MaladiesPrécautions à prendreSlider

Troubles digestifs : quels sont les causes et remèdes ?

Ballonnements, brûlures d’estomac et flatulences évoquent des troubles digestifs. Pendant le confinement, une mauvaise alimentation peut impacter directement sur la digestion et mener à ces désagréments. Pour mieux comprendre les causes, le Dr Denis Li Kan Wa, gastro-entérologue et Jay Mootoosamy, herboriste, étaient les invités de l’émission Allô Docteur du mardi 5 mai sur Radio Plus.

Attention aux différentes causes des troubles digestifs. C’est l’appel du Dr Denis Li Kam Wa, gastro-entérologue, qui estime qu’avec le confinement, l’alimentation des Mauriciens a changé. « Confiné à la maison, on a tendance à manger plus et surtout on n’a pas vraiment une alimentation équilibrée, notamment avec le grignotage et les fritures », explique-t-il.

Autre fait noté selon lui, c’est l’abus d’alcool et de cigarette en confinement. « Il faut aussi préciser que le stress et l’anxiété liés à la situation actuelle contribuent à des troubles digestifs. La dangerosité réside dans la combinaison de plusieurs facteurs : on est stressé, car l’avenir est incertain, l’oisiveté peut nous pousser à manger davantage et, surtout. à manger mal. L’absence d’une activité physique s’ajoute aussi aux causes des troubles digestifs », précise le Dr Denis Li Kam Wa.

Quels sont les signes d’un trouble digestif ? Pour le gastro-entérologue, il faut être attentif à son corps. Dans un premier temps, la fatigue se fait sentir. Ensuite, il y a des petites douleurs qui peuvent persister. « On note aussi une perte d’appétit, une perte de poids. À savoir que ces symptômes peuvent aussi évoquer une maladie digestive sous-jacente, d’où l’importance de se tourner vers un professionnel », fait comprendre le médecin.

Prendre le temps de manger

Quoi faire lors des premiers symptômes ? « Corriger son style de vie. Dans la plupart du temps, en faisant quelques ajustements dans son alimentation, on retrouve une meilleure santé. Il suffit d’éviter de manger gras, de trop s’alimenter et prendre le temps de mastiquer, autant de petits changements à apporter », indique le Dr Denis Li Kam Wa. Ce dernier fait remarquer que la mastication est la première étape de la digestion.

Il ajoute qu’il faut également corriger certaines mauvaises habitudes. Par exemple, pour éviter un reflux gastrique, il suffit de ne pas s’allonger tout juste après un repas. « Pendant le ramadan, on conseille aux personnes de ne pas manger tout d’un seul coup à la rupture du jeûne. Il est recommandé de rompre le jeûne de manière progressive, c’est-à-dire, de commencer par une datte et manger un repas facile à digérer par la suite », ajoute-t-il.

Le médecin tire aussi la sonnette d’alarme sur les troubles digestifs chez les seniors. Avec l’âge, les personnes âgées ont tendance à moins manger et il ne faut pas se forcer selon lui. « Attention aussi aux maladies chroniques qui peuvent entraîner des troubles digestifs. Chez le diabétique, le pancréas peut aussi provoquer des diarrhées, car la digestion est affectée. Pour tout cela, il faut faire un suivi médical », insiste le Dr Denis Li Kam Wa. Finalement, il alerte sur les régimes extrêmes qui affectent le système digestif.

Soigner sa flore intestinale avec des probiotiques

Les probiotiques sont connus pour leurs nombreux bienfaits sur la santé, mais, où les retrouve-t-on et surtout, à quoi servent-ils ? Le Dr Li Kam Wa explique que les probiotiques contribuent à préserver la bonne santé du côlon.

Les probiotiques sont des bactéries inoffensives qui aident à préserver la flore intestinale. L’intestin comprend des millions de bactéries qui forment un microbiote qui est la flore intestinale.

Les probiotiques sont connus pour renforcer le système immunitaire tout en favorisant la digestion. Ils aident aussi à réduire les troubles intestinaux. En cas de syndrome de l’intestin irritable, les probiotiques peuvent aider à diminuer les symptômes. Ceux qui souffrent de constipation peuvent ressentir un certain soulagement en consommant des probiotiques.

NASH : le syndrome du foie gras humain

Le syndrome du foie gras humain, également connu sous l’acronyme anglais NASH, est une maladie chronique du foie qui touche de plus en plus de personnes. Il s’agit d’une maladie silencieuse, ce qui signifie que certaines personnes peuvent en souffrir sans même le savoir, et ce jusqu’à ce qu’elle devienne plus grave. « On mange bien plus qu’il y a 20 ans de cela et on fait moins d’efforts physiques. Avec le temps, le foie est malade et peut mener à une cirrhose du foie ».

Toute personne souffrant de maladie métabolique doit donc redoubler de vigilance et changer revoir ses habitudes de consommation pour éviter toute progression vers la NASH. Aussi, il est possible de la prévenir en adoptant un meilleur mode d’alimentation.

Quelle est la place de la médecine traditionnelle ?

Se soigner au naturel : c’est possible. D’ailleurs, l’herboriste Jay Mootoosamy explique que les plantes ont toujours joué un rôle essentiel dans la médecine traditionnelle. Elles agissent beaucoup plus à la prévention qu’à la guérison. Au bazar central, Jay Mootoosamy, herboriste, propose une variété de plantes séchées qui aide à soigner plusieurs maladies. « À chaque personne, on propose un mélange de plantes, car le traitement est personnalisé. C’est pourquoi il faut demander à la personne les symptômes », indique-t-il.

Pour la prise des tisanes, il faut en consommer en moyenne 28 jours. « On suit le cycle lunaire. Durant 28 jours, la personne doit prendre la tisane recommandée au minimum deux fois par jour », ajoute-t-il. Ces herbes doivent être prises en décoction et cette technique se diffère de l’infusion puisqu’il consiste à chauffer les herbes avec de l’eau, jusqu’à ce que cette dernière soit bouillante pour extraire les principes actifs.

Cependant, au-delà des tisanes, il évoque l’importance d’une bonne hygiène de vie. « Il faut être discipliné. Ne pas sauter les repas, avoir des heures fixes pour manger et bien mastiquer sa nourriture et surtout, avoir une alimentation équilibrée », conseille-t-il.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer