibiotiques

Attention aussi aux antibiotiques selon le Dr Jagatsingh. Le trop nuit, autant chez les adultes que chez les enfants. « L’excès d’antibiotiques va affecter la flore de l’intestin et va engendrer un débalancement des probiotiques et prébiotiques de l’enfant. L’intestin est alors fatigué et ne va pas absorber le fer comme il le faut », insiste la pédiatre.

L’importance des 1 000 premiers jours de l’enfant

Les 1 000 premiers jours de l’enfant commence dès la conception et inclus donc les neuf mois de grossesse, et ce, jusqu’à ses deux ans. « De nombreuses études ont mis l’accent sur ces 1 000 premiers jours qui vont définir la santé de l’enfant sur le long terme », fait ressortir le Dr Jagatsingh. Certaines maladies telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires peuvent être prévenues dès l’enfance, notamment durant ces 1 000 jours évoqués. « Toute action menée durant cette période aura une répercussion sur la santé de l’enfant à l’âge adulte », estime la pédiatre. Ainsi, en faisant attention durant cette période, on peut ainsi réduire drastiquement le nombre de diabétiques à Maurice. Le but de cette campagne menée est d’abord pour aider les familles à revenir sur les habitudes de base.

Une grossesse se prépare avant la conception

La grossesse se prépare. Le Dr Radhika Jagatsingh estime que dans de nombreux cas, des vitamines et minéraux sont recommandés aux femmes avant de concevoir un enfant. « Il y a, par exemple, l’acide folique ou encore le fer qui sont prescrit aux femmes avant la conception de l’enfant. Cela peut aider à éviter certains troubles chez l’enfant, dont le spina-bifida », fait comprendre le médecin. Il est donc important que la maman ait un bon « stock » en fer selon elle afin de pouvoir transmettre tout ce qu’il faut à son enfant durant la grossesse.

L’allaitement maternel, la première protection de l’enfant

De moins en moins, les mamans allaitent. C’est un fait mondial selon la pédiatre. Pourtant, c’est l’aspect le plus important pour avoir un bébé en bonne santé. « On ne peut pas comparer le lait maternel avec autre chose », affirme-t-elle. Le médecin souligne l’importance du colostrum qui est le premier lait maternel et qui est souvent appelé l’« or liquide » parce qu’il s’agit d’un liquide très riche en bienfaits pour le bébé. « Cependant, de nombreux Mauriciens l’appellent dilo sale alors qu’il s’agit du liquide le plus précieux du lait maternel », précise-t-elle. Il est riche en anticorps et protège l’enfant contre les infections, qu’elles soient virales ou bactériennes.

Allô Docteur sur Radio Plus, chaque mardi à 9h00

C’est le rendez-vous de chaque mardi sur les ondes de Radio Plus. Allô Docteur, émission spéciale dédiée à la santé, fait un focus sur une thématique différente chaque semaine, de 9h00 à 10h00. Les auditeurs peuvent également participer à l’émission en appelant sur le 208 4999 ou le 208 5999. De plus, les internautes ont la possibilité de suivre l’émission en Facebook Live sur la page defimedia.info et défisanté.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page