MaladiesMaladies préventivesSlider

Maladies non transmissibles : 450 000 Mauriciens sensibilisés sur les risques

De 2015 à 2018, 450 000 Mauriciens ont été touchés par les différentes campagnes de prévention qu’a mené le Non-communicable disease (NCD), Health promotion & Research Unit du ministère de la Santé. Ces campagnes comprennent, entre autres, la lutte contre le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et les cancers du col de l’utérus et du sein.

Le diabète et l’hypertension sont les deux maladies connues pour leurs symptômes silencieux. Les conséquences sur la santé s’aggravent à long terme d’où l’importance d’un dépistage précoce. Le rôle principal de la NCD, Health Promotion & Research Unit est d’alerter le public sur les risques de ces maladies. « Pour ce faire, on va vers les Mauriciens pour les sensibiliser et leur proposer des dépistages. C’est ainsi qu’on a pu atteindre le chiffre de 450 000 Mauriciens, de 2015 à 2018 », explique le Dr Sudhir Kowlessur, le Chief Health Promotion and Research Coordinator au ministère de la Santé. Dans ce même élan, 22 000 Mauriciens ont pu bénéficier des dépistages du cancer du sein et 15 000 autres pour le cancer du col de l’utérus.

Pour ce dernier, ces campagnes de prévention permettent de tirer la sonnette d’alarme, surtout chez les jeunes. D’ailleurs, selon les données de la NCD, Health Promotion & Research Unit, 142 780 élèves du secondaire, âgés de 11 à 17 ans, ont été concernés par les campagnes organisées au sein de 180 établissements scolaires, privés et public. « Pour inverser la tendance, il est crucial de s’attaquer aux jeunes. Une fois qu’ils seront sensibilisés sur les bonnes pratiques, on pourra voir la situation s’améliorer, car les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Depuis le début des sondages en 1987, les cas des maladies non transmissibles sont constamment en hausse. Ce n’est qu’à partir de 2015 qu’on a vu une légère stabilisation », indique le Dr Sudhir Kowlessur. Pour ce qui est des chiffres, le sondage de 2015 indiquait une baisse dans le nombre de prédiabétiques à Maurice passant de 24.2 % (2009) à 19.4%. Le nombre de Mauriciens qui souffrent d’hypertension est passé de 37.9 % (2009) à 28 % (2015). L’obésité a vu une stabilisation (35 %).

Que fait la NCD, Health Promotion & Research Unit ?

Structurée depuis 2015, le « Non-communicable disease, health promotion & research unit » du ministère de la Santé opère un peu partout à travers l’île. L’objectif : faire des dépistages et des campagnes de sensibilisation sur les maladies non transmissibles telles que le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires, incluant également le dépistage de cancers, notamment celui du col de l’utérus et du sein. Le programme de cette unité se fait en trois volets, notamment sur les lieux de travail, dans les écoles secondaires et dans les différentes zones résidentielles.

« Le but étant d’aller vers la population afin de pouvoir détecter et prévenir ces maladies non transmissibles », explique le Dr Sudhir Kowlessur. Depuis 1987, l’unité s’occupe aussi des sondages. Ils sont effectués chaque cinq ans et les données permettent de mieux comprendre les prévalences et de venir avec des campagnes de sensibilisation adéquates. Le prochain rapport sera pour 2020.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer