CoronavirusMaladiesSlider

[Covid-19] Dr Daureeawoo : « Le test rapide antigénique est moyen supplémentaire non négligeable pour le contrôle du virus »

PCR, sérologiques, antigéniques : les différents tests pour dépister la Covid-19 ont chacun leurs spécificités. À l’heure où le débat est lancé sur l’accessibilité aux tests rapides antigéniques, nous faisons le point sur ce mode de détection du virus et son efficacité avec le Dr Irfaan Daureeawoo.

Diagnostiquer la Covid-19 avec davantage de précision et avec rapidité est un atout durant le contrôle de la pandémie. « Le test PCR est principalement utilisé pour le diagnostic rapide et efficace de la Covid-19. D’autres tests, comme le diagnostic rapide basé sur la détection de l’antigène du SARS-CoV-2 et le test de flux latéral, sont aussi utilisés. Par ailleurs, il est important d’avoir une notion des avantages et limites de chaque outil afin d’avoir des résultats concluants », explique le Dr Irfaan Daureeawoo, médecin en gériatrie exerçant à l’hôpital universitaire du Mid Essex, en Angleterre.

LA RT-qPCR

La RT-qPCR est une technique qui permet de réaliser une PCR (réaction en chaîne par polymérase). Le diagnostic de la Covid-19 s’effectue en complément du test PCR ainsi que d’autres investigations clinique, biologique et par imagerie. Malgré son fort taux de spécificité et de sensibilité, un test parfait n’existe pas, selon le Dr Daureeawoo.

Autotest, le « lateral flow device »

Environ un tiers des personnes atteintes de la Covid-19 sont asymptomatiques. Un test capable de détecter rapidement ces cas « cachés » est donc un outil supplémentaire très utile pour combattre le virus. De ce fait, les autotests sont principalement utilisés pour connaître et avoir un contrôle des personnes asymptomatiques. En comparaison avec les tests PCR, les « lateral flow devices » (dispositifs de flux latéral) sont des tests rapides qui prennent entre 20 et 30 minutes pour avoir un diagnostic. Ces dispositifs ont une sensibilité d’environ 75 % et arrivent à détecter jusqu’à 95 % des patients ayant une charge virale élevée.

« Certes, ce test ne remplace pas d’autres tests comme la PCR, mais c’est un moyen supplémentaire non négligeable pour le contrôle du virus. À ce stade, nous savons que certaines personnes atteintes de la Covid-19 peuvent être asymptomatiques. Bien qu’ils soient en bonne santé, ces individus peuvent transmettre le virus à d’autres, y compris à des collègues et patients. L’utilisation de tests rapides permet de diagnostiquer promptement les personnes asymptomatiques de la population, avec des résultats produits en une trentaine de minutes », indique le Dr Daureeawoo.

Dans un premier temps, ces tests sont utilisés pour réduire la transmission de la Covid-19 dans les hôpitaux et la transmission vers la communauté, et ensuite pour diminuer les épisodes d’absentéisme du personnel, notamment en ce qui concerne la quarantaine suite à un cas contact avec un collègue ou un patient Covid-positif, afin de maintenir les effectifs médicaux, selon le médecin.

Il fait comprendre que dans certains pays, ce test a aussi été approuvé pour une évaluation dans un certain nombre d’institutions en dehors du milieu hospitalier, y compris les établissements de soins de santé secondaires, les organismes militaires, les écoles et les universités. Les « lateral flow devices » sont l’un des outils accessibles pour permettre de détecter la Covid-19 et de briser progressivement la chaîne de transmission.

« Après plus d’un an de pandémie, de nombreuses restrictions et de multiples confinements, la stratégie et l’objectif primordiaux sont de s’adapter et de prendre l’habitude de tests réguliers dans le cadre de notre vie quotidienne. Adopter cette stratégie aura un rôle incontournable pour promouvoir les levées de restrictions avec prudence dans le but de retrouver des modes de vie plus normaux », estime le Dr Daureeawoo.

Les directives internationales suggèrent d’effectuer des tests deux fois par semaine, d’autant plus que la facilité des tests et la rapidité des résultats peuvent contrebalancer le faible taux de sensibilité, selon lui. En dépit d’un très faible taux de faux positifs, toute personne ayant un résultat positif aux tests rapides devrait effectuer un test PCR pour la confirmation. « Chaque cas positif identifié à l’aide du test rapide contribue à empêcher que d’autres personnes supplémentaires soit infectées en menant vers une auto-isolation, une quarantaine ou une prise en charge précoce », conclut-il.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page