[pro_ad_display_adzone id="1515"]
AlzheimerMaladiesSlider

Alzheimer : des oublis, mais pas seulement

L’Alzheimer apparaît généralement à partir de 65 ans (forme « sporadique »). Il existe aussi des formes rares dites « précoces », déclenchées avant 65 ans et qui ont une plus grande part d’héritabilité. Le neuropsychologue Praneel Gayan explique les causes, les traitements ainsi que la prévention.

Les symptômes neuropsychologiques classiques, comme les oublis des faits récents, une désorientation spatio-temporelle, un manque du mot et des difficultés à réaliser des gestes simples, entre autres, sont subtils au stade débutant, et peuvent être détectés grâce à des tests neuropsychologiques précis. L’évaluation est donc primordiale dès que l’entourage remarque un changement cognitif chez un proche.

Praneel Gayan.

Le neuropsychologue Praneel Gayan explique que les traitements médicamenteux actuels contre la maladie d’Alzheimer et qui sont symptomatiques, se regroupent en deux catégories : les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase, d’une part et les régulateurs de glutamate, d’autre part.

Les premiers ont pour objectif de réduire la présence d’acétylcholinestérase afin de favoriser l’acétylcholine. Les seconds bloquent la fixation du neurotransmetteur excitateur glutamate qui sursollicite les récepteurs neuronaux et conduit à leur destruction chez les patients atteints d’Alzheimer, selon lui.

Le neuropsychologue fait comprendre qu’aucune cause unique n’a été identifiée, mais que les facteurs de risques de développer la maladie sont variés. « Ceux qui sont non modifiables sont l’âge et les facteurs génétiques. En revanche, d’autres peuvent être changés et sont liés aux habitudes de vie », fait-il comprendre.

Ils incluent l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie, l’obésité, une activité physique insuffisante, le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, les traumatismes crâniens, les chocs psychologiques, un niveau faible d’éducation formelle, un isolement psychosocial et une sous-stimulation cognitive, entre autres.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par l’apparition dans l’espace entre les neurones (les synapses) de dépôts anormaux de protéines (les plaques bêta-amyloïdes). Ces dépôts interrompent la transmission des messages chimiques (les neurotransmetteurs) dans les synapses, notamment en empêchant la recapture de la choline – précurseur nécessaire au neurotransmetteur acétylcholine qui est largement impliqué dans la mémorisation.

Les plaques sont aussi associées à une augmentation de l’acétylcholinestérase – une enzyme qui dégrade l’acétylcholine. En parallèle survient un effondrement des structures internes des neurones (les dégénérescences neurofibrillaires) suite à une transformation anormale de la protéine tau. Enfin, les synapses aussi disparaissent. Ces marqueurs biologiques apparaissent initialement dans l’hippocampe, structure où sont stockées les informations nouvellement acquises (souvenirs récents).


La prévention

Préserver sa santé physique et mentale est possible en prenant ses médicaments, en ayant une activité physique régulière et une alimentation équilibrée. Il est aussi conseillé de faire des jeux comme le scrabble ou le sudoku qui stimulent les ressources cognitives, essentielles pour réduire les risques d’Alzheimer.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer