MaladiesPrécautions à prendreSlider

Hypertension : un tueur silencieux tout aussi dangereux que le diabète

À l’occasion de la Journée mondiale de l’hypertension artérielle qui sera observée le 17 mai, le Dr Sudhir Kowlessur tire la sonnette d’alarme. Ce dernier, titulaire d’un doctorat en Epidemiology & Health Statistics auprès de la Nanjing Medical University depuis février 2019, s’est attardé sur le sujet en faisant sa thèse qui était sur les « Predictors of Hypertension among people with Normotension and Prehypertension in Mauritius : A Retrospective Cohort Study ». Bilan : l’hypertension tue.

« Les complications liées à l’hypertension sont énormes et méritent une attention spéciale », souligne le Dr Sudhir Kowlessur en faisant référence à l’hypertension comme un « silent killer » tout comme le diabète. Il entraîne des conséquences graves sur la santé, dont l’attaque cérébrale, maladies cardiovasculaires et déficiences rénales.

Le Dr Sudhir Kowlessur.

Il s’est basé sur les multiples études faites depuis 1987 à Maurice et Rodrigues. D’ailleurs, il a participé à toutes ces études de prévalence sur les maladies non transmissibles faites depuis 1987 avec le Dr Hassan Gareeboo et le Dr Pierrot Chitson à ses débuts. De plus, pour sa thèse, il a eu comme participants 2 077 personnes qui sont toutes concernées par les études menées dans le passé en 1987, 1992 et 1998 (pendant 11 ans) avec la collaboration des professeurs dont parmi le Prof Paul Zimmet de l’Australie, Sir George Alberti de l’Angleterre et le Prof Jakkoo Tuomilehto de Helsinki (Finlande).

« Parmi ces 2 077 participants, on retrouve 1 194 femmes et 883 hommes, tous âgés entre 25 et 74 ans. L’étude avait pour but de démontrer les facteurs de risques chez les personnes n’ayant pas de problème d’hypertension à l’époque ou ayant une prédisposition à l’hypertension (pré-hypertension) », indique-t-il.

Le bilan de cette étude : une personne ayant une condition pré-hypertension a cinq fois plus de risque de développer l’hypertension tandis qu’une personne qui fait une activité physique régulière diminue les risques de souffrir d’hypertension. Les personnes âgées entre 45 à 54 ans sont quatre fois plus à risque. Celles classées dans la catégorie « créole » et les personnes en surpoids ont également plus de risque de développer l’hypertension. Les participants étaient classés en deux catégories : créole et asiatique (hindous, musulmans et chinois). Parmi les autres facteurs à risques, on retrouve la consommation excessive de sel, l’obésité, le manque d’activité physique, l’alcool, le tabac, le stress et l’aspect génétique.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer