CoronavirusMaladiesSlider

Covid-19 : l’OMS maintient sa recommandation de proscrire les vaccins d’AstraZeneca et de Janssen chez les moins de 18 ans

A ce stade, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne recommande pas la vaccination des moins de dix-huit ans avec les vaccins d’AstraZeneca et de Janssen contre la Covid-19 et attend les résultats d’études complémentaires.

« À l’heure actuelle, les personnes âgées de moins de 18 ans ne doivent pas être vaccinées systématiquement avec ce vaccin (AstraZeneca) »,  a indiqué l’OMS. Des études sont en cours pour évaluer l’immunogénicité et la sécurité du « mRNA-1273 » chez les enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans. Et selon l’OMS, il n’existe actuellement aucune donnée d’efficacité ou de sécurité pour les enfants ou les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Jusqu’à ce que de telles données soient disponibles, la vaccination des individus âgés de moins de 18 ans n’est pas aussi recommandée de manière systématique pour le sérum de Janssen.

Une vaccination est recommandée pour les personnes âgées sans limite d’âge supérieure

De plus, tant que l’approvisionnement en vaccins est limité, il est recommandé de donner la priorité aux agents de santé à haut risque d’exposition et aux personnes âgées, notamment celles âgées de 65 ans et plus.

D’autant que selon l’OMS, le risque de Covid-19 grave et de décès augmente fortement avec l’âge. Les données de l’essai de phase 3 indiquent que l’efficacité et la sécurité du vaccin sont comparables dans tous les groupes d’âge (au-dessus de 18 ans). La vaccination du vaccin « Janssen Ad26.COV2.S » (Covid-19) est recommandée pour les personnes âgées.

Idem pour l’AstraZeneca, qui est conseillé pour « les personnes âgées sans limite d’âge supérieure ». « Les études sur l’efficacité du vaccin après son introduction ont montré une efficacité élevée et de bons profils de sécurité dans ce groupe d’âge », souligne l’agence onusienne, relevant que « la vaccination est recommandée pour les personnes âgées sans limite d’âge supérieure ».

Plus généralement, le schéma recommandé est de deux doses (100 μg, 0,5 ml chacune) administrées par voie intramusculaire dans le muscle deltoïde. Un intervalle de 28 jours entre les doses est recommandé. Si la deuxième dose est administrée par inadvertance moins de 28 jours après la première, il n’est pas nécessaire de répéter la dose.

Un délai entre les deux doses jusqu’à 12 semaines

Si l’administration de la seconde dose est retardée par inadvertance, elle doit être administrée dès que possible par la suite, conformément aux instructions du fabricant. Il est actuellement recommandé que les personnes ne reçoivent pas plus de deux doses au total.

Maintenant, certains pays ont choisi un intervalle entre les doses de vaccins à ARNm allant jusqu’à 12 semaines. D’après les études sur l’efficacité du vaccin réalisées à ce jour dans ces pays, l’OMS indique avoir observé une persistance de l’efficacité post-dose 1 jusqu’à 10 semaines.

Les pays doivent prendre en compte les facteurs suivants lorsqu’ils envisagent de reporter la deuxième dose au-delà de 3 à 6 semaines après la première dose.

En conclusion, pour les pays qui n’ont pas encore atteint des taux de couverture vaccinale élevés dans les groupes hautement prioritaires et qui connaissent une incidence élevée de cas de Covid-19 combinée à des contraintes d’approvisionnement en vaccins, l’OMS recommande que ces pays s’attachent à atteindre une couverture élevée de la première dose dans les groupes hautement prioritaires en prolongeant l’intervalle entre les doses jusqu’à 12 semaines.

Doses de rappel et interchangeabilité avec d’autres vaccins

Par ailleurs, l’OMS estime qu’il n’existe actuellement aucune preuve de la nécessité d’une ou plusieurs doses de rappel du vaccin après la série actuelle de deux sérums. « La persistance des anticorps jusqu’à 6 mois après la deuxième dose a été documentée », fait valoir l’OMS.

Pour l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, la nécessité et le moment d’administrer des doses de rappel homologues ou adaptées seront évalués au fur et à mesure de l’accumulation des données.

En attendant, des études hétérologues (mix-and-match) sont en cours concernant l’interchangeabilité de ce vaccin avec d’autres plateformes vaccinales anti-Covid19. Dans ces conditions, l’OMS préconise « d’utiliser le même produit pour les deux doses ».

Si des produits différents du vaccin sont administrés pour les deux doses, aucune dose supplémentaire de l’un ou l’autre vaccin n’est recommandée pour le moment.

Co-administration avec d’autres vaccins et six sérums autorisés par l’OMS

Pour le reste, l’OMS note qu’il convient de respecter un intervalle minimum de 14 jours entre l’administration de ce vaccin d’AstraZeneca et de tout autre vaccin contre d’autres affections, jusqu’à ce que des données sur la co-administration avec d’autres vaccins soient disponibles.

Plus largement, les données examinées par l’OMS à ce jour permettent de conclure que les avantages connus et potentiels du mRNA-1273 (AstraZeneca) l’emportent sur les risques connus et potentiels.

« L’efficacité du mRNA-1273 a été démontrée à 94,1%, sur la base d’un suivi médian de deux mois », conclut l’agence onusienne, relevant qu’une « efficacité élevée a été maintenue dans tous les groupes d’âge (plus de 18 ans), et n’a pas été affectée par le sexe ou l’origine ethnique ».

L’OMS a déjà autorisé pour une utilisation d’urgence les vaccins de Pfizer/BioNTech, d’Astrazeneca-SK Bio, du Serum Institute of India, d’Astra Zeneca (UE), de Janssen, de Moderna, de Sinopharm et du sérum anti-Covid-19 Sinovac-CoronaVac.

(Source : ONU Info)

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page